Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°686177

"La diversité peut répondre au manque d’attractivité des métiers publics" (Mélissa Ramos, Damien Zaversnik, La Cordée)

"La diversité peut être un moyen de répondre [au] manque d’attractivité [des métiers publics] en allant chercher des publics qui, jusqu’à présent, n’imaginaient pas ou ne s’autorisaient pas à rejoindre la fonction publique en raison d’une vision tronquée de ces métiers", estime Mélissa Ramos, co-présidente de l’association La Cordée dans une interview à AEF info, avec son binôme Damien Zaversnik. L’association, qui milite pour favoriser la diversité dans la fonction publique, présente ce 24 janvier 2023 en soirée à l’Assemblée nationale, en présence de membres du gouvernement, de l’INSP, de l’Inet et de l’EHESP (1), 27 propositions "pour la diversité sociale dans la fonction publique". Elle propose notamment de créer un revenu minimum de préparation des concours de 800 € par mois, de pérenniser les prépas Talents, de faciliter le droit au mentorat ou encore de réformer les concours.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Selon les co-présidents de La Cordée, Damien Zaversnik et Mélissa Ramos, les gouvernements successifs ont, ces dernières années, désenchanté le service public. Jonathan Hamchi pour La Cordée

AEF info : Vous présentez ce mardi 24 janvier 27 propositions pour "agir pour la diversité sociale dans la fonction publique" et "renforcer l’attractivité des métiers publics". Vous militez depuis 2016 pour améliorer la diversité dans la fonction publique. Quel constat portez-vous aujourd’hui sur le sujet ?

Damien Zaversnik : La diversité dans la fonction publique a émergé dans le débat public ces dernières années, marqué par une sorte de consécration gouvernementale avec le plan Talents du service public en 2021. Néanmoins, nous observons un changement de contexte profond sur cet enjeu qui est lié aux difficultés structurelles d’attractivité du service public. Cela repose la question de la diversité non plus comme un élément de responsabilité sociale des administrations – qui reste nécessaire –, mais comme un élément de maintien de la qualité du service public. C’est dans ce cadre que nos propositions s’inscrivent.

Mélissa Ramos : La diversité peut être un moyen de répondre à ce manque d’attractivité en allant chercher des publics qui, jusqu’à présent, n’imaginaient pas ou ne s’autorisaient pas à rejoindre la fonction publique en raison d’une vision tronquée de ces métiers. La multiplicité des carrières est assez mal connue des étudiants qui vont parfois ne se concentrer que sur un seul concours. Par ailleurs, les carrières ne sont pas figées dans la fonction publique.

AEF info : Comment expliquez-vous que désormais, la fonction publique ne joue plus le rôle de "refuge" en période de crise ?

Damien Zaversnik : Cette situation vient d’une part du fait que les gouvernements successifs ont désenchanté le service public en rompant ce lien de confiance et d’affection des Français envers lui. Mécaniquement, cela se retrouve dans l’attractivité des métiers publics qui sont des métiers de sens. De plus, ces métiers ne sont plus autant qu’avant des catalyseurs de mobilité et d’ascension sociale, comme pouvait l’être par exemple auparavant le métier d’enseignant. Petit à petit, les métiers publics sont devenus des métiers comme les autres, souvent moins bien payés.

Enfin, la baisse du nombre de candidats aux concours est structurelle. Depuis 20 ans, le nombre de candidats aux concours externes de la fonction publique de l’État a été divisé par 2,7. Cela ne date donc pas de la crise sanitaire et appelle à revoir en profondeur les modes de recrutement et la valorisation des métiers au lieu de quelques paramètres.

 

"Les nouveaux agents publics sont mus par un engagement, s’intéressent à des causes et veulent participer à un renouvellement de la fonction publique."

Mélissa Ramos, co-présidente de La Cordée

 

Mélissa Ramos : Les jeunes qui se présentent aux concours nourrissent par ailleurs une attente particulière. À peu près neuf jeunes sur dix préparent un concours de la fonction publique pour avoir un métier qui a du sens. Les nouveaux agents publics sont mus par un engagement, s’intéressent à des causes et veulent participer à un renouvellement de la fonction publique. Pour preuve, les collectifs de jeunes agents qui se créent autour de la transition écologique ou de la diversité par exemple. C’est un moyen de renouer avec les jeunes. D’où l’importance de travailler sur le repérage et l’information, comme La Cordée le fait avec son programme "Ambition service public" [lire encadré] qui consiste à aller chercher des jeunes boursiers dès le niveau L2 pour leur présenter les métiers de la fonction publique, leur permettre de bénéficier d’un mentorat et de découvrir le fonctionnement réel des administrations, loin de l’image véhiculée par la société ou l’entourage familial.

Damien Zaversnik : L’enjeu de diversité sociale est systémique. Nous mettons en œuvre des actions d’accompagnement, nous essayons de corriger les biais du manque de diversité, d’attractivité, et parfois des discriminations, des métiers publics. Mais cela ne fonctionnera que si les administrations changent en profondeur leur manière de communiquer sur ces métiers et de recruter leurs agents en fonction des compétences attendues et non sur une logique de seule sélection académique.

AEF info : Comment expliquez-vous ce décalage persistant malgré les dispositifs mis en place et l’accent mis sur ces problématiques depuis des années ?

Damien Zaversnik : D’une part, rien ne fonctionnera s’il n’y a pas un portage politique de très haut niveau. En 2020, nous appelions de nos vœux une convention citoyenne et un plan de relance sur la fonction publique. Or, à l’époque, la dégradation de l’attractivité était moindre. Le gouvernement y travaille mais ne sait pas toujours comment s’y prendre. De fait, il ne peut y arriver seul.

 

"Si le sujet est sur la table depuis plusieurs années, très peu d’employeurs publics ont vraiment fait l’exercice de se poser la question des compétences qu’ils attendent réellement."

Damien Zaversnik, co-président de La Cordé

 

Si le sujet est sur la table depuis plusieurs années, très peu d’employeurs publics ont vraiment fait l’exercice de se poser la question des compétences qu’ils attendent réellement, de modifier les concours en conséquence et de remonter des filières de recrutement pour arrimer des publics qui constitueront demain les effectifs du service public. Nous sommes encore dans une logique de gestion de concours et non pas de politique RH. On a sous-investi pendant des années dans les services publics, on le paie cash.

AEF info : Comment avez-vous conçu vos propositions et comment comptez-vous les promouvoir auprès du gouvernement ?

Mélissa Ramos : Nous sommes partis de l’expérience de nos adhérents, de témoignages, de données chiffrées, issues notamment de la DGAFP. Nos propositions, concrètes, sont donc le reflet du terrain et des expériences des agents publics.

Damien Zaversnik : Nous avons remis nos propositions au ministre de la Transformation et de la Fonction publiques le 19 janvier. Nous avons eu un échange long, franc et précis avec un accueil globalement favorable. Nous espérons de premières réponses lors de notre évènement de ce soir.

L’idée est ensuite de les faire vivre, de les décliner, de les porter avec d’autres associations comme, sur les questions de rémunération, Sens du service public, ou, sur la transition écologique, Le Lierre, ou encore le collectif Mentorat. L’objectif est de trouver des points de convergence avec la société civile engagée et de changer vraiment les choses en travaillant certains axes à très court terme.

AEF info : Quelles sont vos propositions phare ?

Damien Zaversnik : Nos propositions visent à couvrir l’ensemble du champ qui nous concerne : attractivité, rayonnement, et exemplarité. Avec comme philosophie générale l’affirmation de la nécessité de se mettre en position d’aller chercher les talents là où ils sont. L’un des grands enjeux que nous portons est de remonter les filières de recrutement à l’université, d’y créer un lien avec le service public. Nous proposons donc que le dispositif des prépas Talents, encore expérimental, soit pérennisé. Les calendriers en vue de la rentrée de septembre s’ouvrant prochainement, il y a urgence. C’est le seul outil aujourd’hui qui fait le pont entre le service public et l’université. Le service public de l’emploi méconnaît aussi la fonction publique, nombre de demandeurs d’emploi n’étant pas orientés vers ces métiers alors qu’ils sont parfois nombreux sur les territoires où ils vivent. C’est probablement l’un des grands sujets dont doit s’emparer le gouvernement.

En outre, en lien avec les prépas Talents, nous avons constaté qu’un grand nombre de jeunes issus de milieu modeste doivent travailler à côté de la préparation des concours. C’est le meilleur moyen de se priver de talents issus de la diversité sociale. Nous proposons donc un revenu minimum de préparation de 800 euros par mois – ce qui correspond environ au doublement de l’allocation de la diversité dans la fonction publique – sous condition sociale pour toute personne préparant un concours de la fonction publique. Les grands groupes privés mettent depuis longtemps des moyens pour recruter les meilleurs candidats. Il faut mener ce combat, investir sur les talents si l’on veut qu’ils rejoignent le service public.

Dans le même esprit, nous proposons de généraliser sur les métiers en tension la logique de pré-recrutement qui existe aujourd’hui en partie pour le métier d’enseignant. Il s’agirait de rémunérer et de former les personnes qui se présentent aux concours de la fonction publique dans la filière universitaire. Cela permettrait de mieux anticiper les candidatures, de fournir une expérience professionnelle et, surtout, de leur faire découvrir ces métiers et d’impliquer les administrations dans l’accueil de ces futurs candidats. Une telle mesure ne serait pas si chère comparé au coût de ne pas pourvoir des postes faute de candidat.

Mélissa Ramos : Nos propositions reposent sur un triptyque : accès, sens et attractivité. Il faut diversifier l’accès ; entrer dans la fonction publique permet de valoriser un engagement à travers le mentorat aussi bien pour le mentor qui peut par ce biais prendre du recul sur sa pratique en étant questionné ; aller chercher des talents dans les quartiers et les villes moyennes permet d’être plus représentatif de la société française.

 

"Nous proposons de faciliter les parcours pour les étudiants avec la possibilité d’effectuer sa prépa en deux ans au lieu d’un."

Mélissa Ramos

 

Outre la pérennisation des prépas Talents, nous proposons de faciliter les parcours pour les étudiants avec la possibilité d’effectuer sa prépa en deux ans au lieu d’un afin de permettre aux élèves de recommencer après un échec et d’acquérir les méthodes nécessaires et la culture administrative. Il est aussi nécessaire de faciliter le droit au mentorat via un programme labellisé et en accordant aux agents des ASA dédiées par exemple.

L’amélioration de la diversité peut aussi passer par la mise en place d’un plan de responsabilité sociale au sein des administrations (qui pourrait être obligatoire pour toute administration de plus de 1 000 agents) et l’intégration de la question de l’emploi public dans toutes les strates de la recherche d’emploi et les politiques de la ville et à l’égard de la ruralité. Nous préconisons de mesurer régulièrement des objectifs en matière de diversité sur le même principe que ce qui se fait pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Damien Zaversnik : Si l’on veut que des candidats issus de la diversité se présentent aux concours, encore faut-il qu’ils puissent être accueillis. Nous avons deux propositions phare sur ce sujet. Tout d’abord, le recrutement public doit être exemplaire du point de vue des discriminations. Une récente étude de Yannick L’Horty montre que les discriminations sont avérées dans les processus de recrutement dans la fonction publique (lire sur AEF info). Nous proposons donc qu’il y ait des campagnes régulières de testing sur les principaux recrutements par contrat dans l’administration. Il est impossible que le service public ne soit pas exemplaire en la matière.

Ensuite, nous préconisons une grande réforme des concours associant les employeurs publics, la recherche, les associations professionnelles afin de déterminer qui nous voulons recruter et comment afin d’éviter les biais de représentation. Nous souhaitons dans la même logique que des citoyens tirés au sort intègrent les jurys de concours de la haute fonction publique.

AEF info : Vous proposez par ailleurs d’organiser des Assises de la fonction publique. Qu’en attendez-vous ?

Damien Zaversnik : Cela permettrait de prévoir un point de rendez-vous qui emporte aussi les agents et les employeurs publics. Il ne suffit pas de décréter en décidant de mesures. Tout l’ADN de notre association est de co-construire, à tous les niveaux, et avec les agents. De tels rendez-vous réguliers permettraient de le faire, de partager les bonnes pratiques et d’entretenir une dynamique. La question est de savoir quels sont les moyens que l’on y consacre. Nous attendons des employeurs publics qu’ils s’en emparent.

300 jeunes accompagnés par le programme "Ambition service public"

 

 Le programme "Ambition service public" de l’association La Cordée propose un accompagnement gratuit d’orientation vers les métiers de la fonction publique pour les étudiants boursiers, les jeunes diplômés et demandeurs d’emplois. Lancé pour l’année scolaire 2021-2022, ce programme en est cette année à sa deuxième édition. "La Cordée accompagne aujourd’hui environ 550 jeunes dont 300 qui participent au programme Ambition, de la licence au M2 sur toute la France, boursiers ou justifiant de conditions sociales. Par ailleurs, 200 personnes sont suivies dans le cadre des prépas Talents, sur les concours A+ mais aussi de catégorie A vers les IRA, et de catégorie B, via notre partenariat avec l’Enfip ainsi qu’une cinquantaine de demandeurs d’emploi", détaille Damien Zaversnik, co-président de La Cordée.

Les jeunes accompagnés lors de la première session "ont tous bénéficié d’un mentorat ce qui implique pour l’association d’aller chercher des mentors, dans des métiers diversifiés. Ces jeunes ont pu suivre des masters classes animées par des jeunes fonctionnaires, qui ont des parcours d’ascension sociale, pour faciliter l’identification. Nous avons pour cela noué des partenariats avec des administrations qui ont bien voulu nous ouvrir leurs portes et s’engager dans le mentorat. Le mentorat est très important pour accompagner les jeunes dans la préparation des concours et les sensibiliser aux métiers de la fonction publique. Nous avons signé également des partenariats avec des écoles de service public et quelques universités, Bercy, le CNG de la fonction publique hospitalière. D’autres signatures sont en cours. Nous travaillons également avec les prépas Talent de l’INSP, de l’Inet, de l’EHESP et de plusieurs IRA", complète Mélissa Ramos.

(1) Seront notamment présentes Isabelle Rome, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances et Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et du Service national universel. Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, interviendra par message vidéo. Participeront par ailleurs à une table ronde Maryvonne de Brignonen, directrice de l’INSP, Belkacem Mehaddi, directeur de l’Inet et Isabelle Richard, directrice de l’EHESP.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Clarisse Jay, journaliste