Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Recherche médicale : pour enrayer le déclin, Alain Fischer préconise "une action visible qui va au-delà de la LPR" (rapport)

"Malgré de brillantes exceptions, la recherche scientifique en France, et en particulier dans le domaine biomédical, est en recul : insuffisance de moyens, organisation complexe, administration lourde, stratégie peu lisible etc.", juge Alain Fischer, président de l’Académie des Sciences dans son rapport intitulé "la recherche médicale en France : bilan et propositions", publié mercredi 18 janvier 2023 (1). "Une action résolue, visible et durable est nécessaire et doit aller bien au-delà de la LPR et du plan Innovation Santé 2030", assure Alain Fischer qui formule 12 propositions.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Alain Fischer dresse un constat sans appel de la situation de la recherche médicale en France. Droits réservés - DR

Dans son rapport sur "la recherche médicale en France : bilan et propositions", publié mercredi 18 janvier 2023, Alain Fischer, président de l’Académie des sciences et de l’Institut Imagine, met en avant "un affaiblissement progressif de la recherche française" qui conduit à "un décrochage dans les domaines de la biologie et de la santé".

"envisager un plan d’action visible et durable"

Il identifie plusieurs causes : "l’insuffisance de moyens, une organisation complexe, une administration lourde, une stratégie peu lisible et un monde hospitalo-universitaire en difficulté". Fort de cette analyse, Alain Fischer appelle à "envisager un plan d’action, visible et durable pour promouvoir les activités de recherche en France". Ce plan devrait comporter une "revalorisation progressive du financement de la recherche en s’inspirant de l’effort accompli par l’Allemagne au cours de ces vingt dernières années et ce, en gardant à l’esprit le caractère primordial de la recherche fondamentale".

constats et points saillants

 

Alain Fischer établit plusieurs constats :

  1. Affaiblissement progressif des performances de la recherche en France, notamment en sciences de la vie et en médecine/santé en comparaison avec les pays voisins ;
  2. Financement insuffisant de la recherche en France malgré quelques efforts récents ;
  3. Défaut d’attractivité des carrières de chercheurs (ainsi que de la formation par la recherche) du fait de salaires médiocres, de moyens de recherche souvent insuffisants et d’une complexité organisationnelle et administrative ;
  4. Absence de vision stratégique d’ensemble de la recherche biomédicale dont le financement est émietté, pas toujours bien évalué et objet parfois d’effets d’aubaine ;
  5. Part excessive du financement des équipes par projet plutôt que par dotations, ce qui fragilise la vie et la structure des équipes ;
  6. Stagnation de la recherche privée, place insuffisante des chercheurs dans la définition de la stratégie des entreprises.

la lpr est le plan innovation santé 2030 "ne sont pas à la hauteur des enjeux"

"Malgré de brillantes exceptions, force est de constater que la recherche scientifique en France, et en particulier dans le domaine biomédical, est en recul, comme l’attestent ces nombreux indicateurs", résume Alain Fischer. "L’application de la loi pluriannuelle sur la recherche et le plan Santé 2030 constituent des tentatives de réponses mais qui ne paraissent à la hauteur des enjeux, ni sur le plan financier, ni sur les plans organisationnel et stratégique", juge-t-il par ailleurs.

En outre, si "l’augmentation sensible du budget de l’ANR doit être saluée, elle ne s’accompagne pas d’un effort similaire en ce qui concerne les dotations récurrentes des laboratoires de recherche actuellement si faibles". "Il en résulte que le déséquilibre entre financement de la recherche par projet et financement récurrent va encore s’accentuer, un choix discutable", estime le président de l’Académie des sciences. "Il nous semble nécessaire de rétablir un meilleur équilibre en augmentant significativement les dotations d’équipes", indique le rapport.

transformer les organismes en agence de moyens ?

Comme beaucoup d’autres avant lui, Alain Fischer dénonce le mille-feuille à la française, "dont la complexité atteint son paroxysme en biologie-santé". "Simplifier et mieux organiser le parcours de recherche en sciences de la vie et médecine nous paraît une action prioritaire", assure-t-il. L’une des solutions de simplification envisagée serait de "confier à l’Inserm une mission globale couvrant l’ensemble du champ de la santé sous forme d’une agence de moyens réunissant, en plus de la dotation de l’Inserm (qui doit être réévaluée à la hausse), les fonds de recherche de l’ANRS-MIE, de l’INCa et du PHRC". "Sa capacité d’action serait incomparablement supérieure à celle d’Aviesan, entité de coordination inter-organismes mais qui n’a guère de moyens d’action", pointe-t-il par ailleurs.

"Si l’Inserm et le CNRS sont transformés en agence de moyens, les universités sont-elles toutes en situation d’agir comme opérateur ?", s’interroge Alain Fischer qui appelle de ses vœux "une expérimentation". "Nous proposons de confier le financement par projets à l’Inserm, au CNRS et autres établissements de recherche et Epic dans leurs champs disciplinaires respectifs", poursuit le président de l’Académie des sciences. "Une telle décision réduirait considérablement la mission de l’ANR, mais elle aurait l’avantage de simplifier le paysage du financement de la recherche qui passerait de trois entités (universités, EPST et ANR) à deux, comme c’est le cas dans les autres pays développés."

les 12 propositions du rapport

 

Alain Fischer formule douze propositions :

  1. Nécessité d’une revalorisation progressive mais substantielle du financement de la recherche, notamment en sciences de la vie en s’inspirant de la démarche allemande au cours de ces 20 dernières années (réorienter une partie du crédit impôt recherche) ;

  2. L’effort financier doit concerner en premier lieu les salaires à tous les stades de la carrière ;

  3. Un effort de rééquilibrage au bénéfice du financement récurrent par dotation paraît nécessaire sous condition de la prise en considération effective de l’évaluation des équipes de recherche ;

  4. Évaluer mieux les équipes, moins souvent, et en tirer les conséquences ;

  5. Simplifier l’organisation des agences et opérateurs de la recherche ;

  6. Envisager une transformation de la structure du financement de la recherche en confiant aux EPST et aux Epic non seulement l’attribution des dotations récurrentes aux équipes mais aussi le financement par projets dans leur champ respectif ;

  7. Réformer l’organisation des CHU en rapprochant autant que possible les institutions en charge des trois missions principales (soins, enseignement et recherche), expérimenter en s’inspirant du modèle néerlandais ;

  8. Développer des instituts de recherche (modèle IHU) sur site au sein des CHU ;

  9. Mettre en place un plan de développement de la recherche et de l’enseignement en santé publique au sein des facultés de santé mais aussi en UFR de sciences humaines et sociales et au sein des EPST ;

  10. Renforcer l’emploi des docteurs dans les entreprises, poursuivre les actions de facilitation de l’innovation en santé ;

  11. Faciliter les transferts de la recherche fondamentale aux acteurs de la recherche opérationnelle, à la logistique et aux agences de régulation et d’autorisation des produits de santé ;

  12. Développer la culture scientifique à tous les âges de la vie, favoriser et réguler l’intervention des scientifiques dans les médias. Renforcer la place des experts scientifiques auprès des décideurs tant dans le monde industriel que politique.

DES SALAIRES "modestes"…

Après les constats, Alain Fischer analyse les causes du retard français et pointe notamment la "faible attractivité des carrières de recherche". Selon lui, les salaires des métiers de la recherche sont "modestes, de la thèse aux directeurs de recherche et professeurs des universités". "Les salaires de début de carrière semblent inappropriés au vu du nombre d’années d’études et des concours à passer pour accéder à un poste de chargé de recherche, et au regard aussi des lourdes tâches d’enseignement des MCU", estime-t-il.

Ainsi, les meilleurs étudiants se "détournent de plus en plus de la recherche, et s’orientent après le baccalauréat majoritairement vers les écoles d’ingénieurs qui ne dirigent que peu d’entre eux (hors exceptions brillantes) vers une formation à et par la recherche". "Cela est d’autant plus regrettable qu’il existe en France une bonne tradition de formation scientifique dans l’enseignement supérieur universitaire."

…et inférieurs à ceux pratiqués en Allemagne ou au Royaume-Uni

"La comparaison des salaires des chercheurs français avec ceux pratiqués en Allemagne ou au Royaume-Uni indique que les rémunérations sont sensiblement moins élevées en France en début de carrière", signale Alain Fischer. Ainsi, "alors qu’un maître de conférences ou un chargé de recherche bénéficie d’environ 2 000 € nets mensuels en début de carrière, son homologue anglais (senior lecturer) bénéficie de 2 600 € nets. En fin de carrière, la rémunération maximale d’un professeur britannique demeure supérieure à celle d’un professeur d’université ou de directeur de recherche au dernier échelon français."



"des méthodes d’évaluation critiquables"

 

"Le HCERES est en charge de l’évaluation des équipes de recherche et des universités. Les procédures, bien qu’elles aient été récemment en partie simplifiées, restent assez lourdes", considère Alain Fischer. De plus, les conséquences pratiques de ces évaluations, leur impact sur l’évolution et le financement des équipes sont "insuffisants eu égard aux efforts déployés". "À noter que certains pays, comme l’Allemagne n’ont pas d’agence dédiée à l’évaluation", précise-t-il.

"De facto, les équipes sont évaluées trop fréquemment, et l’évaluation est en partie (par facilité) fondée excessivement sur des critères bibliométriques quantitatifs, plutôt que qualitatifs (impact réel des publications scientifiques…)", juge Alain Fischer qui rappelle que de "nombreuses entités de recherche (instituts) disposent d’un scientific advisory board, source de doublon d’évaluation avec celle du HCERES".

"Globalement, cette évaluation est sans conséquences suffisantes", assure-t-il. En réalité, les bonnes équipes "sont freinées par une évaluation trop fréquente, tandis que les équipes moins performantes parviennent à survivre, alors qu’elles devraient être refondées".

(1) Rapport publié par le think tank Terra Nova.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Julien Jankowiak, journaliste