Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

L’université du Littoral écrit sa trajectoire à dix ans en lien étroit avec les collectivités locales

L’Ulco élabore actuellement un nouveau projet stratégique pour les dix ans à venir. Ce document sera débattu en juin 2023 lors d’un congrès interne mais son contenu se précise. "Nous prévoyons la création de nouvelles filières d’ingénieur sur tous nos sites, le développement d’un département santé, la déclinaison en anglais d’une partie de nos masters et la création de quatre nouveaux départements à l’IUT", annonce Hassane Sadok, président de l’Ulco, interviewé par AEF info en janvier 2023. "Nous avons un rôle à jouer dans le développement des territoires sur lesquels nous sommes implantés", revendique-t-il.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Sur le campus de l'université du Littoral à Boulogne-sur-Mer. Ulco

L'université du Littoral Côte d'Opale travaille depuis avril 2022 à la définition de son projet stratégique 2023-2035. Son président, Hassane Sadok, mène la réflexion en organisant des groupes de travail internes et en consultant ses partenaires extérieurs. Il entretient ainsi un dialogue régulier avec les élus de Dunkerque, Saint-Omer, Boulogne-sur-Mer et Calais, les quatre villes où est implanté l’établissement. La plupart ont conscience de l’intérêt d’avoir une université sur leur territoire, pour élever le niveau de qualification de la population et répondre aux besoins de l’économie locale, dominée par l’industrie et le tourisme.

Les collectivités soutiennent l’Ulco depuis sa création il y a 30 ans. Un soutien sonnant et trébuchant : leurs subventions représentent 5 % des ressources de l’établissement. Le pôle métropolitain de la Côte d’Opale (1) cofinance aussi six thèses par an sur des sujets en lien avec les problématiques territoriales. "Honnêtement, on est très aidés par les collectivités", confirme Hassane Sadok. Il se montre plus critique envers l’État. "Quand nous avons créé notre école d’ingénieurs en 2011 (2), nous avons été soutenus par les territoires. Le seul acteur qui n’a pas honoré ses promesses, c’est l’État : alors qu’il nous avait promis entre sept et neuf postes, je viens seulement d’en obtenir quatre en 2022", déplore-t-il. Il s’en est ouvert auprès de Sylvie Retailleau le 8 décembre, lorsque la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a visité l’université.

Quatre nouveaux BUT à Dunkerque

Le futur projet stratégique 2023-2035 prévoit tout d’abord une diversification de l’offre de formation de l’ IUT pour répondre aux besoins des acteurs locaux. Après avoir réalisé une "étude du marché", l’université a en effet identifié des "lacunes importantes" sur le territoire. Quatre nouveaux BUT devraient donc ouvrir progressivement entre 2024 et 2027 en génie chimique et génie des procédés ; en hygiène, sécurité, environnement ; en management, logistique et transport ; en sciences et génie des matériaux. En l’état actuel, les étudiants intéressés par ces domaines doivent se former à Saint-Quentin, Reims, Le Havre, Tourcoing ou Évry.

"J’ai demandé à la communauté urbaine de Dunkerque de nous trouver un bâtiment de 7 000 mètres carrés pour accueillir ces quatre nouveaux départements", explique Hassane Sadok. "Pour ce nouveau bâtiment, évidemment l’Ulco aura les moyens", lui répond Patrice Vergriete, maire (divers gauche) et président de la communauté urbaine de Dunkerque, lors d’une conférence de presse mardi 10 janvier 2023. "Ce sera très probablement une construction neuve quand tout le projet sera abouti. Nous avons identifié plusieurs sites à proposer très prochainement au président", annonce-t-il.

"Nous avons besoin des lycées professionnels et de l’université pour former les jeunes Dunkerquois", explique Patrice Vergriete. "Notre feuille de route économique devrait en effet nous amener 16 000 emplois, principalement industriels, dans les cinq à dix ans". L’élu a signé en septembre un "pacte éducatif" avec la préfecture, le rectorat, l’université du Littoral, la CCI, EDF, ArcelorMittal, le département du Nord et la région Hauts-de-France. L’un des objectifs est de diversifier et d’adapter l’offre de formation.

Deux fois plus d’élèves ingénieurs

Le développement de l’école d’ingénieurs du Littoral Côte d’Opale (Eilco), qui compte 673 élèves ingénieurs et 36 étudiants en master, est une autre priorité du prochain projet stratégique. "Nous allons créer de nouvelles filières d’ingénieurs et doubler les effectifs d'ici 2030", annonce Hassane Sadok. "Sur Dunkerque, nous travaillons sur l’urbanisme et la gestion de l’eau. À Calais, sur le génie civil et l’automatisme. À Saint-Omer sur l’écologie industrielle. À Boulogne, sur l’agroalimentaire", détaille-t-il. En 2030, l’université pourrait former 1 500 ingénieurs.

Ce projet s’inscrit dans le cadre plus large de l’alliance A2U, qui associe l’Ulco, l’université d’Artois et l’ UPJV (lire sur AEF info). "Notre objectif est de créer des écoles d’ingénieurs à l’Artois et à Amiens dès 2023 puis un Institut polytechnique, qui abritera ces écoles", explique Hassane Sadok. Les trois établissements viennent d’obtenir de la CTI l’autorisation d’ouvrir trois nouvelles filières d’ingénieurs en génie électrique à Béthune, en cybersécurité à Amiens et en logistique à Saint-Quentin. Ce projet est en gestation depuis 2019 (lire sur AEF info). Il doit faire l’objet d’un lancement officiel fin janvier à Calais.

Des élus très présents

 

Plusieurs enseignants-chercheurs de l’université sont aussi des élus locaux, maires ou conseillers régionaux. Les plus illustres sont Frédéric Cuvillier, maître de conférences en droit public, maire (PS) de Boulogne-sur-Mer et ancien ministre, et Daniel Fasquelle, professeur de droit privé et sciences criminelles, maire (LR) du Touquet et ancien député du Pas-de-Calais (de 2007 à 2020). L’établissement vient de recruter le polytechnicien Patrice Vergriete, maire de Dunkerque, sur un poste de Past : il intervient dans deux masters (urbanisme et aménagement, gestion de l’environnement). Cette nomination a suscité des questions en interne sur le risque de conflit d’intérêts. "Qui mieux que lui comme professeur pour travailler sur l’urbanisme ? Son apport est d’ailleurs tout aussi précieux en recherche : il lance des pistes", commente Hassane Sadok.

vers un nouveau secteur santé

"Nous avons aussi la volonté de développer les effectifs dans le domaine de la santé, ce qui correspond à la demande des politiques de Boulogne-sur-Mer", indique Hassane Sadok. À vrai dire, les élus de Dunkerque sont tout aussi intéressés. "Cela a du sens d’ouvrir des formations en santé alors que 9 000 personnes n’ont pas de médecin traitant dans notre agglomération", argumente Patrice Vergriete.

Actuellement, l’Ulco est une université pluridisciplinaire sans secteur santé. Elle propose 80 places en Pass sur son site boulonnais grâce au concours de l’UPJV (lire sur AEF info). Une offre délocalisée qui ne fait pas le plein mais a quand même séduit cette année 70 étudiants (3). Boulogne-sur-Mer abrite aussi une unité de recherche Ulco/université de Lille : le laboratoire MABLab réunit des chercheurs cliniciens et des biologistes qui travaillent sur le tissu osseux. Un argument supplémentaire, selon Hassane Sadok, pour développer un axe santé.

Un autre axe du projet stratégique portera sur l’internationalisation des formations. "Nous allons identifier un ou deux masters sur chaque site pour les décliner en français et en anglais, afin d’attirer de plus en plus d’étrangers", reprend Hassane Sadok. "Nous travaillons encore sur le modèle économique pour que ce soit rentable", précise-t-il. Il existe déjà un master en anglais à Calais mais son public est essentiellement francophone.

Autour de 10 000 étudiants

 

L’université compte actuellement 10 400 étudiants. "Je ne veux pas augmenter l’effectif au-delà des 10 000 car ce nombre d’étudiants correspond à notre potentiel enseignant", explique Hassane Sadok. L’enjeu est aussi de ne pas descendre en dessous de la barre des 10 000 : en 2014-2015, le nombre d’inscrits avait plongé à 7 000 étudiants.

"Pour maintenir notre effectif, il faut être attractif en créant régulièrement de nouveaux parcours", estime Sabine Duhamel, vice-présidente formation depuis quatre mandats. Les étudiants de licence sont recrutés sur le littoral. Ceux de master viennent parfois de plus loin. L’université mise aussi fortement sur l’apprentissage, avec un objectif de 1 500 apprentis en 2025, soit 400 de plus qu’aujourd’hui et 1 000 de plus qu’en 2016.

Des projets PIA portés avec les industriels

L’ancrage territorial de l’université passe enfin par la recherche. L’Ulco est ainsi partie prenante du projet "Dunkerque l’énergie créative", financé pour 37 M€ dans le cadre des "Territoires d’innovation" du PIA 3. La communauté urbaine de Dunkerque en est cheffe de file. Il s’agit de faire de ce territoire très pollué un "démonstrateur de l’industrie du XXIe siècle", en améliorant la qualité de l’air, en augmentant la part d’énergies renouvelables, en développant l’économie circulaire. "Nous travaillons avec GRDF, Arcelor Mittal, EDF ou encore Suez sur la valorisation de la biomasse et des déchets industriels pour les convertir soit en énergie soit en hydrogène", indique Edmond Abi-Aad, premier vice-président chargé de la recherche. "Nous apportons aussi notre expertise sur l’impact des émissions polluantes sur la santé", ajoute-t-il.

L’Ulco a aussi prévu de déposer un dossier dans le cadre de l’AMI du PIA 4 "Compétences et Métiers d’avenir", en s’associant avec Arcelor Mittal, Total, Engie et EDF. Nom de code du projet : "C-Décidé", pour "centre de développement de compétences pour une industrie décarbonée". "Ce projet s’appuie sur une GPEC territoriale commandée par la communauté urbaine de Dunkerque", décrit Arnaud Cuisset, vice-président délégué aux grands projets. "Nous voulons construire une offre de formation du bac-3 au bac+8 sur des métiers en tension mais aussi sur des nouveaux métiers. Nous proposons ainsi de mettre en réseau sept chantiers école, à l’université, à l’Afpa et chez des industriels".

Un budget 2023 en déficit

 

L’UIco a voté un budget en déficit de 1,6 M€ pour 2023 : ce résultat comptable négatif correspond à la hausse de la facture énergétique. Ce déficit sera compensé par un prélèvement sur le fonds de roulement, qui passera de 13,7 M€ à 5,4 M€ (soit 20 jours de fonctionnement). Le montant de la CAF reflète ce déficit : elle s’établit à 400 000 euros, contre 2 M€ en temps normal. "Nous avons déjà réalisé un travail énorme pour limiter nos dépenses énergétiques, en refaisant l’intégralité de la toiture du bâtiment Citadelle à Dunkerque et la toiture d’un autre bâtiment à Calais", commente Hassane Sadok. "Nous sommes encore en difficulté sur trois bâtiments : la Maison de la recherche à Dunkerque, le site de Capécure à Boulogne-sur-Mer, qui va être traité dans les deux ans, et l’IUT de Saint-Omer, qui va être rénové sur fonds propres". Malgré ce budget dans le rouge, le président estime que les finances de l’université sont "saines".

(1) Présidé par Patrice Vergriete, le PMCO compte parmi ses adhérents 11 EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) du littoral, dont 6 communautés de communes, 4 communautés d’agglomération et 1 communauté urbaine, ainsi que les départements du Nord et du Pas-de-Calais et le conseil régional Hauts-de-France.

(2) L'EILCO a été fondée en 2011 après la reprise d'une école privée créée par la Cristallerie d’Arques (lire sur AEF info).

(3) L’université a aussi ouvert 110 places dans quatre LAS (une en droit à Boulogne-sur-Mer et trois en sciences à Calais).

à lire aussi
à découvrir
Mécénat de compétences, cancer au travail, mixité au menu des brèves RH pour la semaine du 30 janvier au 3 février 2023

Voici une sélection d’informations RH en bref pour la semaine du 30 janvier au 3 février 2023 :

  • Le recours aux tiers-lieux a fortement progressé depuis la crise sanitaire ;
  • Forte hausse des publications d’offres d’emploi sur la plateforme HelloWork ;
  • Klesia soutient ses salariés bénévoles auprès d’associations et ONG ;
  • Les engagements de Malakoff Humanis et La Poste pour leurs salariés atteints du cancer ;
  • PwC France et Maghreb promeut la visibilité et la représentation des femmes dans les instances de direction ;
  • Norauto s’engage pour la mobilité durable ;
  • Un nouveau DG chez Robert Half France…

Lire la suiteLire la suite
Au menu des brèves pour la protection sociale pour la semaine du 30 janvier au 3 février 2023

Voici une sélection de brèves sur la protection sociale pour la semaine du 30 janvier au 3 février 2023 :

  • Pénuries de médicaments : le gouvernement installe un comité de pilotage… ;
  • … annonce la conduite de trois chantiers…
  • … tandis que le Sénat installe une commission d’enquête ;
  • Index seniors : la CPME craint du "dogmatisme" ; 
  • L’UFML formule cinq propositions pour les négociations conventionnelles ;
  • Sobriété énergétique : pour sensibiliser ses 145 000 collaborateurs, la Sécurité sociale lance un module d’e-learning.

Lire la suiteLire la suite
Retraite des élus, RAP, contrôle parlementaire, sapeurs-pompiers…. au menu des brèves fonction publique de la semaine

Voici une sélection des brèves fonction publique de la semaine du 30 janvier 2023 :

  • Une proposition de loi pour améliorer la retraite des élus ;
  • Bercy lance la préparation des rapports annuels de performance ;
  • La commission des Finances du Sénat arrête son programme de contrôle pour 2023 ;
  • L’IGA pointe la forte augmentation de la rémunération des sapeurs-pompiers territoriaux depuis dix ans ;
  • Les administrations devront favoriser le réemploi de leurs anciens équipements informatiques.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sylvain Marcelli, journaliste