Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Comment évolue la poursuite d’études chez les bacheliers généraux, techno et professionnels entre 2011 et 2021 ?

Environ 94 % des bacheliers généraux et 80 % des bacheliers technologiques continuent leurs études après le bac. Si ce ratio demeure peu ou prou le même depuis 2011, le taux de poursuite dans le supérieur des bacheliers professionnels a, lui, fortement augmenté. Il passe en effet de 34 % à 46 %, soit un bond de 12 points. Ces bacheliers ont surtout opté pour le BTS, où ils sont 38 % à s'être inscrits en 2021. Retrouvez le détail de la poursuite d’études, par type de bac, filière de formation et par académie, entre 2011 et 2021.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

source et méthodologie

 

Nous exploitons ici le jeu de données sur les taux de poursuite des néobacheliers dans l’enseignement supérieur par académie, disponible en open data sur la plateforme du MESR.

Afin de calculer un taux de poursuite d’études, nous rapportons, pour chaque type de bac, chaque académie et chaque filière, le nombre de néobacheliers inscrits dans le supérieur au vivier de bacheliers diplômés la même année.

Du fait d’un phénomène de double inscription pour les étudiants en CPGE et en Ifsi (généralement inscrits en parallèle à l’université), le nombre cumulé d’inscrits toutes filières confondues peut être supérieur au nombre de personnes physiques inscrites dans le supérieur.

Quel est le vivier de bacheliers généraux, technologiques et professionnels chaque année depuis 2010 ? Et parmi ces derniers, combien poursuivent leurs études dans le supérieur ? Cette proportion a-t-elle varié au fil du temps ?

Depuis 2010, le nombre total de bacheliers a augmenté de près de 21 %, passant de 569 366 diplômés en 2011 à 689 021 en 2021. Parmi eux, le poids des bacheliers technologiques a diminué (passant de 23 % à 20 % du total) au profit des bacheliers généraux (passés de 50 % à 54 % du total), tandis que les bacheliers professionnels demeurent sensiblement au même niveau qu’il y a 10 ans.

EN 10 ans, le taux de poursuite d’études des bacheliers professionnels a augmenté de 12 points

Quelle part de ces néobacheliers poursuit ses études dans le supérieur ? En 2021, le ratio est de 46 % chez les bacheliers professionnels, 80 % chez les bacheliers technologiques et 94 % chez les bacheliers généraux.

Il est à noter que les taux de poursuite ainsi calculés (nombre d’inscriptions de néobacheliers dans le supérieur rapporté au nombre de néobacheliers) sont surestimés du fait des doubles inscriptions chez les étudiants inscrits en CPGE ou en Ifsi, généralement inscrits en parallèle dans une université (1).

12 points chez les bacheliers professionnels. Quant à l’évolution de la situation entre 2011 et 2021, si les taux de poursuite d’études dans le supérieur ont peu évolué sur 10 ans pour les bacheliers technologiques et généraux, ceux des bacheliers professionnels ont augmenté de 12 points, passant de 34 % à 46 %.

Dans la visualisation ci-dessous, vous pouvez sélectionner l’académie qui vous intéresse. Il faut changer le titre qui n'est pas un titre ;) Proposition : La poursuite d'études des bacheliers professionnels en constante progression

Un débat AEF info le 6 janvier

 

Après la réforme du bac et du lycée général décryptée en 2022, place au sujet "Bac pro, bac techno : quelle orientation pour quelle réussite dans le supérieur ?". Ces questions seront abordées lors de la 13e édition des "Rendez-vous de l’éducation" qui se tiendront vendredi 6 janvier 2023 matin à la Grande Halle de La Villette à Paris. Ces rencontres ont lieu dans le cadre du Salon Postbac, organisé par le groupe AEF info en partenariat avec l’Onisep et les trois académies franciliennes, les 6 et 7 janvier 2023. Voici le programme des "Rendez-vous de l’éducation" 2023. L’inscription est ouverte et gratuite en cliquant ici.

Dans quelles filières s’inscrivent le plus les néobacheliers ?

Où ces bacheliers poursuivent-ils leurs études ? Si l’on détaille la situation par filière de formation, en 2021, toutes académies confondues, 52 % des néobacheliers généraux se sont inscrits à l’université (hors IUT). Ce ratio recouvre des réalités très différentes selon les académies : il est de 43 % à Paris, contre 56 % pour les académies de Montpellier, Clermont, Guadeloupe, ou Limoges.

Parmi ces bacheliers généraux, par ailleurs, 8 % s’inscrivent en prépa publique. C’est à Paris (19 %) et Versailles (14 %) que l’on trouve la part la plus importante de néobacheliers généraux inscrits en CPGE, principalement dans le public.

Les néobacheliers professionnels et technologiques s’inscrivent, eux, en priorité en BTS. Le deuxième choix de filière pour ces bacheliers est la licence à l’université (15 % des néobacheliers technologiques et 5 % des néobacheliers professionnels), suivie de très près, pour les néobacheliers technologiques, par les IUT (14 %).

Dans la visualisation ci-dessous, sélectionnez l’année et l’académie qui vous intéressent.

comment la poursuite d’études a-t-elle évolué par filière depuis 2011 ?

En dix ans, ces taux de poursuite par filière ont sensiblement évolué.

Moins de poursuites en prépa ou en IUT pour les bacs généraux. Pour les bacheliers généraux, la part des inscrits en licence à l’université a peu augmenté : elle était de 49 % en 2011 et a crû de 3 points en 2021. En revanche, la poursuite d’études en IUT et CPGE publique a reculé, de respectivement 4 points (passant de 11 % à 7 %) et 2 points (passant de 10 % à 8 %). La part des inscrits dans une filière autre que la licence, l’IUT, la prépa ou le BTS a, elle, augmenté de 2 points.

Bien plus de poursuite en BTS (+13 points), moins en licence pour les bacs pro. Chez les bacheliers professionnels, la poursuite d’études en licence a baissé de 3 points (passant de 8 % à 5 % des effectifs) au profit d’inscriptions en BTS qui ont augmenté de 13 points : 25 % des néobacheliers professionnels s’y inscrivaient en 2011 ; ils sont 38 % en 2021. Dans les filières autres que la licence, l’IUT, la prépa ou le BTS, la poursuite d’études passe de zéro à 3 % en 2021 (dont deux tiers dans le secteur public).

Moins de poursuites en BTS et en licence, plus en IUT pour les bacs techno. Quant aux bacheliers technologiques, ils tendent à moins s’inscrire en licence : ils étaient 18 % à le faire en 2011, contre 15 % en 2021, soit -3 points. Ils tendent également à moins s’inscrire en BTS : en 2011, ils étaient 45 %, contre 39 % en 2021 (soit -6 points). La poursuite en IUT a pour sa part augmenté de 4 points, passant de 10 à 14 %.

Dans la visualisation ci-dessous, sélectionnez l’académie qui vous intéresse


(1) De ce fait le ratio peut parfois dépasser 100 % : pour ne citer qu’un exemple, il est de 120 % à Paris en 2011.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alexiane Lerouge, journaliste