Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

"Derrière les mathématiques se jouent des enjeux sociétaux majeurs" (Manuel Tunon de Lara, France Universités)

Il faut "un enseignement de qualité des mathématiques dès l’école et la prise de conscience partagée que derrière les mathématiques se jouent des enjeux sociétaux majeurs", déclare Manuel Tunon de Lara, président de France Universités, lors des Assises des mathématiques, lundi 14 novembre 2022. Il plaide pour que, "dès la licence", soit organisé pour ceux qui se destinent au professorat des écoles "un parcours spécifique" autour de deux pôles, "l’un centré sur le français et les humanités, l’autre sur les sciences et les mathématiques".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Manuel Tunon de Lara, président de France Universités Droits réservés - DR - © Arthur Pequin / université de Bordeaux

"L’exigence d’un enseignement des mathématiques de qualité dès l’école passe par la mise en place, dès la licence, d’un parcours spécifique pour ceux qui se destinent au professorat des écoles", observe Manuel Tunon de Lara, président de France Universités, lundi 14 novembre 2022 à l’occasion des Assises des mathématiques. Elles sont organisées par l’Insmi du CNRS jusqu’au 16 novembre (lire sur AEF info). 

Le président de France Universités s’exprime alors que le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, a présenté sa "stratégie mathématiques" aux Échos le 13 novembre 2022 (voir encadré). France Universités salue ainsi les mesures annoncées par le MEN "qui s’appuient sur une stratégie veillant à développer leur enseignement à tous les niveaux de la scolarité".

Pour Manuel Tunon de Lara, cet enseignement dès la licence pour les futurs professeurs des écoles devrait être "articulé autour de deux pôles : l’un centré sur le français et les humanités, l’autre sur les sciences et les mathématiques sans que des jeux de compensations viennent altérer l’acquisition de ces fondamentaux".

Alors que le président de la République attend du MEN et du MESR "la refondation de la formation initiale des professeurs du 1er degré, il faut entendre celles et ceux qui s’alarment des performances à tout le moins contrastées des élèves français dans les tests internationaux 'Pisa' comme du niveau insuffisant en sciences des candidates et des candidats aux concours de recrutement des professeurs des écoles", estime-t-il.

Les réformes du lycée portent "les stigmates des contradictions"

Manuel Tunon de Lara dénonce "les contradictions" sur les mathématiques, dont les réformes successives du lycée portent "les stigmates". Ainsi, "soit il s’agit de faire en sorte de diluer la place des mathématiques pour ne pas en faire un facteur discriminant, soit le sujet est de renforcer l’option de spécialité pour en faire un critère de la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur, même là où l’humain est un facteur central".

Il poursuit : "L’erreur la plus importante commise il y a quelques années fut peut-être de supprimer en 1re et terminale l’option mathématiques ouverte aux élèves des sections littéraires dont le contact avec un minimum de culture scientifique s’est trouvé rompu, contribuant pour le coup à un cloisonnement regrettable des spécialités."

Pour Manuel Tunon de Lara, "le paradoxe réside dans le constat que la France affiche ces carences dans la formation, ne sait pas inspirer le talent des filles dans les domaines qui manquent par ailleurs de scientifiques, alors que l’école française de mathématiques bénéficie d’une reconnaissance internationale avérée". L’enjeu est d’avoir "un enseignement de qualité des mathématiques dès l’école et la prise de conscience partagée que derrière les mathématiques se jouent des enjeux sociétaux majeurs".

Le "rôle pivot" des mathématiques dans les "transitions actuelles et à venir" constitue "un enjeu majeur pour l’université, qui adosse ses formations à la recherche afin de mieux relever les défis qui s’annoncent", indique aussi Manuel Tunon, citant notamment l’IA, les besoins de traitement des données en matière de santé ou de changement climatique…

La "stratégie mathématiques" du MEN

 

Le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, a présenté sa "stratégie mathématiques" aux Échos le 13 novembre 2022. Ce plan prévoit des mesures pour tous les niveaux de la scolarité, de l’école primaire au lycée (lire sur AEF info). En particulier au lycée, il s’agit de :

  • créer à la rentrée 2023 un "module de réconciliation" avec les mathématiques en classe de seconde dans chaque lycée (LGT et LP). L’idée serait de proposer aux élèves de seconde une heure à une heure et demie par semaine, pour "ceux qui sont en grande difficulté", explique le ministre dans Les Échos

  • rendre obligatoire, à la rentrée 2023, en classe de première générale, l’heure et demie de mathématiques pour tous les élèves n’ayant pas choisi la spécialité mathématique, afin de "solidifier la formation commune de tous les élèves en mathématiques" ;

  • Le plan comporte aussi des actions pour encourager l’égalité filles-garçons dans cette matière. Il s’agit ainsi notamment :

d’"étoffer le vivier vers l’enseignement supérieur en incitant davantage de filles à intégrer des classes préparatoires scientifiques, à poursuivre des études scientifiques à l’université ou encore à s’orienter vers des écoles d’ingénieur".

de fixer des objectifs chiffrés d’orientation pour concentrer les efforts sur les secteurs scientifiques où les filles sont très minoritaires (sciences de l’ingénieur, numérique et sciences informatiques, option mathématiques expertes, CPGE MPSI) et, inversement, fixer des objectifs d’orientation dans les enseignements de spécialité où les garçons sont peu représentés.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Catherine Buyck, journaliste