Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°680746

"Il faut donner de nouvelles perspectives aux agents en termes de déroulement de carrières" (Sophie Errante, députée Renaissance)

"Il faut donner également de nouvelles perspectives en termes de déroulement de carrières et d’évolution professionnelle, davantage adapter la rémunération aux responsabilités", déclare à AEF info Sophie Errante, députée Renaissance de Loire-Atlantique (1) et rapporteure spéciale des crédits la mission "Transformation et Fonction publiques" du PLF pour 2023 pour la commission des Finances de l’Assemblée nationale, notant que "nombre d’agents publics sont désabusés mais toujours convaincus par le sens du service public". L’élue compte en particulier axer son travail sur la formation et les difficultés de recrutement dans la fonction publique. Le manque d’attractivité de certains métiers est selon elle "dû notamment à la dégradation de son image en raison du vieillissement de sa politique RH, son manque d’agilité". Les crédits de la mission seront examinés en commission le 24 octobre.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Pour la députée Sophie Errante, rapporteure spéciale des crédits "Fonction publique" du budget pour 2023, il faut"davantage adapter la rémunération des agents aux responsabilités". MaxPPP - © IP3 PRESS/MAXPPP

AEF info : Quelle est votre analyse du PLF pour 2023, qui prévoit la création de près de 10 800 postes de fonctionnaires ? Le gouvernement anticipe toutefois une nouvelle stabilisation des effectifs sur le quinquennat, ce qui implique de poursuivre les suppressions de postes dans certains secteurs les prochaines années…

Sophie Errante : Pour mon premier budget en tant que rapporteure spéciale, j’ai choisi celui de la fonction publique car il est la suite de ce que j’ai pu voter auparavant. Mon ambition est vraiment de sortir de la pure analyse budgétaire, de questionner les services, y compris ceux qui ne sont pas dans mon champ. En effet, le projet budgétaire traduit le projet politique que nous portons. C’est bien d’ailleurs ce qui motive les oppositions à ne pas le voter.

Concernant la décision du gouvernement de ne plus procéder à des suppressions sèches d’emplois telles que l’on a pu en connaître auparavant, décision qui s’inscrit dans la continuité du mandat précédent, elle répond à la nécessité de s’interroger sur le type de services publics et d’action publique que nous voulons. Comment se donner les moyens de nos ambitions ? Quels sont les sujets prioritaires sur lesquels nous voulons investir ?

Nous portons cette même ambition avec le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini. Pour ma part, le fait d’avoir mené un parcours émaillé de multiples expériences dans le secteur privé, en tant que créatrice d’entreprise dans l’équipement hospitalier, et, surtout en tant que maire d’une commune de 3 200 habitants a enrichi ma connaissance des agents et de la démocratie, le maire ayant un besoin de proximité très fort avec ses agents.

 

"Nombre d’agents de catégorie C qui sont en contact direct avec les citoyens sont en grande souffrance."

 

J’ai à cette occasion travaillé sur les emplois, les fonctions et organisé des entretiens individuels, ce qui est d’ordinaire plutôt du ressort du DRH ou du DGS. Je me suis interrogée sur les raisons de la défiance entre les agents et les citoyens mais aussi en interne. Nombre d’agents de catégorie C qui sont en contact direct avec les citoyens sont en grande souffrance. Je constate un délitement de l’enchantement de la fonction publique. C’est ce qui motive mon engagement politique.

Nous avons construit sur le mandat précédent des conditions qui font que nous avons besoin de mettre des moyens pour réinventer la fonction publique à tous les étages, dans tous les services et renforcer la GRH et le management de proximité. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes battus pour obtenir des budgets et des maintiens de postes. Le budget actuel se traduit ainsi par des créations de postes et des redéploiements.

Nous comptons aussi mettre l’accent sur les formations et l’adaptation sur les postes aux missions. Nous ne devons plus accepter de "mises au placard" et réinterroger chaque agent sur le bien-fondé de ses missions, de sa fonction, de l’adéquation de cette dernière avec les attentes des usagers mais aussi avec ses propres aspirations. C’est d’ailleurs ce que dit la loi Essoc, dont l’ambition est de parvenir à une action publique qui conseille, qui accompagne, qui contrôle et qui sanctionne.

AEF info : Quels vont être vos axes de travail sur le budget de la fonction publique dans un contexte de poursuite de la mise en œuvre de la loi Dussopt, de tensions en matière de pouvoir d’achat et de crise énergétique ?

Sophie Errante : La mission Transformation et Fonction publiques est pertinente et la notion de transformation intègre bien le besoin de réinterroger la fonction publique. Je ne compte pas avoir une lecture purement budgétaire mais plutôt mettre le budget en adéquation avec nos ambitions pour la fonction publique et la transformation que nous souhaitons engager dès l’année prochaine, notamment en matière de rémunération et de cadres d’emploi. Nous sommes vraiment à un moment charnière où nous devons recréer de la confiance sous ce quinquennat. Le budget confortable dont nous disposons et nos ambitions claires devraient nous permettre d’y parvenir.

 

"Beaucoup de jeunes qui pourraient être intéressés sont peu enclins à imaginer que la fonction publique pourrait être porteuse pour eux."

 

Je compte notamment axer mon action sur la formation, adaptée aux besoins des agents, et sur les métiers méconnus afin d’accompagner les agents publics vers une action publique plus agile, plus proche, plus adaptée. Ma seconde priorité porte sur les difficultés de recrutement dans la fonction publique : comment redonner envie aujourd’hui de devenir agent de la fonction publique ? Comment recréer également une connaissance des métiers publics ? Aujourd’hui, nombre de métiers sont en tension, notamment dans la fonction publique territoriale, tels ceux de secrétaire de mairie. Cela est dû notamment à la dégradation de son image en raison du vieillissement de sa politique RH, son manque d’agilité. Beaucoup de jeunes qui pourraient être intéressés sont peu enclins à imaginer que la fonction publique pourrait être porteuse pour eux.

AEF info : Comment concrètement améliorer selon vous l’attractivité des métiers de la fonction publique ?

Sophie Errante : Il faut tout d’abord faire connaître ces métiers, certains étant oubliés, d’autres peu ou pas connus. Un certain nombre ne sont en effet pas visibles. Il y a également un décalage avec des élus qui ne s’intéressent pas aux ressources humaines. Il va donc falloir recréer la relation entre le politique qui décide et les agents qui mettent en œuvre. Il faut promouvoir ce que font les agents. Cela nécessite d’améliorer la communication dans les forums de l’emploi, auprès des écoles. La piste de la priorisation de certains emplois par les préfets serait également intéressante à étudier.

La nécessité de ce travail sur l’attractivité ressort de mes échanges avec les écoles du service public dont les IRA et l’INSP. Et je suis convaincue qu’il ne s’agit pas que d’un sujet de rémunération mais aussi de conditions de travail et de la capacité à accepter ces missions. Cela touche aussi à tout l’environnement de l’agent : accès au logement, mobilité, action sociale…

Mais il faut donner également de nouvelles perspectives en termes de déroulement de carrières et d’évolution professionnelle, davantage adapter la rémunération aux responsabilités. Nombre d’agents publics sont désabusés mais toujours convaincus par le sens du service public. Nous devons être en capacité de sortir de nos clivages et de nos silos. Mais tous les agents sont-ils prêts à voir leur "socle" modifié ? Au-delà du PLF pour 2023, nous devrions compléter nos propositions à l’occasion du printemps de l’évaluation. Enfin, je compte me déplacer sur le terrain afin d’alimenter et d’enrichir mon travail.

AEF info : De nombreux élus locaux ont récemment dénoncé la baisse de leurs ressources (fin de la CVAE) et les nouvelles contraintes budgétaires prévues par le PLF 2023, certains estimant que ces mesures vont limiter leurs investissements dans la transition écologique. Comprenez-vous leurs inquiétudes ?

Sophie Errante : Ces réactions sont des postures et ne sont pas à la hauteur des difficultés que le pays rencontre. Chacun doit faire sa part. Il faut arrêter de se plaindre continuellement. La politique du gouvernement n’a rien à voir avec une politique d’austérité.

J’ai connu en tant que députée socialiste des périodes où les contraintes financières pesant sur les collectivités locales étaient bien plus importantes, comme sous le mandat de François Hollande, entre 2012 et 2017. Là, ce n’est pas du tout la même chose. Le gouvernement a prévu un mécanisme de compensation de la CVAE assise sur la TVA et une hausse de 320 millions d’euros de la dotation globale de fonctionnement en 2023.

 

La hausse du point d’indice est "une mesure indispensable pour améliorer l’attractivité de l’emploi public".

 

Je ne dirai pas que toutes les collectivités dépensent mal les fonds publics, car il ne faut pas généraliser. Mais il faut regarder dans le détail leurs situations. Certains se plaignent de la hausse de la valeur du point d’indice qui a été décidée par le gouvernement en juillet dernier. Mais dans ce cas, ce n’est pas la peine d’aller pleurer car les employeurs n’arrivent pas à recruter ! C’était une mesure indispensable pour améliorer l’attractivité de l’emploi public et pour favoriser l’épanouissement des agents.

(1) Députée de Loire-Atlantique depuis juin 2012, tout d’abord sous étiquette PS puis, à partir de 2017, LaRem, Sophie Errante a été réélue en juin 2022. Elle a été maire PS de La Chapelle-Heulin, près de Nantes, de 2008 à 2014.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste