Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Sécurité des JOP 2024 : "Il n’y a pas de préoccupation majeure concernant les délais" (Ziad Khoury, CNSJ)

"Il n’y a pas de préoccupation majeure concernant les délais", assure le préfet Ziad Khoury, coordinateur national pour la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 (lire sur AEF info), dans une interview à AEF info. Après une première phase qui consistait à affiner le besoin — notamment en matière d’effectifs — , les services de l’État arrivent à "une première photographie de 7 000 policiers et gendarmes par jour avec des pics à 11 000". Côté sécurité privée, ils estiment "le besoin total à 25 000 agents". Dans ce secteur, un titre professionnel dédié doit être prochainement créé, dans l’idée de "capter un public large, notamment des étudiants et des demandeurs d’emploi". Le dispositif global de sécurité doit par ailleurs associer les Armées "selon des modalités qui sont en cours de définition", précise l’ancien directeur de la sûreté de l’Euro de football 2016.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le préfet Ziad Khoury est coordinateur national pour la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 depuis juin 2021. Droits réservés - DR

AEF info : À moins de deux ans des JOP 2024, où en est la préparation des dispositifs de sécurité ?

Ziad Khoury : Chaque mois, une réunion est organisée sous la présidence du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et en présence de la ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

La première phase consistait à affiner progressivement le besoin : celui lié aux sites olympiques, aux événements qui découlent des Jeux et aux autres situations susceptibles d’apparaître à cette période. Chaque site a aujourd’hui son schéma de sécurité et tous ont été classés selon leur sensibilité.

En parallèle, nous menons des travaux pour mobiliser le plus largement possible nos forces de sécurité. D’abord dans une perspective de continuum de sécurité, à une échelle jamais vue, qui inclut notamment les agents de sécurité privée et les polices municipales. Avec le concours des autres ministères voire, dans certains cas, la coopération internationale, nous devons aussi anticiper la mobilisation de personnels pour les ressources dites "rares", comme le déminage ou les équipes cynophiles.

Il n’y a pas de préoccupation majeure concernant les délais.

AEF info : Du côté des forces de sécurité intérieure, le nombre d’effectifs à mobiliser est-il aujourd’hui arrêté ?

Ziad Khoury : Nous avons mené un premier recensement qui incluait les 36 sites de compétition, le village et le centre des médias. Sur la base de ce que nous ont indiqué les préfets, nous arrivions à une première photographie de 7 000 policiers et gendarmes par jour avec des pics à 11 000 (lire sur AEF info). Nous allons produire un document actualisé et complété d’ici la fin de l’année, une fois que nous aurons plus d’éléments sur la programmation des compétitions et évènements.

AEF info : Comment s’assurer que les effectifs de sécurité publique seront bien au rendez-vous des JOP, en pleine période estivale, alors que les différents acteurs doivent assurer la continuité de leurs missions ?

Ziad Khoury : Nous pouvons jouer sur un certain nombre de leviers : les congés des agents ou le temps de travail notamment. D’autres sont liés aux moyens supplémentaires prévus par la Lopmi (lire sur AEF info) et au recours aux réservistes que nous allons solliciter de la manière la plus extensive possible, côté police comme gendarmerie. Il est également question de faire appel aux élèves gendarmes. Par ailleurs, nous pourrions avoir une approche plus innovante dans la manière de mutualiser les forces de sécurité intérieure, en dépassant la répartition géographique habituelle le temps des Jeux. Il est en effet possible d’utiliser différemment les moyens locaux lors de périodes exceptionnelles, comme l’a indiqué le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer (lire sur AEF info). L’objectif est d’utiliser l’ensemble des ressources de la manière la plus optimale et rationnelle possible.

AEF info : Parmi les différents ajustements envisagés pour disposer d’effectifs suffisants pendant les Jeux, faire intervenir des policiers municipaux sur un autre territoire que le leur est-il envisagé ?

Ziad Khoury : Aujourd’hui, dans une même agglomération, et si les maires et communes en conviennent, il est possible de mobiliser des renforts entre polices municipales pour des événements exceptionnels.

AEF info : Quels seront les besoins en effectifs de sécurité privée ? Comment s’assurer qu’ils soient bien présents alors que le secteur peine à recruter ?

Ziad Khoury : On peut estimer le besoin total à 25 000 agents, dont en moyenne 17 000 agents par jour dédiés à l’événement.

Comme indiqué lors d’une réunion avec le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports en juillet (lire sur AEF info), le secteur lui-même a une volonté d’être au rendez-vous. Les entreprises de sécurité privée font face à des difficultés d’attractivité qui ne sont pas liées aux JOP et sur lesquelles il leur revient de travailler. Les organisateurs, en tant que donneurs d’ordre, ont aussi un rôle à jouer : être en relation étroite avec le secteur, faciliter son inscription dans l’organisation de l’événement, offrir des conditions attractives. Et puis l’État œuvre pour stimuler le vivier existant des agents qui possèdent une carte professionnelle, pour élargir ce vivier et pour faire en sorte que tout soit le plus fluide possible.

Cela s’est déjà traduit dans la réforme du Cnaps (lire sur AEF info) et la création prochaine d’un titre professionnel dédié à la sécurité événementielle. Avec une formation en trois semaines, sa vocation est de capter un public large, notamment des étudiants et des demandeurs d’emploi. Le ministre de l'Intérieur a demandé que les préfets mobilisent tous les acteurs de l’emploi localement sur cette thématique. L’État va mener des démarches complémentaires auprès de membres de fédérations sportives et financer à hauteur de 22 millions d’euros la formation continue des agents (lire sur AEF info). Par ailleurs, une circulaire a d’ores et déjà précisé que le délai de cinq ans de titre de séjour nécessaire pour un étranger souhaitant exercer dans la sécurité privée pouvait se calculer en tenant compte de la date du récépissé de demande plutôt que la date de délivrance.

Nous mettons plus globalement en place avec le ministère du Travail tout un plan d’actions pour amener ce secteur au niveau où il doit être.

AEF info : Y a-t-il un plan de secours, en cas de défaillance d’une ou plusieurs entreprises de sécurité privée ? Si oui, lequel ?

Ziad Khoury : Nous travaillons collectivement dans l’objectif que la sécurité privée soit au rendez-vous. Pour l’heure, la priorité est de quantifier les besoins et mettre en place les ressources.

AEF info : Comment les armées vont-elles être associées à ces dispositifs de sécurité ?

Ziad Khoury : Dans le cadre des JOP, nous réfléchissons actuellement à l’adaptation du dispositif global de sécurité, lequel associera les Armées selon des modalités qui sont en cours de définition avec l’ensemble des acteurs concernés (lire sur AEF info).

AEF info : Le protocole sur la sécurité des Jeux qui a été signé en 2021 va être révisé. Qu’allez-vous y ajouter ?

Ziad Khoury : Cette révision est prévue dans le protocole initial et aura lieu d’ici la fin de l’année. Il s’agit d’ajouter un certain nombre d’annexes portant notamment sur le relais de la flamme, les deux cérémonies d’ouverture et de fermeture. Cela doit aussi nous permettre de produire un document sur l’organisation du commandement intégré qui mentionnera notamment les modalités de passage en gestion de crise.

AEF info : Où en est la mise en place du centre de renseignement olympique mis en avant dans le dossier de candidature (lire sur AEF info) ?

Ziad Khoury : Le centre de renseignement olympique est actif depuis l’année dernière et sa montée en puissance est planifiée pour être progressive. C’est le pôle renseignement de la CNSJ qui le gère mais il est voué à travailler en étoile avec les différents services et ministères, afin de rassembler et synthétiser les informations, que ce soit pour la Coupe du monde de rugby ou pour les Jeux. Son travail sera évidemment beaucoup plus soutenu à l’approche et pendant l’événement.

AEF info : Dans quels domaines des technologies nouvelles sont-elles développées pour ces Jeux olympiques ? Leur utilisation pourrait-elle être pérennisée ?

Ziad Khoury : Des travaux parlementaires sont en cours. Par ailleurs, un projet de loi sur les JOP devrait permettre un certain nombre d’ajustements dans ces différents domaines (lire sur AEF info). Des expérimentations sont en tout cas menées et le travail avec la filière industrielle française se poursuit (lire sur AEF info).

AEF info : La cérémonie d’ouverture qui va avoir lieu sur la Seine inquiète un certain nombre d’acteurs du secteur. Quels dispositifs de sécurité sont envisagés à ce stade ?

Ziad Khoury : Cette cérémonie sur la Seine est un beau défi qui nécessite un certain nombre de travaux, comme sur les conditions d’évacuation ou d’intervention des forces de secours, la gestion en toute sécurité des flux, etc. Ces travaux sont en cours, conduits à la fois par le préfet de police et le préfet de région. La concrétisation du projet artistique devrait permettre de les préciser.

AEF info : Un des enjeux de cette cérémonie d’ouverture est de prévenir la délinquance aux abords des sites afin de ne pas reproduire l’expérience du Stade de France (lire sur AEF info). Que prévoyez-vous en la matière ?

Ziad Khoury : L’expérience spectateur passe par la prévention de la délinquance qui doit être efficace aux abords des sites mais aussi sur les itinéraires de transport, dans les lieux de rassemblement, etc. L’idée est de prévoir un plan spécifique pour prévenir et lutter contre la délinquance à l’occasion de ce grand événement qui va générer des situations et des flux de personnes exceptionnels. Ce plan doit être appliqué en amont, afin d’améliorer la situation dans et autour des lieux, conformément aux instructions données par le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Desrumaux, journaliste