Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Bourses, vie étudiante, point d’indice, inflation : les annonces de rentrée de Sylvie Retailleau

À l’occasion de sa première conférence de presse de rentrée, le 15 septembre 2022, Sylvie Retailleau a apporté des précisions sur la réforme des bourses : des premières mesures pourront être appliquées à la rentrée 2023, avant une réforme plus large en 2024, voire 2025. En parallèle, des échanges territoriaux sur la vie étudiante, la formation et l’orientation devront aboutir à des schémas directeurs territoriaux, ensuite déclinés dans les établissements. Elle annonce aussi que la hausse du point d’indice sera compensée en 2023 et que les établissements seront "accompagnés" pour faire face à l’augmentation du coût de l’énergie.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Sylvie Retailleau a centré sa conférence de presse de rentrée sur les étudiants, Paris, 15 septembre 2022. Droits réservés - DR

La réforme des bourses promise par Emmanuel Macron pendant sa campagne pourrait se faire en deux temps, indique la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lors de la conférence de presse de rentrée, le 15 septembre 2022 qui a aussi beaucoup porté sur l’admission en master (voir le fil Cursus et Insertion).

La concertation nationale commencera en octobre et sera menée par un "délégué ministériel", en la personne de Jean-Michel Jolion (lire sur AEF info). Elle "doit reposer sur un travail d’objectivation du système de bourses actuel, de définition de ses limites, de comparaison internationale des systèmes de bourses étudiantes et de construction d’un nouveau modèle soutenable et à même de renforcer la lutte contre la précarité étudiante", explique Sylvie Retailleau.

Celle-ci débouchera sur un point d’étape en janvier 2023. "On fera un premier point pour voir s’il y a des points d’accords que nous pourrions tout de suite mettre en œuvre pour la rentrée 2023", précise la ministre.

L’application de la réforme des bourses en 2024, voire 2025

Ensuite, "pour l’atterrissage de la réforme, on se donne jusqu’en juin 2023 pour que le délégué ministériel remette un rapport pour définir ce nouveau modèle pour la rentrée 2024, voire 2025." La date de mise en œuvre dépendra de l’ampleur de la réforme retenue, en fonction de "ce qu’il faudra faire pour implémenter ce nouveau modèle", poursuit-elle.

Sylvie Retailleau assure vouloir étudier "l’ensemble des propositions" et ne précise pas si la concertation vise une réforme paramétrique du système actuel ou une réforme plus systémique de l’ensemble des aides aux étudiants. "On pose les différents scénarios, les différents modèles. On les étudie et on voit celui qu’on choisit", résume-t-elle. En revanche, sur la question des effets de seuils – fréquemment soulevée par la Fage qui demande la linéarisation des bourses –, elle juge "inacceptable qu’un étudiant se voie retirer sa bourse en raison d’une augmentation de quelques euros du revenu de ses parents".

des schémas territoriaux de la vie étudiante pour juin 2023

En octobre, comme l’a déjà annoncé Sylvie Retailleau, se tiendront aussi des concertations territoriales, qui n’ont pas vocation à se pencher sur la réforme des bourses mais sur les autres thématiques de la vie étudiante : santé, culture, sport, inclusion, engagements étudiants. "Je suis consciente de l’hétérogénéité des territoires et des lieux d’études. C’est pourquoi l’échelle territoriale est la plus indiquée dans la définition de la politique de vie étudiante", justifie-t-elle.

Sous l’égide de rectorats, ces échanges territoriaux porteront aussi sur la formation, l’orientation et l’insertion. Ils devront permettre de "créer des synergies" et "d’échanger des bonnes pratiques". Ils seront aussi "l’occasion de se questionner sur l’avenir de nos étudiants et de définir les contours de leurs attentes", et de se demander 'pourquoi l’on vient étudier à l’université'", déclare Sylvie Retailleau.

Ces échanges territoriaux, qui peuvent s’inspirer de ce que certains rectorats ont déjà fait notamment pendant le Covid, doivent déboucher sur un point d’étape au premier trimestre 2023 et, enfin, sur l’élaboration de schémas directeurs territoriaux de la vie étudiante par région académique en juin 2023. Il faudra ensuite les "décliner en schémas directeurs de la vie étudiante dans les établissements", complète Sylvie Retailleau.

énergie : "Ne pas choisir entre chauffage et postes"

Concernant la hausse du coût de l’énergie à laquelle sont confrontés les établissements d’enseignement supérieur, la ministre les appelle, alors qu’ils construisent leurs campagnes d’emplois, à "ne pas choisir entre chauffage et postes" et assure vouloir "travailler à les accompagner en 2022 et dans la construction de leur budget de 2023". Sans parler de compensation, Sylvie Retailleau déclare que les établissements seront "accompagnés", "en particulier les plus fragiles". En revanche, ils "vont devoir faire un effort, comme tout le monde, et nous allons regarder aux cas par cas ce qu’ils peuvent faire", ajoute-t-elle.

Quant à la hausse de 3,5 % du point d’indice des fonctionnaires, elle annonce que celle-ci sera bien compensée dans le PLF 2023, ce qui n’était pas le cas en 2022.

les personnels doivent se concentrer sur leur cœur de métier

Par ailleurs, si la ministre a largement consacré sa conférence de presse aux étudiants, elle ajoute qu’il faut "apprécier le monde académique sous ces deux angles complémentaires, l’expérience étudiante d’une part, et celle des enseignants, des chercheurs et personnels administratifs et techniques, d’autre part". Dans cette perspective, elle souhaite mener "une réflexion collective sur les conditions d’exercices des métiers de l’ESR pour que chacun puisse se recentrer sur son cœur de métier et retrouver le temps nécessaire à son plein exercice".

Elle constate en effet que les enseignants-chercheurs "font tout" : de la recherche, de l’enseignement en travaillant sur leur pédagogie, de la formation tout au long de la vie, des dossiers pour des appels à projets européens… "Il faut leur redonner du temps et réfléchir aux métiers dont on a besoin pour les aider, comme les ingénieurs pédagogiques, les cellules Europe, etc."

Enfin, Sylvie Retailleau confirme que la rémunération des doctorants signataires d’un contrat doctoral MESR seront alignés dès début 2023 sur celle des nouveaux contrats qui ont bénéficié des revalorisations de la LPR (lire sur AEF info). L’objectif de 2 300 € mensuels fixés par la loi demeure, "mais on étudie comment on va y parvenir avec le stock et avec le flux de doctorants".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alice Bouviala, journaliste