Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Enseignements généraux, stages, formations… l’Élysée mise sur les concertations locales pour la réforme de la voie professionnelle

À l’occasion d’un déplacement du président de la République dans un lycée professionnel aux Sables-d’Olonne mardi 13 septembre 2022, l’Élysée précise la méthode retenue pour réformer la voie professionnelle : des concertations locales seront organisées dans les établissements pour discuter de la révision de la carte des formations, de l’aménagement des enseignements généraux, ou encore des périodes de stages. L’Élysée précise que l’augmentation de 50 % des PFMP ne doit "en aucun cas rogner sur les enseignements généraux", dont les lycéens professionnels ont un "besoin accru".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Emmanuel Macron présentera les trois axes de la réforme du lycée professionnel mardi 13 septembre 2022, dans un lycée des Sables d'Olonne. Flickr - © Rectorat de Toulouse

Lors de son discours devant les recteurs en Sorbonne, le 25 août 2022, Emmanuel Macron avait présenté les grandes lignes de la réforme de la voie professionnelle, qui repose sur trois axes : faire de cette filière une voie "de choix", améliorer l’insertion, et garantir la poursuite d’études (lire sur AEF info).

Le président de la République évoquera ce chantier mardi, aux côtés de Pap Ndiaye et de Carole Grandjean, lors d’une visite du lycée professionnel Eric Tarbarly aux Sables-d’Olonne. Cet établissement, spécialisé dans la filière nautisme, présente, pour l’Élysée, une "mixité de public, avec des élèves sous statut scolaire, des apprentis et quelques salariés en formation continue". Il organise aussi déjà des "actions spécifiques, en lien avec des entreprises très impliquées dans le cadre des actions de formation", qui travaillent avec "les enseignants du lycée pour mieux faire connaître la filière nautisme". À cet effet, des professionnels viennent y présenter les filières et métiers que pourront exercer les lycéens, à l’issue de leur formation. 

Le rôle des concertations locales

Concernant la mise en œuvre de la réforme, l’Élysée renvoie, sur plusieurs points, aux concertations qui seront menées au niveau local dans le cadre du CNR (lire sur AEF info), afin de laisser "davantage de souplesse" aux équipes éducatives et aux acteurs locaux.

L’idée est de "permettre aux parties prenantes de pouvoir se concerter, s’impliquer pour bâtir des solutions concrètes" permettant aux établissements scolaires de "trouver les solutions les plus adaptées au niveau territorial", en tenant compte notamment du "tissu économique" et des "besoins".

Le calendrier des consultations sur les territoires, et la manière dont doit être engagé le CNR thématique sur l’école, doivent être prochainement annoncés par le ministère de l’Éducation nationale. 

Carte des formations. L’Élysée rappelle que la carte des formations sera revue, afin de "mieux répondre aux besoins des professionnels, et en lien avec les régions et les rectorats". Quant à la question de savoir quelles filières, considérées comme "non insérantes", seront fermées, et lesquelles, estimées a contrario "insérantes", seront maintenues, l’Élysée renvoie aux concertations locales.

Volume des enseignements généraux et des stages. Selon les statistiques des journées Défense et citoyenneté, "28 % des élèves de CAP, et 16 % des élèves de bac pro, présenteraient des difficultés de lecture, alors que ce taux ne s’élève qu’à 3,5 % pour les élèves orientés dans un bac général", rappelle l’Élysée. Dès lors, il faut une "pédagogie adaptée à ces élèves", ce qui nécessite de préserver un "enseignement général ambitieux et de qualité". Les enseignements de mathématiques et de français devront "correspondre toujours mieux aux besoins des élèves, avec davantage d’heures, et moins d’élèves devant un enseignant, pour pallier les difficultés que ces élèves peuvent rencontrer". Sur ce point, l’Élysée insiste : "plus de stages ne veut pas dire moins d’enseignements généraux". Les syndicats de l’enseignement professionnels redoutent en effet que cette augmentation du temps de stage se fasse au détriment des enseignements généraux (lire sur AEF info).

Il appartiendra "aux équipes éducatives de s’organiser", notamment par rapport à "leur flexibilité, et à la manière de réaliser les stages sur l’année, avec par exemple des stages qui n’auraient pas lieu sur les mêmes périodes de l’année selon les élèves", précise l’Élysée. La manière et le moment auquel ces stages complémentaires pourront être mis en place sera décidé à l’issue d’une concertation en local au niveau de l’établissement. Les équipes pourront également "aménager les enseignements généraux, sans les réduire". Là encore, ce seront les concertations menées au niveau local qui permettront d’organiser les enseignements généraux.

Interrogé quant à la question de savoir si l’augmentation de 50 % des PFMP porterait sur la seule classe de terminale ou également sur celle de première, l’Élysée n’apporte pas encore de réponse. Concernant la gratification prise en charge par l’État (lire sur AEF info), son "niveau doit faire l’objet d’une réflexion", tout comme "l’articulation avec d’autres dispositifs, notamment le contrat d’engagement jeune".

Poursuite d’études. D’après l’Élysée, "sur 64 % des bacheliers professionnels qui candidatent à un BTS, seuls 35 % obtiennent une réponse positive". Pour améliorer la poursuite d’études, cela peut passer par "les concertations locales, dont les réponses peuvent être de différents ordres : les équipes des établissements peuvent ainsi être amenées à constater que les élèves des CAP par exemple peuvent avoir besoin d’une première année "d’accompagnement", voire de "remise à niveau". Mais les équipes "peuvent aussi s’apercevoir que les élèves de CAP ont besoin d’une troisième année" pour mieux s’insérer. L’augmentation du nombre de places dans les filières, par exemple en STS, se jouera aussi "selon les besoins des territoires", et devra faire "l’objet d’une concertation locale" (lire sur AEF info).

"Amplifier la dynamique de l’apprentissage"

 

Le ministre du Travail, du Plein-emploi et de l’Insertion professionnelle et la ministre déléguée charge de l’Enseignement et de la Formation professionnels ont présenté leur feuille de route aux partenaires sociaux, lundi 12 septembre 2022. Parmi les huit chantiers, figure le développement de l’apprentissage, pour atteindre "l’objectif d’un million d’apprentis". Il s’agit de :

  • "Soutenir les entreprises et les centres de formation des apprentis (CFA) pour inciter les acteurs à s’engager dans l’apprentissage, et garantir le financement de tous les contrats au juste prix,
  • Encourager les poursuites d’études dans la filière apprentissage, en sécurisant plus encore le parcours des jeunes, notamment en cas de rupture du contrat d’apprentissage, et en facilitant les passerelles avec la voie professionnelle,
  • Impliquer plus fortement le secteur public pour répondre aux besoins de recrutements des soignants et agents publics de demain".
à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Elise Le Berre, journaliste