Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Universités : l’autonomie suppose "d’anticiper les processus de transformations" (B. Dizambourg, revue AFAE)

La prospective qui permet "d’anticiper les processus de transformations" serait la "seule façon de construire une autonomie stratégique" pour les universités, avance Bernard Dizambourg, IGÉSR honoraire et ancien président de l’Upec, dans un article publié en juin 2022 dans la revue de l’AFAE. L’auteur alerte sur trois éléments extérieurs à prendre en compte : les tensions géopolitiques, les libertés académiques et l’arrivée de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. Il complète son analyse avec un "focus sur l’évolution de l’attente des étudiants".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Bernard Dizambourg, IGESR honoraire et ancien président de l'Upec et de la Comue Paris-Est

Comment aller plus loin dans l’autonomie des universités ? Par la prospective, répond Bernard Dizambourg, IGÉSR honoraire et ancien président de l’Upec et de la Comue Paris-Est, dans un article intitulé "Une prospective universitaire", publié en juin 2022 dans la revue trimestrielle de l’Association française des acteurs de l’éducation. Dans sa contribution, Bernard Dizambourg démontre comment "une démarche telle que la prospective permet d’anticiper les processus de transformations, seule façon de construire une autonomie stratégique qui dessine l’équilibre possible entre la vision qu’une université se fait de ses missions, ses caractéristiques internes et les transformations de ses environnements".

Repérer les tendances extérieures

Pour l’ancien président de l’Upec, "une organisation n’est jamais 'autonome' au sens où il serait possible de définir des choix de mission et de structuration au vu de seules variables internes". Elle négocie "ses marges de liberté" avec "une multiplicité de parties prenantes externes (financeurs, acteurs intéressés par les productions de l’organisation, concurrents et partenaires potentiels, etc.)".

D’après lui, "une demande de prise de distance vis-à-vis de l’État doit amener les universités françaises à intégrer une plus grande vigilance sur l’évolution des environnements externes". L’auteur identifie trois tendances, "extérieures à l’environnement strictement universitaire", qui sont susceptibles de modifier l’exercice de la fonction des universités. Il appuie son analyse sur un exercice de prospective conduit par l’EUA en 2021.

Une coopération internationale touchée par des tensions géopolitiques

Constatant que "le monde semble entré dans une logique de conflictualité accrue", "l’idéal du savoir sans frontières risque d’être pris en otage par la géopolitique internationale", estime l’EUA. À terme, l’Europe continentale pourrait en conséquence accueillir "beaucoup moins d’étudiants et de chercheurs chinois par exemple", écrit Bernard Dizambourg. Des conséquences financières seraient constatées "si la mobilité internationale des étudiants diminue car la plupart des pays européens facturent des frais plus élevés pour les étudiants non européens", analyse l’EUA.

Cette tendance toucherait davantage les universités à forte intensité de recherche. En effet, le niveau doctoral s’est internationalisé au fil des années : 20 % des doctorants en Europe viennent d’un autre pays que celui où ils étudient selon une enquête de l’EUA sur la formation doctorale en 2019.

UNE DEMANDE "croissante" des expertises scientifiques

Pour Bernard Dizambourg, les libertés académiques sont aussi mises en cause "dans des pays où l’expression démocratique par les élections est certes maintenue mais où l’équilibre entre des contrepouvoirs indépendants, caractéristique essentiel des sociétés démocratiques, est considéré comme moins important que l’alignement sur l’expression populaire majoritaire". Cette tendance peut "avoir deux conséquences opposées" : elle peut être "source de graves difficultés pour certaines universités européennes mais elle peut induire une très forte attente vis-à-vis des universités et du monde académique". Celle-ci se traduirait par "la nécessité que les universités contribuent aux débats sociétaux et politiques apportant expertises et preuves scientifiques".

Il y aurait alors une "demande croissante d’expertise scientifique et technique" émanant à la fois des gouvernements, des autorités locales, des entreprises et du monde associatif en vue d’une demande d’aide à la décision face à des enjeux sociétaux de plus en plus complexes, analyse l’ancien président de l’Upec. Ainsi, la perception de l’université comme un "lieu de l’élargissement de la pensée critique et des connaissances connaîtrait une forme de renouveau".

Le marché du travail au défi du développement de l’intelligence artificielle

L’auteur de l’article cite également l’intelligence artificielle comme une transformation importante à anticiper pour l’université. Elle peut "induire des modifications de l’organisation interne des universités" sur le plan administratif mais aussi dans les fonctions de formation et de recherche.

Au sein de l’université et en dehors, "la dématérialisation des processus avance rapidement et une part importante des traitements d’information est transférable sur des applications dédiées", constate Bernard Dizambourg. Il poursuit : "Au-delà de la formation initiale, l’intelligence artificielle déqualifiera une part importante des populations de salariés". Les universités pourraient "s’engager dans la requalification d’adultes et ce de façon plus volontariste qu’elles ne le font aujourd’hui".

Parmi les choix stratégiques futurs, l’université devra aussi se positionner vis-à-vis des grandes entreprises de technologie. Ces acteurs sont des "partenaires et des concurrents potentiels", qui comptent d’importants investissements et des compétences significatives et qui sont "très présents le champ de la recherche et du développement". En outre, ces entreprises dispensent des formations certifiantes à des compétences nouvelles, et sont "productrices de nouvelles connaissances".

Des étudiants mobilisés sur les questions environnementales

En outre, les universités et les écoles ont commencé à s’emparer du sujet des transitions énergétiques et environnementales, poussées par une forte demande des étudiants à se saisir de ces questions (lire sur AEF info). Bernard Dizambourg confirme qu’une analyse empirique des observations des équipes de direction des universités et des grandes écoles révèle "une grande convergence" parmi la communauté étudiante : "celle d’une sensibilité très forte (et croissante) des étudiants aux enjeux environnementaux".

Les étudiants demandent à la fois "une prise en compte beaucoup plus forte des questions environnementales dans les programmes de formation" et sur "les formes pédagogiques". "Cette sensibilité s’exprime aussi sur le sujet des partenariats des établissements", avec "des réticences très fortes sur les liens" avec des entreprises considérées comme ayant des activités et engagement en contradiction avec les enjeux climatiques. La fin du partenariat entre Sciences Po et TotalEnergies constitue un exemple récent (lire sur AEF info).

dans La revue de l’AFAE

 

Le numéro de juin 2022 est consacré à la conduite du changement. Outre Bernard Dizambourg, y ont notamment contribué :

  • Daniel Filâtre sur "La conduite du changement dans les politiques publiques éducatives : le cas des réformes de la formation des enseignants" (lire sur AEF info)
  • Alain Abécassis sur "Les raisons de l’échec d’une réforme : l’exemple de la loi de Luc Ferry sur la modernisation des universités" (lire sur AEF info)
  • Yves Lichtenberger sur "L’université, avec ses étudiants" (dépêche à venir)
  • Étienne Bordes, sur "S’approprier le changement. La première génération des présidents d’université en France (1971-1976)" (lire sur AEF info)
  • Stéphanie Mignot-Gérard, Christine Musselin et Aline Waltzing sur "Le Covid révélateur des potentialités de changement en université ?" (lire sur AEF info)
à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Caroline Laires Tavares, journaliste