Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°676704

NAO : "Avec des augmentations générales, nous avons voulu renforcer le contrat social" (N. Plou / DRH France de Korian)

Le 22 juillet 2022 se sont achevées les négociations annuelles obligatoires chez Korian. Face à l’inflation et aux problématiques de pouvoir d’achat, les partenaires sociaux ont réussi à trouver, après cinq réunions de négociation, un accord signé par trois organisations syndicales représentatives (CFDT, CGT, Unsa). Alors que la direction proposait des dispositifs ciblés pour certaines catégories de salariés, le compromis finalement trouvé prévoit des mesures collectives avec des augmentations générales pour les non-cadres et des revalorisations supplémentaires pour les métiers en tension. Nadège Plou, DRH France de Korian, revient pour AEF info sur les principales mesures du texte, les besoins exprimés en matière de pouvoir d’achat et les priorités RH de la rentrée pour l’entreprise.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Nadège Plou, DRH France de Korian © Korian

AEF info : Quelles sont les dispositions majeures négociées dans le cadre de l’accord NAO pour 2022 ?

Nadège Plou : Nous avons signé avec trois de nos quatre organisations syndicales représentatives (Unsa, CGT et CFDT) un accord qui prévoit plusieurs mesures importantes.

Tout d’abord, des augmentations générales pour les non-cadres cumulant au moins un an d’ancienneté. 16 600 collaborateurs sont concernés. Cette augmentation se fait en deux paliers : 3 % pour les salariés dont le salaire est inférieur à 2 500 euros bruts par mois hors dispositions Ségur, et 2 % pour ceux qui sont au-dessus. Cela permettra à 100 % des non-cadres entrant dans le champ d’application d’être augmentés. Pour les cadres touchant moins de 2 500 euros hors Ségur, ils bénéficieront également d’une augmentation de 2,5 %.

Deuxième disposition forte : celle destinée aux métiers en tension que sont les aides-soignants, les infirmiers et les cuisiniers. En 2019, déjà, nous avions créé cette nouvelle grille avec les organisations syndicales. Aujourd’hui, nous ajoutons trois paliers supplémentaires pour ces métiers, ce qui institutionnalise une progression salariale de 14 % et 16 % sur les six premières années après l’embauche et permet de récompenser ainsi nos équipes les plus fidèles en nous détachant des minima de branche.

Ces mesures d’augmentations générales et de progression dans la grille sont cumulables.

AEF info : En quoi les mesures déjà permises par le Ségur de la Santé ont influencé les négociations ?

Nadège Plou : Notre but avec ces négociations était de tenir et renforcer notre contrat social, dans le contexte économique que nous connaissons, en sus du Ségur 1, qui a déjà permis des augmentations de 206 euros mensuelles pour tous les salariés cadres et non-cadres, et du Ségur 2 d’augmenter de 19 euros complémentaires les aides-soignants et de 54 euros les infirmiers.

S’ajoute à ces mesures la participation. Au 15 juin 2022, nous avons versé 1 000 euros en moyenne aux salariés, soit 2,5 fois le montant de l’année précédente. Nous avons également lancé un plan d’actionnariat salarié qui a permis à 23 % des salariés cadres et non-cadres en France d’obtenir des actions, avec un abondement de 200 euros de l’entreprise.

AEF info : L'accord prévoit-il d'autres mesures ?

Nadège Plou : En plus des mesures d’augmentations, nous nous sommes engagés à renforcer notre accompagnement social, en embauchant deux nouvelles assistantes sociales, en plus des deux que nous comptions déjà.

Le dernier axe de ces négociations consiste à poursuivre l’investissement de l’entreprise en matière d’accompagnement à la formation de nos équipes en poursuivant très largement nos actions en matière d’accompagnement à la VAE pour les CDI et en ouvrant cette voie à partir de septembre 2022 aux CDD disposant d’au moins trois mois d’ancienneté dans l’entreprise. Nous réitérons par ailleurs notre engagement en matière de formation par la voie de l’apprentissage en souhaitant accueillir au sein de nos structures 900 apprentis (soit 28 % de plus qu’aujourd’hui).

En résumé, ce nouvel accord doit concourir à attirer, fidéliser et former les professionnels de nos structures sanitaires et médico-sociales.

AEF info : La question du pouvoir d’achat est aujourd’hui au cœur des préoccupations des salariés. Comment les avez-vous pris en compte dans le cadre des négociations NAO menées chez Korian ?

Nadège Plou : Les attentes des salariés nous ont été remontées par les organisations syndicales, au rythme de nos cinq séances de négociation.

Au départ de nos discussions nous avons fait valoir du côté de la direction des propositions ciblées. Très vite, nous avons saisi le souhait des organisations syndicales de mettre en place des mesures plus collectives, et y avons répondu favorablement.

AEF info : L’Assemblée nationale vient de voter la prime de partage de la valeur. Allez-vous vous en saisir ? Quels montants seront alloués le cas échéant ?

Nadège Plou : Nous avions déjà mis en place une prime Pepa de 200 euros en 2019 et d’un montant permettant de compléter la prime Covid jusqu’à 1 500 euros en 2020. Notre objectif pour cette année a été de proposer des mesures visant à récompenser la fidélisation de nos équipes en continuant à faire évoluer leur salaire mensuel qui sert par ailleurs de base au calcul d’éléments variables telles que les heures supplémentaires ou complémentaires.

Ce choix est plus onéreux pour nous que de donner une prime, mais c’est plus durable et pérenne, et nous répondons ainsi à la volonté des organisations syndicales d’avoir une mesure gravée dans le marbre venant ainsi alimenter le contrat social de l’entreprise.

AEF info : Certains syndicats ont fait valoir la nécessité d’accéder à la subrogation, et du fait que les salariés attendent parfois de longues semaines avant de pouvoir toucher des indemnités en cas d’arrêt maladie. Comment travaillez-vous sur cette question ?

Nadège Plou : Nous travaillons, pour pallier cela, à la mise en place d’un versement hebdomadaire, à réception des montants versés par la prévoyance et ce en lieu et place d’un système de subrogation. Nous sommes en train de voir avec notre direction des services informatiques comment installer ce dispositif au plan technique mais nous travaillons d’arrache-pied avec nos équipes afin que les salariés ne rencontrent plus ces difficultés.

Nous avons subi récemment un allongement des délais de versement lié à une panne généralisée de l’outil informatique Prest’IJ. Un gros travail a été réalisé par les équipes paie pour rattraper ce retard, sur les deux derniers mois. Nous devons poursuivre nos efforts pour réduire encore ces délais de versement. Nous portons une attention accrue à ce sujet, de manière à éviter que nos salariés ne se trouvent dans une situation délicate, notamment par le versement d’acomptes à chaque fois que nécessaire.

AEF info : Nous sommes rentrés dans la période estivale. Comment gérez-vous cette période où l’on doit jongler entre le maintien de la qualité du service apporté aux résidents et les départs en vacances des salariés ?

Nadège Plou : L’été est toujours une période très sensible à laquelle nous attachons une attention particulière. Je souhaite saluer tout le travail réalisé par les managers de nos sites qui ont beaucoup anticipé la pose des congés et les plannings de leurs équipes car l’année dernière s’est révélée compliquée. Par ailleurs, afin de les aider sur cette période, en juin, nous avons créé 16 postes de "sourceurs", dont le travail est axé sur le recrutement dans les différents bassins d’emploi. Ce réseau de recruteurs est animé au plus près du terrain par les directeurs régionaux et les responsables ressources humaines jusqu’à fin septembre. Nous verrons ensuite si nous conservons ces postes après l’été.

Nous avons également donné des consignes de "surbooking" aux managers. L’idée est de recruter 10 % à 20 % de CDD en plus que de besoin car il arrive encore que l’on fasse signer leur contrat de travail à des personnes qui ne se présentent pas le jour de la prise de poste. Ce sont les directeurs des établissements qui sont aux manettes pour ajuster le nombre de contrats nécessaires.

AEF info : Quelles sont vos priorités pour la rentrée ?

Nadège Plou : Nous allons continuer à travailler sur nos principales priorités, à savoir attirer, fidéliser et développer nos équipes par l’intermédiaire de la formation. Sur cette thématique, nos travaux vont se concentrer à la rentrée davantage sur le métier d’infirmier, puisque nous allons investir davantage le champ de l’apprentissage, en accueillant, pour commencer, une cinquantaine d’apprentis en septembre 2022.

Nous continuerons également avec nos partenaires sociaux à travailler sur les conditions de travail de nos équipes dans le cadre de la poursuite de la négociation sur l’organisation du travail. Notre objectif conjoint est de définir le cadre optimum (sur la base de pratiques d’établissements) pour exercer les différentes fonctions dans nos sites et continuer à améliorer la qualité de services et des soins.

Dans ce cadre notamment, nous définirons ensemble concrètement les cycles de travail en tendant à réduire les cycles longs qui peuvent démotiver à la réalisation d’heures supplémentaires.

Enfin, les 5 et 6 septembre, je réunirai, pour la troisième année, l’ensemble des parties prenantes du dialogue social de l’entreprise en séminaire (organisations syndicales, secrétaires des CSE, membres du CSEC et Président d’instances). Nous travaillerons ensemble à la construction du dialogue social de demain dans le cadre du passage à la société à mission.

à lire aussi

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
"La crise a fait évoluer positivement l’image de nos métiers et de notre activité" (Rémi Boyer, DRH du groupe Korian)
Lire la suite
Korian adopte un protocole européen sur la santé, la sécurité et la prévention des accidents du travail

La directrice générale du groupe Korian Sophie Boissard et le secrétaire du comité d’entreprise européen, Claude Vaussenat, ont signé un protocole sur la santé, la sécurité et la prévention des accidents du travail au niveau européen, indique le groupe spécialisé dans la gestion d’établissements de soins et pour personnes âgées le 17 novembre 2021. Le protocole s’appuie sur la charte santé et sécurité signée en 2019 et "propose des actions concrètes, illustrées de bonnes pratiques existantes qu’il convient de mettre en œuvre sur chaque site". Parmi celles-ci : "une organisation du travail qui respecte les nécessités de soin des résidents et les besoins des salariés", "l’analyse des accidents et un pilotage des plans d’action au sein de chaque site" ou encore une "responsabilisation de tous" sur les sujets de santé-sécurité (sensibilisation, formation, visites managériales dédiées…).

Lire la suiteLire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
D'agentes de service chez Derichebourg à aides-soignantes chez Korian : les Transitions collectives démarrent
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Korian déploie un programme de formation au management pour l’ensemble de ses 950 directeurs d’établissement en Europe
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Korian signe un accord sur la mise en place d’un comité d’entreprise européen
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Korian: "En 2019, nous allons axer notre politique RH autour de l’organisation du travail" (Nadège Plou, DRH France)
Lire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Evelyne Orman, journaliste