Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

L’université d’Angers inaugure un data center métropolitain, qui bénéficiera à une dizaine de partenaires

Un data center mutualisé a été inauguré vendredi 8 juillet 2022 par l’université d’Angers et ses partenaires. "Il s’agit d’un data center métropolitain, qui répondra à nos besoins pour les 15 prochaines années", explique à AEF info Stéphane Amiard, vice-président numérique de l’établissement. Un autre projet de data center, régional cette fois, est prévu dans le cadre du CPER 2021-2027. Il sera installé à Nantes, et permettra aux établissements d’ESR des Pays-de-la-Loire de bénéficier "d’un réseau régional à très haut débit et d’outils numériques pour la recherche de demain".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Stéphane Amiard, vice-président de l'université d'Angers.

L'université d’Angers a inauguré vendredi 8 juillet un data center mutualisé, qui héberge tous les services numériques de l’université, de l’ENT à Sifac, et stocke ses données. "C’est un changement énorme en termes de fiabilisation des services, de résilience par rapport aux incidents majeurs qui peuvent se produire : incendies, coupures d’électricité", souligne Stéphane Amiard, vice-président patrimoine, transition écologique et numérique de l’université. "Le data center tourne 99,98 % de l’année ; il ne s’arrête que quelques heures par an, pour de la maintenance. Et il continue à tourner en cas de coupure d’électricité", précise-t-il.

L’équipement de 300 m2 est mutualisé avec plusieurs partenaires : deux collectivités (le département de Maine-et-Loire et Angers Loire Métropole) et sept établissements d’ESR (l’Eseo, l’UCO, l’ESA, le Crous, Institut Agro Rennes-Angers, Inrae, Arts&Métiers Paris Tech) (1). Pour bénéficier de ce data center, ils paient des "droits d’hébergement" : à titre d’exemple, l’utilisation d’une baie coûte 500 € HT/mois. "Le modèle économique a été calculé pour ne pas être déconnecté des prix du marché privé, mais il ne fait que couvrir les charges", indique le vice-président. "On a reçu tellement de demandes qu’on a dû en refuser… On aurait aimé faire un étage de plus, mais on a dû y renoncer pour des questions de budget", regrette-t-il, ajoutant qu' "aujourd’hui, le data center est plein".

 

FERMETURE DE PETITES SALLES INFORMATIQUES

Stéphane Amiard en convient : "un data center n’est jamais green", car il consomme de l’énergie. "Mais ce projet avait aussi un volet de transition énergétique et écologique pour l’université et ses partenaires, avec deux éléments principaux : la mesure de l’efficience énergétique du data center, grâce au PUE (power usage effectiveness), et la fermeture d’une vingtaine de petites salles informatiques énergivores, soit environ 170 m2, dont les équipements ont été transférés dans le data center".

Le data center, dont le coût total est de 2,3 M€, a été financé dans le cadre du CPER 2015-2020, mais sans financements de l’État : la région Pays-de-la-Loire et Angers Loire Métropole ont apporté 1,8 M€, l’université les 500 000 euros restants, sur fonds propres. L’installation a une puissance maximale de 250 kW. "Cet équipement va nous permettre d’assurer les 15 prochaines années, en termes de services à l’usager et de services métiers, affirme Stéphane Amiard. C’est un coût raisonnable pour une ville universitaire comme Angers".

UN SERVICE COMMUN RÉGIONAL pour porter les infrastructures numériques

Le data center angevin est inauguré alors qu’un autre projet vient de démarrer : il s’agit du projet de data center régional, qui devrait être opérationnel en 2025. Construit à Nantes, cet équipement, inscrit au CPER 2021-2027 (avec un budget de 10 M€), est porté par le SIEN (service inter-établissement numérique), fondé fin 2021 par les trois universités de Nantes, Angers et Le Mans. Ce service commun a en charge les grandes infrastructures numériques régionales comme le réseau à très haut débit ESR, le futur data center régional, et les futurs services numériques mutualisés. "Ces projets sont étroitement arrimés au projet de mésocentre régional dédié au calcul scientifique : Glicid", complète Stéphane Amiard.

"Dans la région Pays-de-la-Loire, nous sommes en retard par rapport à des régions comme la Bretagne, la Normandie ou le Centre Val-de-Loire, en termes d’infrastructures numériques, poursuit le vice-président. On peut dire que Renater n’a pas traité toutes les régions de manière équivalente en termes d’investissement… Ce qui fait notamment que la principale 'sortie' du réseau régional très haut débit vers Paris, pour les Nantais, se fait historiquement via Rennes. Alors qu’une sortie via Angers et Le Mans serait complémentaire et plus rapide pour d’autres établissements régionaux. Et cela créerait une 'dorsale' Nantes-Angers-Le Mans-Paris, avec un réseau régional maillé, permettant à un chercheur ou à un étudiant de Laval ou de Cholet d’accéder au très haut débit, ou à des données d’être transférées d’Angers à Nantes, par exemple".


C’est donc le SIEN, service commun porté par Nantes université, mais avec une gouvernance tournante (c’est Stéphane Amiard qui le dirige jusqu’en 2024) qui a mis en place, "en bonne intelligence avec Renater", ce projet de liaison Le Mans-Paris, et avec la DGRI, le projet de data center régional, labellisé par l’État en décembre 2021. "Avec cet équipement, on sera aux standards des autres régions, et on prépare les outils de 2030", estime Stéphane Amiard. Pour mener à bien ces projets, les trois universités mettent en commun leurs compétences, et notamment celles de leurs sept ingénieurs réseaux, qui sont mis à disposition (pour 20 à 40 % de leur temps de travail), sur une durée déterminée, au service du SIEN.

(1) Les établissements d'ESR partenaires de l'université dans ce projet sont les membres d'un GFU (groupement fermé d'utilisateurs), créé en 1999 pour leur raccordement à la fibre.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Diane Scherer, journaliste