Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Excellences : 17 projets sont retenus pour la 2e vague et bénéficient de 328 M€

Après 15 premiers projets retenus à la 1re vague fin novembre 2021, ce sont 17 nouveaux projets Excellences qui sont sélectionnés dans le cadre de la 2e vague de l’appel à projets, sur les 38 déposés, annonce le gouvernement le 12 juillet 2022, après la réunion du Comité des écosystèmes d’enseignement, de recherche et d’innovation (Ceeri) le 28 juin. Dans le détail, 4 sont portés par des établissements idex-isite (sur les 7 déposés) et 13 par des sites non idex-isite (sur les 31 déposés). Pour cette 2e vague, les lauréats se partagent une enveloppe de 328 M€ (contre 292 M€ pour la 1re vague).

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Sylvie Retailleau annonce les lauréats de la deuxième vague de l'appel à projets Excellences, le 12 juillet 2022 à Grenoble. AEF - A. Mascret

"Nos excellences sont présentes partout dans nos territoires. Elles constituent chacune des réponses singulières, mais elles font également réseau", déclare la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le 12 juillet 2022. Venue annoncer la liste des 17 nouveaux lauréats de l’AAP Excellences à Grenoble, Sylvie Retailleau se félicite de constater qu’ils "sont portés très majoritairement par des établissements hors idex et isite" et que "deux sites lauréats sont ultramarins". "Parce qu’elles répondent à des enjeux communs, [nos excellences] confirment le rôle essentiel que jouent nos établissements au sein de la société, illustré à l’occasion de cette 2e vague par les thèmes à l’honneur, comme la transition écologique et énergétique ou la santé globale", note la ministre.

Sylvie Retailleau souligne aussi que si l’appel à projets revendique "la singularité et la pluralité des projets des établissements", certains "facteurs de réussite sont communs" :

  • "Une bonne organisation du pilotage et de l’évaluation ;
  • une analyse pertinente du positionnement de l’établissement dans le territoire et le tissu économique local ;
  • une attention portée à l’articulation entre l’ancrage territorial et le rayonnement international ;
  • une dimension sciences et société affichée ;
  • une interdisciplinarité revendiquée, en formation comme en recherche, pour être en mesure de répondre, collectivement, aux grands défis contemporains, et à ceux de demain."

17 lauréats

Voici la liste des 17 lauréats de la 2e vague de l’appel à projets Excellences, avec en italique ceux qui avaient déjà déposé un projet en 1re vague, et les liens vers les dépêches présentant le projet (plus de détail sur chaque projet à la fin de la dépêche).

ÉTABLISSEMENTS NON IDEX-ISITE
NOM DU PROJET
MONTANT
Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
Tiris38 303 496 €
Université Lyon-IShape Med@Lyon28 105 920 €
Institut polytechnique de ParisSTeP227 941 760 €
Université de Reims Champagne-ArdenneExebio21 704 085 €
Université Rennes-IIris-E21 454 960 €
FNSP-Sciences Po Paris
Tiered15 992 320 €
Université de GuyaneAIBSI14 154 707 €
Université d’OrléansMinerve13 822 994 €
Université de la Polynésie françaiseNarua11 175 239 €
Université polytechnique des Hauts-de-FranceEuro-Tell11 061 956 €
Université d’ArtoisMaia10 976 642 €
Université Savoie Mont-BlancUSMB Shine8 799 352 €
Université de CorseUniti7 162 182 €
Total hors idex-isite
230 655 613 €
ÉTABLISSEMENTS IDEX-ISITE
NOM DU PROJET
MONTANT
Sorbonne universitéSound30 776 373 €
Université Grenoble AlpesGates27 697 600 €
Université PSLONEPSL Impact23 912 000 €
Université de LorraineLUE-E&T15 632 870 €
Total idex-isite
98 018 843 €
Total général
328 674 456 €
 

Le Ceeri du 28 juin – qui devait avoir lieu fin mai initialement mais qui a été reporté du fait des législatives – a donc validé l’évaluation du jury, présidé par Michael Hengartner, président du Conseil des Écoles polytechniques fédérales suisses, après l’audition d’une dizaine de porteurs la semaine du 9 mai (dont Toulouse, l’ENS de Lyon et Strasbourg).

La 3e et dernière vague est lancée ce jour pour une clôture au 30 novembre 2022.

accompagner la différenciation

 

Pour rappel, cet AAP "accompagne la différenciation entre établissements d’enseignement supérieur" et vise à reconnaître l’excellence en matière :

  • de formation ;
  • d’action territoriale ;

  • européenne et internationale ;

  • d’innovation et d’impact sur l’économie et la société au sens large ;
  • de recherche ;

  • de ressources humaines ;
  • de vie étudiante

  • de culture et de culture scientifique et technique.

près de 179 M€ restant pour la 3e vague

Taux de sélection. Le taux de sélection s’élève donc à 57 % pour les idex-isite (contre 67 % en 1re vague) et à 42 % pour les autres établissements (contre 30 % en 1re vague). Au global, il est de près de 45 %.

10 projets déjà déposés en 1re vague. Sur les 17 retenus, plus de la moitié (10 au total) avait déjà déposé un projet en première vague : 3 des 4 projets idex-isite, et 7 des 13 projets non idex-isite.

328,6 M€ pour la 2e vague. Alors que les 15 projets de la 1re vague se partageaient 292 M€, les 17 projets de la 2e vague bénéficient de 328,6 M€, le montant moyen par projet évoluant peu entre les deux vagues : 19,4 M€ pour la 1re et 19,3 M€ pour la 2e. C’est le projet Tiris de Toulouse qui se voit attribuer le montant le plus élevé de cette vague (38,3 M€), devant Sorbonne université et Lyon-I.

77,6 % de l’enveloppe de 800 M€ consommée. Pour rappel, l’enveloppe totale dédiée à cet appel à projets, qui s’étale sur trois vagues, s’élève à 800 M€ : 400 M€ pour les idex-isite et 400 M€ pour les autres établissements (lire sur AEF info).

À l’issue des deux premières vagues, 77,6 % de l’enveloppe a été utilisée. Il reste ainsi près de 179 M€ pour la 3e vague, dont près de 65 M€ pour les établissements non idex-isite. Pour les sites idex-isite, il reste 114 M€, pour cinq sites éligibles dont les projets n’ont pas été retenus (Clermont-Auvergne, Strasbourg et Côte d'Azur) ou qui n’ont pas encore déposé de projet (Lille et Nantes). En effet, sur les 17 idex-isite, 12 ont vu leur projet sélectionné en vague 1 ou 2.


Enveloppe AAPMontant vague 1Montant vague 2Total vagues 1 et 2Enveloppe restante pour la vague 3part de l’enveloppe utilisée par vagues 1 et 2
Établissements non idex-isite400 M€
104,4 M€230,6 M€335 M€65 M€83,7 %
Établissements idex-isite400 M€188 M€98 M€286 M€114 M€71,5 %
Total 800 M€292,4 M€328,6 M€621 M€179 M€77,6 %

Les 21 projets non retenus

Ce sont donc 21 projets qui n’ont pas été retenus à cette 2e vague : 18 parmi les établissements non idex-isite et 3 parmi les idex-isite.

Pour 7 d’entre eux, il s’agit d’un 2e échec, car ils avaient déjà déposé un projet lors de la 1re vague : la Comue Normandie université, l’ENS de Lyon, Campus Condorcet, la Comue Angers-Le Mans, la Comue Paris Lumières, la Comue Hesam, et l’université Clermont-Auvergne.

Voici les projets qui n’ont pas été retenus, avec en italique ceux qui avaient déjà déposé un projet en 1re vague.

Établissement non idex-isite

  • Comue Normandie université
  • ENS de Lyon
  • Campus Condorcet
  • Comue Angers - Le Mans
  • Comue université Paris-Lumières
  • Comue Hesam université (lire sur AEF info)
  • Avignon université
  • École nationale des ponts et Chaussées
  • Inalco (lire sur AEF info)
  • Université de technologie de Troyes
  • Edhec business school
  • Université de Nîmes (lire sur AEF info)
  • Université de Tours
  • Université de Toulon
  • Université Bordeaux Montaigne (lire sur AEF info)
  • Université Paris-Panthéon-Assas
  • Université Bretagne-Sud
  • Comue université Paris-Est (lire sur AEF info)

Établissement idex-isite

  • Université Clermont-Auvergne
  • Université de Strasbourg
  • Université Côte d'Azur (lire sur AEF info)

L’essentiel à savoir sur les projets lauréats

Lors de son discours à Grenoble, Sylvie Retailleau a dit un mot sur chaque projet lauréat dans "un petit tour de France de nos excellences", les 17 étant également présentés dans un dossier de presse.

Les 4 projets portés par des idex-isite

Université Grenoble-Alpes. Le projet grenoblois "entend renforcer son attractivité et sa signature de site autour de trois axes principaux :

  1. "La création d’une offre de premier cycle attractive et différenciée, préparant à l’insertion professionnelle et aux études supérieures ;
  2. l’accroissement de l’attractivité internationale en recherche (par le biais de doctorats, de post-docs et de chercheurs invités cofinancés en relation avec ses partenariats internationaux) ;
  3. le développement de l’expertise, de la visibilité et l’attractivité des sciences humaines et sociales."

Université de Lorraine. "En conjuguant excellence académique et ancrage territorial, l’université de Lorraine [avec son projet "d’excellence pour l’éducation et les territoires] vise non seulement une transformation systémique du premier cycle universitaire de façon à former tous les étudiants aux défis du développement durable, à l’entrepreneuriat, à la recherche, mais aussi un nouveau modèle de relation avec les collectivités territoriales de la région Grand-Est."

Université PSL. "En combinant excellence académique et impact sociétal, l’université́ PSL [avec son projet ONEPSL Impact (De l’excellence académique à l’impact social)] veut faire de ses étudiants des acteurs du changement. En plaçant les défis sociétaux au cœur des cursus, en développant les apprentissages par la recherche et l’expérimentation et en stimulant les échanges entre les étudiants et les alumni. Ceux-ci, par le biais d’une inscription à vie à PSL, resteront en contact avec les recherches innovantes tout au long de leur carrière."

Sorbonne université. "Pour mieux répondre aux enjeux de transition (société, santé, et planète durable), Sorbonne université et ses partenaires [avec le projet Sound (Sorbonne université pour un nouvel engagement : déployer la contribution collective aux défis sociétaux)] non seulement repensent les activités de formation et de recherche, mais également renforcent les interactions avec les partenaires académiques et non académiques pour rendre les connaissances et les résultats largement accessibles, en vue d’une meilleure compréhension collective des enjeux."

Les 13 projets portés par les autres sites

Université Savoie Mont-Blanc. Le projet Shine (stratégie de l’USMB pour un meilleur impact sur l’écosystème et la société) de l’université de Savoie Mont-Blanc "veut contribuer davantage aux transitions environnementales, industrielles et sociétales autour de 3 axes prioritaires : interactions homme-environnement ; services et industries du futur ; patrimoine culturel et sociétés en mutation. Le projet vise à structurer la recherche et l’enseignement de manière interdisciplinaire, à diffuser et valoriser les connaissances pour accélérer le développement des entreprises et des territoires et à constituer des hubs thématiques de recherche et d’enseignement avec l’ensemble des parties prenantes."

Université Lyon-I. À travers le projet Shape-Med (Structuration d’une approche 'une seule santé' pour la médecine personnalisée), et "en s’appuyant sur le premier écosystème industriel d’innovation en matière de santé en France et le deuxième plus grand système hospitalier universitaire, l’université Claude-Bernard Lyon-I et ses partenaires répondent de façon ambitieuse aux défis de la médecine et de la 'santé́ unique' en constituant un hub santé́ d’excellence, en connectant acteurs publics et privés et en renforçant, par une stratégie RH intégrée, le continuum hôpital-université-recherche."

Université de Reims. "Afin de faire rayonner le potentiel de recherche et de formation régional en bioéconomie et sciences de l’environnement, l’université de Reims Champagne Ardennes entend créer un Institut international en bioéconomie durable, qui fédérera les forces de tous les acteurs du territoire, ainsi qu’une graduate school européenne", à travers son projet Exebio (Excellence en bioéconomie durable).

Université polytechnique des Hauts-de-France. À Valenciennes, dans le cadre du projet Euro-Tell (Nouveau modèle européen d’apprentissage expérientiel fondé sur la transition), "pour répondre aux défis de la transition et en s’appuyant sur les expertises des acteurs du territoire, trois hubs thématiques de la transition y sont constitués, auxquels sont rattachées trois graduate schools interdisciplinaires européennes et un Think-to-Do-Lab inspiré du modèle des think tanks."

Université d’Artois. "En s’appuyant sur l’excellence et l’attractivité de ses recherches et formations dans le domaine de l’intelligence artificielle et de ses applications, l’université d’Artois [avec son projet Maia (Maîtriser les applications de l’intelligence artificielle)] entend faire avancer la compréhension et l’acceptabilité sociétale de l’IA, dans une logique de science 'pour' et 'avec' la société, avec un focus sur trois domaines importants pour la région Hauts-de-France : la santé, la chimie et l’environnement."

Université Rennes-I. Avec le projet Iris-E (Recherches interdisciplinaires et solutions innovantes pour la transition environnementales), Rennes-I "a pour ambition de développer des solutions innovantes pour contribuer à la soutenabilité des ressources, à la protection des écosystèmes et à la préservation de la santé humaine. L’innovation et l’interdisciplinarité permettront de co-construire des solutions au service de la transition environnementale."

Université d’Orléans. Avec son projet Minerve (Renforcer une démarche de recherche et de formation intégrative pour répondre aux enjeux sociétaux et économiques internationaux), l’université d’Orléans "propose de créer deux pôles thématiques. L’un en sciences et technologies augmentées par les data sciences. L’autre en sciences du sport, de la rééducation et des activités physiques. Des programmes modulaires et interdisciplinaires en 1er et 2e cycles y favoriseront l’émergence d’une génération de scientifiques capables d’innover, en conciliant ancrage territorial et internationalisation."

Université de Toulouse. Avec le projet Tiris (Initiative toulousaine pour un impact de la recherche sur la société), l’université fédérale de Toulouse "s’engage dans une transformation institutionnelle pour créer une université́ de recherche intensive de classe mondiale, en s’appuyant sur l’excellence disciplinaire et sur le dialogue interdisciplinaires et inter-sciences (STS et SHS) et en mettant l’accent sur trois défis sociétaux clés : la santé et le bien-être ; le changement global et son impact sur les sociétés ; les transitions durables."

Université de Corse. Le projet Uniti (Université pour la transformation pour les territoires insulaires méditerranéens) "vise à faire de l’université de Corse le catalyseur des dynamiques territoriales autour de deux axes de développement. D’abord, les ressources naturelles, avec le développement de plateformes, et l’expérimentation de solutions durables de conservation. Ensuite, les ressources culturelles, avec la création d’un tourism’Lab en industrie culturelle, pour réinventer un rapport au territoire dans ses composantes patrimoniales, culturelles et socio-économiques."

Institut polytechnique de Paris. Avec le projet Step 2 (sciences et technologie à Polytechnique Paris), l’IP Paris "projette de construire un Institut de sciences et de technologies intégré et socialement responsable pour répondre aux besoins scientifiques, économiques et sociaux de la société, en se concentrant sur des domaines de recherche à fort impact européen et mondial : l’ingénierie de la santé, les nouveaux matériaux, les technologies numériques, l’énergie au service du climat…"

FNSP-Sciences Po. "En assumant pleinement sa responsabilité sociale, Sciences Po Paris [avec son projet Tiered (Transformer par l’interdisciplinarité la recherche et l’enseignement face aux défis des démocraties)] veut répondre aux défis des transitions environnementale et numérique. D’abord en formant les étudiants qui accompagneront demain ces transformations. Ensuite en installant durablement un dialogue interdisciplinaire entre les SHS et les sciences. Enfin, en développant une politique nouvelle de diffusion et de valorisation des savoirs pour irriguer le débat et les politiques publics."

Université de Guyane. Avec le projet AIBSI de l’université de Guyane, "la création d’un Institut amazonien de la biodiversité et du développement durable va jouer un rôle de catalyseur des dynamiques territoriales, tendu vers un modèle amazonien de développement humain et de croissance économique verte, qui préserve l’immense biodiversité locale."

Université de Polynésie française. À Tahiti, avec le projet Narua (Insularité et formation en Polynésie française, un défi transformant), l’université "entend réinventer de façon ambitieuse l’enseignement de premier cycle en symbiose avec le territoire pacifique multi-insulaire et éloigné, et en cohérence avec les secteurs-clés de l’économie polynésienne et les enjeux du développement durable."

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anaïs Gérard, journaliste