Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°674502

Ségur du social : 4 500 agents parisiens vont être concernés par les revalorisations salariales

Les revalorisations salariales des professionnels de l’accompagnement social et médico-social coûteront 16 M€ à la ville de Paris cette année et 30 M€ en 2023, annonce la collectivité le 10 juin 2022. Prévues par plusieurs décrets d’avril 2022 sur le "Ségur 3", ces augmentations de salaires visent à remédier au déficit d’attractivité de ces métiers. Près de 4 500 agents parisiens devraient être concernés à partir de septembre. Parmi eux, 500 soignants et secrétaires médicales et sociales qui ne figuraient pas dans la liste fixée par l’État.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

La mairie de Paris a décidé d'inclure 500 agents supplémentaires dans la liste des bénéficiaires des revalorisations salariales prévues par le Ségur du social Photo by Rémi Walle on Unsplash

Dépêche mise à jour le 15 juin 2022 avec la réaction de la CGT

Après le Ségur 1 consacré aux agents hospitaliers, le Ségur 2 dédié aux personnels des Ehpad, c’est au tour des personnels territoriaux de l’accompagnement social et médico-social de bénéficier d’une revalorisation salariale. Plusieurs décrets publiés le 29 avril dans le cadre de ce Ségur 3 prévoient le versement d’une prime mensuelle de 183 € nets pour les agents paramédicaux et ceux de la filière socio-éducative des trois versants à partir du mois d’avril 2022 (avec effet rétroactif). Un moyen d’améliorer l’attractivité de ces métiers qui souffrent d’un manque de candidats.

Toutefois, dans la fonction publique territoriale, cette mesure ne s’applique pas automatiquement, car elle est conditionnée à une délibération du conseil municipal ou départemental. Une limite pointée par les syndicats qui avaient rejeté les décrets début avril lors du passage en CSFPT (lire sur AEF info).

183 € d’augmentation pour 4 500 agents

À Paris, près de 4 500 des 52 000 agents parisiens, essentiellement des femmes, devraient percevoir à partir de septembre une prime de 183 € bruts par mois (ou de 517 € pour les médecins). Cela équivaut au CTI (complément de traitement indiciaire) versé à certains hospitaliers et territoriaux des Ehpad en 2021. Ce plan de revalorisation du secteur social et médico-social "représente un investissement pour la ville de 16 millions d’euros en 2022, et de 30 millions d’euros en 2023", souligne la collectivité, le 10 juin. Il sera soumis au comité technique le 23 juin avant une adoption par le Conseil de Paris le 5 juillet.

"Nous sommes favorables à une transformation de la prime en traitement indiciaire sur le principe mais cette mesure repose sur une discussion financière avec l’État", estime Antoine Guillou, l’adjoint socialiste à la maire de Paris chargé des RH, le 14 juin, qui demande la mise en place d’une instance de discussion avec les employeurs publics et l’exécutif sur les questions salariales. "Actuellement, l’État se retranche derrière le caractère facultatif de la prime pour ne pas nous verser de compensation".

500 AGENTS SUPPLÉMENTAIRES

Parmi les personnes concernées par le plan, 700 sont des assistantes sociales ou éducateurs spécialisés de l’aide sociale à l’enfance et relèvent de la fonction publique hospitalière. Leur revalorisation, estimée à 10 M€ à partir de 2023, était donc obligatoire. "Nous prendrons en compte ces augmentations salariales dans nos prochains partenariats avec les associations de l’ASE", assure l’élu chargé des ressources humaines.

La deuxième catégorie d’agents concernée par ces hausses de salaire représente 3 300 agents, qui travaillent dans les services de PMI, les centres de santé et médico-sociaux, les psychologues, les assistants socio-éducatifs, les aides à domicile ou les adjoints d’animation. Cette revalorisation, rendue facultative par le décret n° 2022-728 du 28 avril 2022, devrait coûter 20 M€ par an à la collectivité.

L’exécutif parisien a décidé d’étendre la revalorisation à 500 agents qui n’étaient pas listés dans les décrets (pour un coût de deux millions d’euros). Il s’agit essentiellement des secrétaires médicales et sociales travaillant avec des publics fragiles, des soignants des services de santé scolaire, des médecins du travail et d’inspection des Ehpad.

satisfaction des syndicats

Le plan a globalement été salué par les syndicats lors de sa présentation le 10 juin, malgré quelques limites. Pour l’Unsa et pour la CGT, il faudrait étendre les revalorisations à tous les agents d’un même corps et mettre en place un Ségur de la petite enfance. "Les auxiliaires de puériculture des PMI vont recevoir cette prime, mais pas celles travaillant en crèche", déplore Olivier Hoch, secrétaire général de l’Unsa administrations parisiennes.

Les adjoints techniques et les personnels administratifs devraient aussi pouvoir en bénéficier "pour ne pas mettre à mal la cohésion des équipes", estime la CGT.

S’agissant du travail social, "les 183 € ne vont pas résoudre la crise des vocations et la perte de sens", prévient Séverine Parrot, représentante syndicale Supap-FSU. "On tire la sonnette d’alarme depuis plusieurs années. Certains services tournent avec à peine 50 % des effectifs. Le marché du travail pour les travailleurs sociaux est une vraie autoroute. Résultat, des conditions de travail dégradées."

En outre, la fermeture progressive de certains guichets de la préfecture de Paris ou des différentes branches de la sécurité sociale se traduit par un afflux d’usagers dans les services parisiens. "Nous avons besoin de davantage de postes administratifs pour permettre aux assistantes sociales de se concentrer sur le cœur de leur mission au lieu de passer leur temps à remplir des statistiques", réclame-t-elle.

Attendons de voir, répond Antoine Guillou. "Les 183 € ne vont pas forcément suffire car les conditions de travail comptent énormément mais cela représente déjà une augmentation substantielle. La situation est tendue mais pas catastrophique. Nous ne sommes pas à 50 % de vacances dans tous les services", relativise l’adjoint d’Anne Hidalgo.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste