Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°671823

La hausse des salaires en tête des priorités des Français pour le futur quinquennat (sondage Harris Interactive/AEF info)

Dans le cadre du second tour de l’élection présidentielle 2022 qui s’est traduit par la réélection d’Emmanuel Macron, Harris Interactive a interrogé pour AEF info (1) les électeurs sur la place des enjeux économiques et sociaux dans leur vote. Il en ressort que si la plupart des mesures proposées (à l’exception du report de l’âge de départ à la retraite) rencontrent une forte adhésion, les Français distinguent toutefois des domaines d’action prioritaires pour le futur quinquennat, comme l’augmentation des salaires (52 %), l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital public (47 %) devant la lutte contre les déserts médicaux et la réforme des retraites.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le recul de l’âge de la retraite à 65 ans constitue de loin la mesure la plus rejetée : seuls 36 % des Français s’y déclarent favorables", pointe Harris Interactive. Wikimedi

Au-delà des choix de vote de chaque Français dimanche 24 avril 2022 lors du second tour de la présidentielle, l’ensemble des mesures proposées par les deux candidats à l’élection présidentielle est approuvé par une majorité de Français à l’exception du recul de l’âge de la retraite à 65 ans, indique Harris Interactive dans sa note d’analyse des résultats du sondage réalisé pour AEF info. Et l’institut de sondage de poursuivre : "Généralement, les mesures ayant trait à la santé publique reçoivent un fort niveau d’adhésion : 93 % des Français se disent favorables à l’ouverture de davantage de places dans les facultés de médecine et 86 % à une meilleure rémunération des médecins qui s’installent dans les déserts médicaux".

 

De même, les mesures sur le grand âge et la dépendance rencontrent une forte adhésion. Ainsi, 93 % des Français se déclarent favorables à l’augmentation de la pension minimale de retraite à 1 100 € pour une carrière complète, 91 % à la création d’un statut de proche aidant et 89 % au financement de travaux dans les logements afin de maintenir les personnes âgées à domicile. Quant aux mesures relatives à la baisse de la TVA et aux prestations sociales, elles recueillent, elles aussi, une adhésion majoritaire, quoique plus nuancée (entre 68 et 85 %). 

"Enfin, le recul de l’âge de la retraite à 65 ans constitue de loin la mesure la plus rejetée : seuls 36 % des Français s’y déclarent favorables", pointe Harris Interactive. À noter également que les Français âgés de moins de 35 ans se montrent moins favorables que leurs aînés à la plupart des mesures proposées, à l’exception de celle concernant la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité.

Dans le détail, l’appréciation de ces mesures varie selon le vote lors du second tour de l’élection présidentielle. Et sans surprise, précise l’institut de sondage, les électeurs de Marine Le Pen se montrent plus favorables aux mesures proposées par leur candidate, la réciproque étant vraie concernant les électeurs d’Emmanuel Macron. Par ailleurs, si certaines propositions se révèlent plutôt consensuelles (comme l’augmentation de la pension minimale de retraite, l’ouverture de places en faculté de médecine, la création du statut de proche aidant, etc.), d’autres divisent davantage. "Ainsi, 94 % des électeurs de Marine Le Pen se déclarent favorables à la baisse de la TVA sur l’énergie (contre 'seulement' 76 % des électeurs d’Emmanuel Macron), et 92 % à la suppression de la TVA sur des produits de première nécessité (contre 65 %). Enfin, 90 % des électeurs de Marine Le Pen se disent favorables au conditionnement des prestations sociales à la nationalité française (contre 65 %)", détaille Harris Interactive.

A contrario, les résultats du sondage montrent que certaines propositions d’Emmanuel Macron sont davantage soutenues par son électorat, comme le versement automatique des prestations sociales sans démarche proactive des ayants droit (77 %, contre 68 % chez les électeurs de Marine Le Pen) ou la suppression des régimes spéciaux de retraite pour les nouveaux embauchés (77 %, contre 69 %). Quant au recul de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans - l’une des mesures les plus associées au Président sortant -, il "signe le point d’orgue de cette division : 51 % des électeurs d’Emmanuel Macron y sont favorables alors qu’ils ne sont que 25 % chez les électeurs de Marine Le Pen".

Pour le quinquennat à venir, les Français distinguent, plus ou moins nettement, des domaines d’action prioritaires. Ainsi, l’augmentation des salaires est jugée prioritaire par 52 % d’entre eux, suivie en deuxième position de l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital public (47 %) et, enfin, la lutte contre les déserts médicaux (33 %) à égalité avec la réforme des retraites (33 %).

Pour Harris Interactive, "on peut observer que les divisions politiques sont saillantes, et que les priorités ne sont pas les mêmes selon le candidat pour lequel on a voté au premier tour. Ainsi, l’augmentation des salaires, priorité n°1 des Français, n’apparaît qu’en troisième position auprès des électeurs du Président sortant au 1er tour de l’élection présidentielle (37 %), derrière l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital public (50 %) et la réforme des retraites (38 %). De manière générale, l’électorat de 1er tour d’Emmanuel Macron affiche un peu plus nettement que la moyenne ses préoccupations concernant le grand âge, la santé, le travail et la réduction de la dette et du déficit publics".

L'âge, une variable déterminante 

En revanche, l’augmentation des salaires est, de loin, la première priorité exprimée par les électorats de 1er tour de Marine Le Pen (61 %) et de Jean-Luc Mélenchon (62 %), pointe l’Institut. Il ajoute qu'"elle s’accompagne, pour les électeurs de la candidate RN, d’une préoccupation plus importante que la moyenne pour la réforme des retraites, et pour les électeurs du candidat LFI, d’un accent mis sur l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital public et de la revalorisation des prestations sociales". Et note que "les électorats de Valérie Pécresse et d’Eric Zemmour affichent un niveau de préoccupation tout particulier concernant la réduction de la dette et du déficit".

Au-delà des positions politiques, l’âge des répondants au sondage apparaît comme une variable déterminante. Ainsi, les résultats du sondage font apparaître que "les moins de 50 ans jugent la question de l’augmentation des salaires comme le domaine d’action prioritaire pour le quinquennat à venir : 57 % pour les 18-24 ans, 66 % pour les 25-34 ans et 63 % pour les 35-49 ans". Et qu’à plus de 50 ans, "c’est la question de l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital public qui semble primordiale : 50 % des 50-64 ans et 62 % des 65 ans et plus en font une priorité du quinquennat".

Une fois ces priorités posées, "les répondants ne font que moyennement confiance à Emmanuel Macron pour proposer des solutions allant dans le bon sens dans chacun de ces domaines d’actions", note Harris Interactive. Si 53 % des Français accordent leur confiance au Président de la République fraîchement réélu pour un second mandat pour développer la formation professionnelle et l’apprentissage, 49 % lui font confiance pour lutter contre le chômage et 44 % pour améliorer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la société.

un niveau de confiance limité

En revanche, Emmanuel Macron recueille "nettement moins de confiance pour agir dans le bon sens à propos de l’augmentation des salaires (35 %, dont 8 % de tout à fait confiance) et pour améliorer le fonctionnement de l’hôpital (38 %), alors qu’il s’agit des deux domaines d’action prioritaires pour les Français". Et le niveau de confiance est "tout aussi mitigé concernant ses capacités à agir dans le bon sens dans les domaines de la réduction de la dette et du déficit (38 %) et de la réforme des retraites (39 %)". Au final, "si les Français se prononçaient en faveur de bon nombre de mesures proposées par le candidat Emmanuel Macron, ils lui témoignent un niveau de confiance plus que limité pour agir dans le bon sens sur les thématiques sociales en tant que Président de la République".

Sans surprise, les électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron lui témoignent une plus forte confiance que la moyenne dans l’ensemble de ces domaines. Les Français issus des catégories aisées, plus prompts à voter pour lui, expriment également une confiance plus grande envers le Président de la République, à l’inverse des catégories populaires qui font preuve d’une moindre confiance à son encontre. "On peut noter que les électorats de 1er tour de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Eric Zemmour ne lui accordent leur confiance dans aucun des domaines testés, quand les électorats de Yannick Jadot et Valérie Pécresse se montrent plus nuancés", note encore Harris Interactive.

(1) Enquête réalisée en ligne le 24 avril 2022. Échantillon de 7 311 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région de l'interviewé(e), et vote aux 2 tours de l’élection présidentielle de 2022.


 

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Isabelle Moreau, journaliste