Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Emmanuel Macron s’engage à renforcer l’autonomie des universités et à "planifier" l’offre de formation selon les besoins

Emmanuel Macron présente son projet pour l’ESR comme l’un des axes pour développer "l’indépendance productive" de la France, lors de sa 1re conférence de presse en tant que candidat, le 17 mars 2022. Il s’engage à "poursuivre l’investissement et les réformes", en renforçant l’autonomie des universités et l’attractivité des organismes de recherche et en accélérant la LPR. Il promet aussi d’investir "dans l’université en ouvrant toutes les places nécessaires" et "en développant davantage de filières courtes et professionnalisantes", et dans les "secteurs d’avenir" en y apportant 30 Md€.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le candidat Emmanuel Macron présente son programme pour l'élection présidentielle, le 17 mars 2022. Droits réservés - DR

Cette dépêche a été mise à jour avec les éléments contenus dans le livret précisant le programme du candidat LREM, publié le 18 mars 2022.

C'est dans la partie de son intervention centrée sur l' "indépendance productive" qu'Emmanuel Macron a évoqué les chantiers qu’il souhaite ouvrir pour réformer l’enseignement supérieur et la recherche, lors de sa première conférence de presse en tant que candidat, le 17 mars 2022, qui a duré quatre heures.

"Nous sommes à un moment de notre histoire où il faut investir davantage dans le savoir, la formation, les compétences et augmenter la quantité de travail de la Nation", déclare-t-il.Le président de la République, candidat à un second mandat,s’engage à "poursuivre l’investissement et les réformes en matière d’ESR" et assure que"le financement de la recherche fondamentale et appliquée sera l’un des éléments clé des prochaines années".

Renforcer l’autonomie des universités pour en faire des opérateurs de recherche

Emmanuel Macron présente les "deux grands leviers de réforme" qu’il compte activer s’il est réélu. D’abord, "le renforcement de l’autonomie des universités pour en faire des opérateurs de recherche à part entière afin d’atteindre les meilleurs standards internationaux, et permettre de leur donner une pleine autonomie et d’aller au bout des réformes commencées il y a une dizaine d’années".

Ensuite, Emmanuel Macron souhaite "positionner les organismes de recherche sur les secteurs stratégiques pour l’indépendance française en leur permettant de continuer à former les meilleurs esprits", mais aussi "en leur permettant d’être plus attractifs en gardant, voire en attirant, les meilleurs talents internationaux". Il déplore le "décrochage" de la France, "car nous payons moins bien les chercheurs et encadrons moins bien leurs travaux de recherche", mais estime que la LPR "commence à rattraper ce retard". Il annonce que celle-ci sera accélérée avec "la mise en place d’outils nouveaux d’évaluation et de gestion".

Emmanuel Macron promet également un investissement 30 milliards d’euros "dans les secteurs d’avenir où il faut, en matière de recherche fondamentale, appliquée et de développement industriel, assumer des investissements massifs de la Nation". Il cite par exemple "les mini-lanceurs spatiaux, les semi-conducteurs, la poursuite de stratégie numérique, les réacteurs nucléaires de 3e et 4e générations, l’ IA, le cloud, le quantique, etc." Il est précisé dans son programme qu'il veut "continuer à développer 20 bio-médicaments et biotechnologies (notamment contre les cancers) et des technologies nouvelles comme les exosquelettes.

Il promet par ailleurs "une grande stratégie maritime pour notre pays, deuxième puissance du monde en la matière, construite avec tous les acteurs (pêcheurs, navigateurs, chercheurs, etc.)".

Ouvrir "toutes les places nécessaires dans l’enseignement supérieur"

Toujours dans la perspective de développer "la souveraineté productive" du pays, Emmanuel Macrons’engage à investir "dans l’université en ouvrant toutes les places nécessaires dans l’enseignement supérieur et en développant davantage de filières courtes et professionnalisantes". Son équipe de campagne précise que "le développement des filières professionnalisantes dans l'enseignement supérieur sera financé à hauteur de 3 milliards d'euros par an".

"Là aussi, nous planifierons les besoins, en termes de compétences de la Nation, en les territorialisant et en adaptant notre offre de formation en conséquence", affirme Emmanuel Macron. Ces places correspondront aux besoins, "à commencer par les BTS, BUT, licences pro", est-il précisé dans son livret. Le candidat souhaite "cartographier" les besoins en compétences, avec les services de l’État, les branches professionnelles et les régions et les partenaires sociaux, "pour faire cette prévision et orienter comme il [le] faut nos systèmes de formation". Il propose aussi de former, "avant la fin de la décennie, un million de personnes aux métiers d’avenir (intelligence artificielle, énergie, transition écologique...) dont plus de 400 000 spécialistes informatiques".

Rendre Parcoursup "plus prévisible"

Enfin, Emmanuel Macron veut que les jeunes soient informés "de manière beaucoup plus transparente" sur les débouchés professionnels de leurs formations, à partir de données sur le devenir des anciens étudiants sur les cinq dernières années. L'objectif est de rendre "Parcoursup plus prévisible en donnant les résultats précis des années précédentes et en accompagnant mieux les familles", détaille le livret du candidat.

Par ailleurs, il annonce que pour les personnes "qui s’engagent dans la durée comme réservistes, les études seront financées à hauteur de 2 500 euros par an pendant cinq ans".

une 4e année d’internat en médecine générale

Pour lutter contre la désertification médicale, Emmanuel Macron souhaite mettre en place une 4e année d’internat en médecine générale pour inciter les étudiants à effectuer des semestres dans des déserts médicaux. Il privilégie "l’incitation" plutôt que la "contrainte", expliquant que cela "peut passer par une meilleure rémunération et une amélioration de l’accompagnement en termes de logement".

Décrouvrez le comparateur de programmes

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alice Bouviala, journaliste