Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Autonomie, audit de la LPR, 1 Md€ supplémentaire pour la recherche : Valérie Pécresse dévoile son projet pour l’ESR

Réaffirmer "fortement" l’objectif d’autonomie des établissements, lancer un plan Campus 2, mettre en place un principe d’orientation sélective, réévaluer les crédits de base des laboratoires, lancer un audit de la LPR pour accélérer son déploiement… Valérie Pécresse, candidate LR à la présidentielle, formule de nombreuses propositions en matière d’ESR dans son programme, présenté lundi 14 mars 2022. Elle promet une "enveloppe supplémentaire d’un milliard d’euros pour la recherche", souhaite maintenir le PIA et sanctuariser le CIR, "très bénéfique pour les entreprises".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Valérie Pécresse, candidate LR à l'élection présidentielle, lors de son premier meeting de campagne, le 11 décembre 2021. JBVNews

À moins d’un mois de l’élection présidentielle, Valérie Pécresse, candidate LR à l’élection présidentielle, présente les priorités de son programme, lundi 14 mars 2022. Il se compose de six grands thèmes divisés en 32 chapitres comprenant de nombreuses propositions, notamment sur l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, dont voici le détail.

Enseignement supérieur

"Rendre leur avenir aux étudiants et leurs responsabilités aux universités : pour un second acte de l’autonomie"

En 2007, Valérie Pécresse a "fait adopter la loi LRU qui a donné de l’autonomie aux universités". "Entre 2007 et 2012, la part du PIB consacrée à l’enseignement supérieur est passée de 1,2 à 1,5 %, y compris le plan Campus pour près de 4 Md€. Cette action a été décisive : la progression des universités françaises dans les classements internationaux depuis 10 ans en témoigne."

Depuis, "le souffle est retombé et l’autonomie a même régressé", constate l’ancienne ministre de l’ESR. Entre 2012 et 2022, le financement public moyen par étudiant "a baissé de 10 %" et "aujourd’hui 43 % des étudiants abandonnent leur licence entre la 1re et la 2e année". "Emmanuel Macron ne peut pas s’exonérer de ce bilan catastrophique et d’une autonomie désormais en trompe-l’œil !", déplore la candidate LR.

Les propositions :

  • Réaffirmer fortement l’objectif d’autonomie des établissements et redonner au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sa mission d’État stratège pour mettre fin à 10 années de recentralisation.
  • Débureaucratiser l’enseignement supérieur et la recherche par la simplification des procédures, par exemple pour les appels à projets ou les nominations, Valérie Pécresse donnant l’exemple des DGS, dont la désignation doit aujourd’hui passer par le ministère.
  • Instaurer de véritables contrats d’autonomie entre l’État et les établissements d’enseignement supérieur autour du triptyque liberté, responsabilité, évaluation. Ces contrats d’objectifs et de moyens seront adaptés dans le cadre d’orientations générales fixées par l’État.
  • Généraliser des universités 100 % numériques et qui se saisissent des enjeux de la transition écologique.
  • Lancer un plan Campus 2 en aidant les universités à se réapproprier la pleine gestion de leurs bâtiments pour une vraie politique immobilière et d’accueil des étudiants.
  • Mettre en place une conférence du financement de l’enseignement supérieur afin de mettre en perspective l’ensemble des dépenses et des ressources des établissements et de favoriser les vraies coopérations, entre universités ou entre universités et grandes écoles.

"Promouvoir le mérite républicain et l’excellence"

  • Mettre en place un principe d’orientation sélective avec une entrée en licence avec des prérequis par filières et ensuite une sélection réelle à l’entrée du M1 accompagnée d’une orientation continue des étudiants.
  • Relancer les bourses au mérite pour les bacheliers défavorisés afin d’inciter à l’excellence et, pour les étudiants, revaloriser les bourses sous conditions de résultats obtenus tout au long de leur scolarité.
  • Améliorer les conditions d’accueil des étudiants par les établissements d’enseignement supérieur : un suivi et un accompagnement adapté à chacun en fonction de son profil.
  • Promouvoir "l’université au lycée" avec l’aménagement d’une première année d’enseignement supérieur à distance dans les lycées des territoires ruraux ou des villes moyennes, en liaison avec les conseils régionaux.

"Vers des établissements d’enseignement supérieur qui développent davantage des compétences pour l’emploi et aident à l’insertion professionnelle des étudiants"

  • Inciter les établissements à tenir compte dans leur offre de formation des évolutions des besoins en compétences et des métiers de demain.
  • Exiger la publication des taux d’insertion professionnelle pour chaque filière et remettre en place un financement lié à l’activité et à la performance (taux de réussite et taux d’insertion professionnelle).
  • Rendre les mécanismes de sélection de Parcoursup transparents (publication des "algorithmes locaux", des taux de réussite pour chaque filière, des taux d’insertion et des salaires moyens de sortie).

  • Préparer à Parcoursup dès la classe de première.
  • Personnaliser les parcours de formation des étudiants et mieux prendre en compte leurs profils individuels (possibilité d’une licence en deux, trois ou quatre ans).
  • Développer la diversité de voies d’accès à l’enseignement supérieur (BTS, DUT, CPGE, licence universitaire, bachelor, etc.) grâce à des passerelles au sein du LMD.
  • Diversifier l’offre de formation pour mieux prendre en compte l’hétérogénéité croissante des profils et les transformations économiques d’ampleur, notamment avec davantage de parcours professionnalisants courts.
  • Développer dans les universités des formations tout au long de la vie qui aident à la requalification professionnelle et qui contribuent au financement des établissements.

Recherche et Innovation

"Une France qui invente et qui crée"

"La recherche fondamentale de haut niveau, l’innovation industrielle et l’autonomie stratégique sont les clés qui permettront à la France de faire face aux urgences sociales, économiques et environnementales", estime Valérie Pécresse. "Depuis 2012, peu de réformes structurantes ont été mises en place pour permettre au pays d’être à la hauteur de ses ambitions dans le champ de la recherche et de l’innovation", regrette-t-elle.

Au contraire, "c’est toujours plus d’administration et d’immobilisme", juge la candidate LR. La France est au mieux un "étudiant moyen" en matière d’innovation et de recherche. Aussi Valérie Pécresse préconise-t-elle de "combiner une recherche fondamentale de haut niveau et une innovation industrielle agile et souveraine".

Les propositions :

  • Dès l’élection, lancer un audit pour juger des priorités retenues par la loi de programmation de la recherche et de leur état d’avancement, afin de guider l’accélération de la LPR autour de trois niveaux d’intervention.
  • Donner les moyens de fonctionnement aux laboratoires de recherche. Les crédits de base des laboratoires, financement socle qui n’a pas été revu depuis une dizaine d’années, seront réévalués.
  • Lancer le programme Frex (France-Recherche-Excellence) qui gérera des appels d’offres ouverts et compétitifs dotés de moyens conséquents, organisés sur des projets de rupture, afin de conserver les meilleures équipes de recherche ou d’en faire revenir en France, en s’inspirant du modèle d’allocations mis en place dans le cadre des " ERC Grants" de l’Union européenne.
  • Lancer des projets d’innovation avancée autour de technologies innovantes et de filières industrielles. La méthode retenue est de renforcer la recherche appliquée et partenariale par des laboratoires communs universités/entreprises. Cette collaboration public/privé, qui a fait ses preuves, doit être systématisée et ne pose pas de difficulté statutaire ou de partage de la propriété intellectuelle.
  • Au total, au terme de la montée en puissance de ces programmes, 1 milliard d’euros supplémentaire sera consacré à la recherche.
  • Maintien du PIA, doté de 20 Md€ sur 5 ans (1), et du crédit impôt recherche qui a été "très bénéfique aux entreprises françaises".

"Coordonner les différents ministères pour une vraie politique nationale de recherche et d’innovation"

  • Création d’un poste de conseiller pour la science et la technologie auprès de la présidence de la République qui devra, comme aux États-Unis, proposer à la présidente, la feuille de route de la France pour la recherche, les technologies et l’innovation puis en assurer le suivi et la coordination au niveau interministériel.
  • Un ministère de l’Innovation, de l’Industrie et de l’Énergie pilotera la stratégie par filière, les projets d’innovation avancée et le PIA. Aidé de l’ ANR, il associera les industriels privés à la détermination et à la mise en place de ces projets. Il s’efforcera dans la phase post-maturation des inventions de soutenir la création de leaders Français, notamment par la commande publique, dans les secteurs vitaux de notre souveraineté économique.
  • Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur continuera d’assurer le pilotage budgétaire et administratif des laboratoires de recherche universitaire ainsi que les grands organismes nationaux de recherche qui contribueront, projet par projet, aux projets d’innovation avancée. Ainsi, le lien essentiel entre le monde universitaire et le monde de la recherche sera préservé.

"Renforcer la souveraineté économique, industrielle et technologique"

  • Créer un Haut Conseil de la souveraineté économique et numérique, placé auprès du Premier ministre, chargé de renforcer le contrôle des investissements étrangers en France.
  • Développer un cloud souverain d'ici 2030 pour garantir la protection des données stratégiques de nos entreprises et de nos citoyens face aux cyber-menaces et à l’application de règles extraterritoriales.
  • Faire voter un "Small Business Act" pour que certains marchés publics soient réservés aux PME et à des produits fabriqués en France.
  • Restaurer l’État dans ses missions de stratège pour orienter les financements et les efforts de recherche vers les secteurs et technologies de demain, notamment via un ministère de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Innovation qui s’appuiera sur une ANR renforcée et Bpifrance.

Accédez au comparateur de programmes

(1) Le PIA fait désormais partie de France 2030.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Julien Jankowiak, journaliste