Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Biodiversité : la TNFD publie la première version de son cadre de gestion des risques liés à la nature

La TNFD, taskforce dédiée au reporting de biodiversité sur le modèle de la TCFD, publie la première version bêta de son cadre de gestion des risques liés à la nature, le 15 mars 2022. Soumise à consultation, elle fera l’objet de trois autres moutures provisoires, avant la version finale prévue pour septembre 2023. S’appuyant sur les quatre mêmes piliers que la TCFD, la méthodologie permettra aux entreprises et acteurs financiers d’identifier les dépendances à la nature, évaluer et estimer les risques et opportunités, et de préparer sa stratégie et son reporting.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

La biodiversité doit être prise en compte par les entreprises et institutions financières en termes de risques et opportunités. @ J.-P. Delapré Agence regionale de la biodiversité IdF

Le groupe de travail de la TNFD (Taskforce on Nature-related Financial Disclosures), composé de 34 experts (lire sur AEF info) vient de rendre publique le 15 mars une première version de son futur cadre relatif aux risques et opportunités liés à la nature et à la biodiversité pour les entreprises et institutions financières. Il s’agit d’une "mesure importante prise par le marché pour lutter contre le risque de perte de milieux naturels pour l’économie mondiale et réduire l’impact sur la nature", souligne l’initiative, qui suit le modèle de la TCFD sur le climat.

Version finale en 2023

Ce prototype de cadre marque "le début d’un processus de consultation et de développement de 18 mois avec un large éventail d’acteurs du marché et de parties prenantes", indique la TNFD. Elle espère ainsi "améliorer en permanence la pertinence, la convivialité et l’efficacité du cadre".

Elle prévoit le lancement de trois autres versions bêta pour juin 2022, octobre 2022 et février 2023, avant la publication de ses recommandations finales en septembre 2023. "C’est une procédure intelligente qui permet d’éviter d’avoir un référentiel qui tombe du ciel", commente auprès d’AEF info Sylvain Boucherand, directeur du cabinet B&L Évolution et membre du Forum de la TNFD rassemblant une centaine de parties prenantes. "Cette phase pilote est une bonne opportunité pour lancer une expérimentation du cadre sur le terrain avec certains de nos clients afin de voir s’il y a des parties infaisables en pratique ou au contraire pas assez ambitieuses", rapporte-t-il, constatant d’ailleurs "un engouement sur le sujet".

Recommandations et conseils pratiques

Le projet de cadre comprend trois éléments :

  • des conseils fondamentaux, y compris des concepts et définitions clés, fondés sur la science, pour aider un large éventail d’acteurs du marché à comprendre la nature et les risques et opportunités liés à la nature ;
  • des recommandations en matière de divulgation alignées sur l’approche de la TCFD ;
  • et des conseils pratiques pour l’analyse des risques et opportunités liés à la nature que les entreprises et les institutions financières pourraient envisager d’intégrer dans leurs processus de gestion des risques et de leur portefeuille.

Les quatre piliers de la TCFD

Reconnaissant les liens entre le changement climatique et la perte de milieux naturels, les recommandations de la TNFD s’appuient sur les quatre mêmes piliers de la TCFD :

  • la gouvernance : décrire la manière dont le conseil d’administration surveille les risques et opportunités liés à la nature ; décrire le rôle de la direction dans l’évaluation et la gestion des risques et opportunités ;
  • la stratégie : décrire les risques et opportunités identifiés par l’organisation sur le court, moyen et long terme ; décrire l’impact sur les activités, la stratégie et le calendrier financier ; décrire la résilience de la stratégie de l’organisation, en prenant en compte différents scénarios ; décrire les interactions de l’organisation avec les écosystèmes à faible intégrité (très fragmentés), ceux de grande importance ou les zones de stress hydrique ;
  • la gestion des risques : décrire les processus de l’organisation pour identifier et évaluer les risques liés à la nature ; décrire les processus de l’organisation pour gérer les risques ; décrire comment ces processus sont intégrés dans la gestion des risques générale ;
  • le suivi des objectifs : fournir les indicateurs utilisés par l’organisation pour évaluer et gérer les risques et opportunités liés à la nature en lien avec sa stratégie et le processus de gestion des risques ; décrire les objectifs utilisés par l’organisation pour gérer les risques et opportunités et la performance de ces cibles.

Pour plus de cohérence, la TNFD s’aligne aussi dans la mesure du possible sur les recommandations de la TCFD en matière de divulgation, afin de "faciliter l’appropriation par les entreprises et les institutions financières".

Localiser la nature

En plus de ce cadre général, la TNFD propose une méthodologie plus précise pour évaluer les risques spécifiques liés à l’érosion du capital naturel. Elle est composée de quatre étapes, qu’elle dénomme "Leap" pour "locate" (situer les connexions avec la nature), "evaluate" (évaluer les dépendances et impacts), "assess" (estimer les risques et opportunités), et "prepare" (préparer la réponse stratégique et le reporting).

"Les liens de dépendance et les impacts sur la nature sont intrinsèquement locaux, c’est pourquoi la prise en compte de l’emplacement est une caractéristique importante dans l’ensemble du cadre de la TNFD", souligne l’initiative. "Clairement, le risque est l’angle mort de la biodiversité pour les entreprises et investisseurs aujourd’hui. La TCFD ayant révolutionné l’analyse des risques climatiques, on espère qu’il en sera de même avec la TNFD sur la biodiversité", remarque Sylvain Boucherand. "La grande nouveauté et marche à franchir dans l’analyse de risque sera la localisation de la nature : savoir où se trouvent les zones de production, les matières premières, et ce dans toutes les chaînes de valeur. Pour le moment, le reporting n’est pas adapté, il faudra tout revoir."

lien avec l’ISSB

Ce cadre bêta est également conçu en vue d’un alignement futur sur les normes de reporting de durabilité que l’ISSB (International Sustainability Standards Board) est en train d’élaborer (lire sur AEF info), tout en offrant une certaine souplesse aux organisations qui souhaitent ou doivent rendre compte de différents seuils d’importance et exigences réglementaires. La TNFD est en pourparlers avec divers organismes de normalisation et autorités de régulation et suivra les évolutions futures des approches nationales, régionales et mondiales des normes de déclaration en matière de durabilité au fur et à mesure de leur élaboration.

L’organisation est aussi en attente des décisions que prendront les pouvoirs publics concernant la biodiversité. "J’espère que les gouvernements conviendront d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 ambitieux et efficace, dont les négociations se déroulent cette semaine à Genève (lire sur AEF info), qui pourra ensuite éclairer les outils de mesure et objectifs que le groupe de travail continuera à élaborer dans les mois qui viennent", avance Elizabeth Mrema. Co-présidente de la TNFD, elle est aussi secrétaire exécutive de la convention sur la diversité biologique, sous l’égide de laquelle les négociations sur le cadre post-2020 ont actuellement lieu à Genève avant d’aboutir, probablement en septembre prochain, à Kunming, en Chine.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sabrina Dourlens, journaliste