Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°669582

Pour développer l’emploi en prison, le gouvernement mise sur l’IAE et les entreprises adaptées

Les ministères du Travail et de la Justice ont signé un programme d’action conjoint pour accompagner vers l’emploi les personnes placées sous main de justice, mardi 15 mars 2022. L’objectif est d’accroître l’offre de formation et le travail des détenus durant leur peine. Le gouvernement compte développer l’IAE (insertion par l'activité économique) et les entreprises adaptées en détention. Les ministères ont aussi l’ambition de mieux préparer la sortie des détenus et de poursuivre leur accompagnement une fois libérés, afin de réduire les risques de récidive,.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’Insertion, lors de leur déplacement à la maison d’arrêt d’Amiens, mardi 15 mars 2022. MaxPPP - PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/MAXPPP

Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice et Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l'Insertion auprès de la ministre du Travail, se sont rendus à la maison d'arrêt d’Amiens (Somme), mardi 15 mars 2022. Ils ont signé un programme d’action conjoint pour accompagner vers l’emploi les personnes placées sous main de justice.

"L’activité professionnelle en détention est fondamentale pour la réinsertion future des personnes incarcérées et réduit fortement les risques de récidive en sortie de prison", expliquent les membres du gouvernement. Le but de l’exécutif est donc de parvenir à 50 % de détenus qui travaillent. Actuellement, ce taux n’est que de 31 %. La situation s’est détériorée puisque près d’un détenu sur deux avait un travail en 2000.

lever les freins périphériques

Le plan d’action du gouvernement s’organise en plusieurs parties, qui correspondent aux étapes du parcours vers l’emploi des personnes placées sous-main de justice :

  • Développer le parcours de formation et le parcours professionnel des personnes détenues pendant leur peine. Cela implique de développer l’apprentissage, l’offre de formation et le travail pour favoriser l’acquisition de compétences valorisables sur le marché du travail ;
  • Préparer à la sortie de détention en mettant en place des accompagnements vers l’emploi sur mesure pour les aider à déterminer leur projet professionnel. Le gouvernement promet aussi de travailler sur la levée des freins périphériques en développant les structures d’insertion par l’activité économique et les entreprises adaptées pour les détenus les plus éloignés de l’emploi et en situation de handicap ;
  • À la sortie : poursuivre l’accompagnement et inciter les entreprises à s’engager sur le sujet.

Le but est également d’améliorer la prise en charge spécifique du public mineur. Il s’agit de favoriser leur accès aux dispositifs existants tels que la Promo 16-18, développée par l’Afpa.

15e siae en détention

Éric Dupond-Moretti et Brigitte Klinkert ont inauguré, lors de ce déplacement à Amiens, la quinzième structure d’insertion par l’activité économique implantée en détention. Le projet pilote de l’insertion par l’activité économique en détention a été rendu possible par un décret de 2016. Le gouvernement soutient la démarche et 10 nouvelles structures devraient ouvrir d’ici fin 2022.

Dans ce centre de détention d’Amiens, la structure d’insertion par l’activité économique est portée par l’association Wallbreaker. Implantée depuis le 17 février 2022, elle propose à ce stade à six personnes détenues une formation et une activité de reconditionnement de produits électroménagers, ainsi qu’un accompagnement socioprofessionnel sur une période de six mois pour préparer la sortie.

entreprises adaptées : 150 etp

En parallèle, l’Atigip (Agence du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle) travaille sur le développement des entreprises adaptées et des Esat en milieu carcéral D’après une circulaire envoyée aux préfets début 2022, l’exécutif demande une "attention particulière" à la création, engagée en 2021, des premières entreprises adaptées en détention, à hauteur de 150 équivalents temps plein (lire sur AEF info).

Lors d’un colloque de l’OIP en 2020, Philippe Auvergnon, directeur de recherche au CNRS, avait présenté les "situations très différentes" dans lesquelles se trouvent les détenus. "Environ un tiers relèverait d’une qualification de handicap psychique. Une autre partie serait, à l’extérieur, à la périphérie du marché du travail, avec peu de qualification et l’absence d’un minimum comportemental pour accéder [à l'emploi] et tenir un travail. Une partie, peut-être minoritaire, peut très bien travailler quasiment aux conditions de l’extérieur", résumait-il. Parmi les pistes intéressantes, le chercheur mentionnait ainsi l’Esat de Val-de-Reuil, dans l’Eure (lire sur AEF info).

nouveau contrat d’emploi pénitentiaire

Outre la rareté du travail en prison, se pose aussi la question des conditions dans lesquelles il s’exerce (droits, salaires…). La loi pour la confiance dans l’institution judiciaire, adoptée par le Parlement en novembre 2021 et promulguée en décembre 2021, a réformé le statut de la personne détenue au travail. Selon le gouvernement, ce texte constitue une "avancée majeure". Mais dont l'application de la plupart des dispositions restent tributaires de la publication d'un décret.

Cette loi prévoit ainsi la création d'un contrat d’emploi pénitentiaire entre un donneur d’ordre – entreprise, structure d’insertion par l’activité économique, entreprise adaptée… – et le détenu, avec pour mission de clarifier les règles, de sécuriser la relation de travail et d’encourager les entreprises à s’engager dans la démarche. Ce contrat d’emploi précise également les garanties dont bénéficie le travailleur en détention : durée de la période d’essai, montant minimal de la rémunération, durée du travail, etc.

"dispositif dérogatoire" (OIP)

Pour l’OIP (Observatoire international des prisons), cette réforme est "indispensable mais inaboutie". "Si la réforme du travail en prison, qui entrera en vigueur cette année, ouvre certains dispositifs de protection sociale aux personnes détenues, elle les maintiendra néanmoins dans un dispositif dérogatoire du droit commun", estime l’association dans un communiqué de presse du 18 février 2022. L’OIP regrette, ainsi, que les personnes détenues restent exclues de certaines protections, notamment de l’indemnisation en cas de maladie non professionnelle.

De même, le Smic n’a toujours pas droit de cité. Selon un rapport de l’Assemblée nationale (lire sur AEF info), en 2020 la rémunération mensuelle moyenne oscillait entre 250 et 530 euros selon les postes.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alexandra Turpin, journaliste