Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Le gouvernement annonce une stratégie "Start-up industrielles et deep tech" dotée de 2,3 Md€

"Malgré un potentiel très important, le nombre de start-up passant de l’étape de l’innovation à celle de l’industrialisation demeure limité en raison de freins administratifs et réglementaires, ainsi qu’un manque de financements pour les projets en phase d’industrialisation, jugés trop risqués." Pour répondre à ce constat, les ministres Agnès Pannier-Runacher (Industrie) et Cédric O (Transition numérique) annoncent la stratégie "Start-up industrielles et deep-tech" dotée de 2,3 Md€ dans le cadre de France 2030. Un appel à projets "Première usine" est notamment doté de 550 M€.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, et Cédric O, secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, en visite à l'usine d'Exotec à Croix (Nord), le 19 janvier 2022. MaxPPP - Thierry Thorel / PhotoPQR / La Voix du Nord

Alors que l’entreprise Exotec vient de franchir la barre des deux milliards de dollars de valorisation (1,75 Md€), "une première pour une start-up industrielle", elle devient la 25e licorne française et "illustre la vitalité de la French Tech et son potentiel de réindustrialisation du territoire français par l’innovation".

C’est ce que met en avant Bercy, alors qu’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, ont précisément choisi une visite de l’usine d’Exotec à Croix, le 19 janvier 2022 pour présenter la stratégie "Start-up industrielles et deep tech ", dotée de 2,3 Md€.

1 500 start-up industrielles identifiées

 

Bercy estime à 1 500 le nombre de start-up industrielles, dont 700 sont des start-up deep tech. Elles représentent 12 % de l’effectif des start-up françaises. Deux-tiers d’entre elles sont situées hors d’Île-de-France.

"des défis spécifiques, tant en termes de financement que d’accompagnement"

L’exemple d’Exotec à l’appui, Agnès Pannier-Runacher souligne qu' "opposer start-up et industrie n’a pas de sens". "Bien au contraire, déclare-t-elle, les start-up industrielles et PME innovantes ont un rôle majeur à jouer dans la reconquête industrielle de notre pays. Alors qu’un tiers d’entre elles sont positionnées sur des ruptures technologiques fortement créatrices d’emplois, nous devons lever les freins au développement, au financement et à l’industrialisation de leurs projets sur notre territoire." La stratégie "Start-up industrielles et deep-tech", dans la continuité du plan France Relance et du plan d’investissement France 2030, entend ainsi permettre l’émergence de futurs champions français.

Pour Cédric O, il s’agit de "faire le pari des acteurs émergents et de l’excellence technologique pour relever les défis de notre temps et réindustrialiser nos territoires". "Exotec, près de Roubaix, prévoit ainsi de recruter 500 ingénieurs en R&D dans les prochaines années ; Ynsect et Innovafeed ont mis en place des programmes de formation pour recréer des emplois industriels à l’échelon local ; Aledia, près de Grenoble, va créer 500 nouveaux emplois d'ici 2025", ajoute-t-il. "Mais les freins à l’industrialisation sont encore nombreux et notre stratégie a vocation à répondre à ces défis spécifiques, tant en termes de financement que d’accompagnement".

les mesures de la stratégie "Start-up industrielles et deep-tech"

Axe 1 : Un plan dédié au financement de l’industrialisation des start-up et PME innovantes

  • Un appel à projets "Première usine" pluriannuel est ouvert et doté de 550 M€ sur la période 2022-2026 pour des aides à des projets d’industrialisation ; l’appel à projets sera opéré par Bpifrance.

  • Des prêts de 3 à 30 M€ seront lancés début mars 2022 pour financer la phase de démonstrateur industriel ou d’usine pilote et soutenir ainsi la transition entre le prototype fonctionnel et l’usine de production pour un total de 150 M€.

  • Des investissements en fonds propres : Création d’un fonds successeur au fonds "Société de projets industriels" doté de 1 Md€, qui permet de financer directement en fonds propres la première industrialisation d’une technologie innovante. Le fonds pourra également financer avec des tickets inférieurs à 5 M€ des projets de pré-industrialisation ; et création d’un Fonds national de venture industriel doté de 350 M€, pour faire émerger des fonds de capital-risque capables d’accompagner les start-up dans leur industrialisation.

Axe 2 : Un renforcement du soutien à l’émergence des deep tech (275 M€), via notamment :

  • La bourse French Tech émergence, en prévoyant une hausse globale des moyens alloués à la BFTE de 50 M€ pour les 5 prochaines années (2022-2026) ;

  • L’aide au développement deep tech, en prévoyant une augmentation globale de 150 M€ pour les 5 prochaines années (2022-2026).

Axe 3 : La création d’un guichet unique piloté par la Mission French Tech, dédié aux start-up industrielles afin de faciliter leur accès aux dispositifs d’accompagnement de l’État et leur information sur les dispositifs de financement publics :

La stratégie prévoit le lancement d’un parcours d’accompagnement de l’État pour les start-up avec des projets d’industrialisation. "La Mission French Tech en partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’État et des partenaires publics, proposera une information sur les dispositifs de financement et un accompagnement sur la mobilisation des leviers de l’État en matière industrielle", est-il précisé. "Les start-up pourront mobiliser, par exemple, un appui sur l’accès au foncier, la recherche de site, les freins réglementaires ou encore les demandes d’autorisations."

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anne Roy, journaliste