Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°665868

Comment lutter contre le chômage et accompagner les jeunes ? Les positions des principaux candidats à la présidentielle

Dans le cadre des vendredis AEF info de la présidentielle, la rédaction Social/RH a organisé un débat avec les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle (1), vendredi 14 janvier 2022. Ils ont pu confronter leurs propositions sur l'assurance chômage ou l’insertion professionnelle des jeunes.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

La table-ronde organisée par AEF info, avec les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle, vendredi 14 janvier 2022. Capture d''écran de la vidéo

Comment lutter contre le chômage ? Faut-il renforcer ou abroger la réforme de l'assurance chômage ? Le nouveau CEJ (contrat d’engagement jeune) peut-il répondre aux besoins des jeunes ? AEF info a réuni, vendredi 14 janvier 2022, les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle pour débattre des thématiques emploi et travail, dans le cadre d’une série de tables rondes organisées entre janvier et mars 2022 sur l'ensemble des thématiques couvertes par nos rédactions.

quelle réforme de l’assurance chômage ?

Sur le champ social, le quinquennat d’Emmanuel Macron a été marqué par la réforme de l’assurance chômage. Des mesures ayant suscité une forte polémique et dont la mise en œuvre s’est révélée laborieuse. Carole Grandjean, députée LREM de Meurthe-et-Moselle, défend les choix du gouvernement et de la majorité. "Cette réforme met la valeur travail au cœur du dispositif", explique-t-elle. La représentante d’Emmanuel Macron estime que les règles précédentes n’étaient "pas équitables" pour les demandeurs d’emploi. Elle ajoute que le bonus-malus qui doit s'appliquer au 1er septembre 2022 aux secteurs recourant le plus aux contrats courts, doit permettre de "réduire la précarité de l’emploi".

La candidate LR Valérie Pécresse veut, elle, poursuivre la réforme de l’assurance chômage en renforçant la dégressivité des allocations, pour les salariés de moins de 50 ans, rémunérés plus de deux Smic. Il s’agit d’adapter la dégressivité "en fonction des typologies de gens", commente Gérard Cherpion, député des Vosges. Sur la forme, en revanche, il se dit favorable à "redonner la main aux partenaires sociaux" en termes de pilotage du régime d'assurance chômage.

De son côté, Franck Allisio, porte-parole du RN et conseiller de Marine Le Pen, dénonce une réforme "brutale". "Marine Le Pen ne confond pas la lutte contre le chômage et la lutte contre les chômeurs", avance-t-il. La candidate promet donc de revenir "sur ce qui est le plus injuste dans la réforme". Toutefois, Franck Allisio estime que la priorité n’est pas la gestion de l’assurance chômage, en elle-même, mais plutôt la "faible croissance" qui engendre du chômage. Il plaide ainsi pour un "patriotisme économique".

La dernière réforme de l’assurance chômage est également critiquée à gauche. Pour Thiébaut Weber, coordinateur emploi-travail au sein de la campagne d’Anne Hidalgo, cette réforme est un "accident industriel" dont personne "n’est sorti gagnant". Les socialistes veulent revoir cette réforme, estimant que les "intermittents de l’emploi ont été présentés à tort comme des profiteurs". La candidate socialiste compte confier aux partenaires sociaux le soin de "négocier une assurance chômage universelle". Ce sera un "service de sécurisation des parcours", résume Thiébaut Weber. Ce service devra faciliter la formation et permettre d’adapter le modèle économique au changement climatique ou à la révolution numérique.

De son côté, Yannick Jadot souhaite également revenir sur la réforme de l’assurance chômage. "Surtout pour le passage de 4 à 6 mois de la durée d’affiliation et le calcul du salaire de référence", commente Éva Sas, porte-parole EELV et conseillère politique du candidat écologiste. Face aux métiers en tension, elle refuse une approche de "contrainte" : "Il faut plutôt travailler sur l’attractivité, la rémunération et les conditions de travail", estime-t-elle. Les écologistes demandent, en revanche, une mise en œuvre "plus rapide" du bonus-malus. Le gouvernement actuel a, en effet, prévu une première modulation des contributions au titre du bonus-malus à compter du 1er septembre 2022, au contraire des mesures visant les demandeurs d’emploi qui sont entrées progressivement en application et le sont toutes depuis le 1er décembre dernier.

Sur la question du chômage, Eric Zemmour décrit un "problème croissant en raison de l’immigration massive", souligne Laurence Trochu, présidente du Mouvement conservateur (ex-Sens commun). Le candidat d'extrême droite propose d'expulser les étrangers au terme d’une période de 6 mois sans emploi. Sans en donner le détail, il souhaite aussi lever les "freins à l’embauche" pour faciliter les recrutements par les TPE et les PME.

Qui soutient le CEJ ?

Les jeunes ont été décrits comme les premières victimes des conséquences économiques et sociales de la crise. Carole Grandjean défend l’ensemble de mesures mises en place par le gouvernement pour ce public. "Nous avons lancé le plan 'un jeune, une solution'. Nous sommes à près de 700 000 apprentis aujourd’hui. Le CEJ (contrat d’engagement jeune) est aussi un dispositif que nous lançons pour aller chercher chaque jeune", estime la députée. Annoncé par Emmanuel Macron, il sera déployé à partir du 1er mars 2022.

Pour Franck Allisio, ce CEJ est "de l’ordre du gadget". Le représentant de Marine Le Pen dénonce un dispositif qui "n’a pas de sens" et repose sur "des stages d’observation". Il juge, en revanche, nécessaire de "rompre avec le dédain français pour la filière professionnelle et la filière apprentissage". La candidate promet ainsi un "chèque formation", accessible aux 18/24 ans.

De son côté, Gérard Cherpion décrit le CEJ comme une mesure "qui n’apporte pas grand-chose par rapport à la Garantie jeunes". "C’est une réforme de façade. Il faut aller plus loin en accompagnant plus fortement les jeunes qui s’engagent en formation", affirme le député LR. Valérie Pécresse compte remplacer le CEJ par un "revenu jeune actif" : 670 euros par mois pour les jeunes qui s’engagent dans les formations qualifiantes dans des secteurs en tension.

vers une ouverture des minima sociaux aux jeunes ?

Éva Sas, la conseillère politique de Yannick Jadot, le CEJ est une "mesure cosmétique". Les écologistes souhaitent poursuivre la valorisation et le développement de l’apprentissage, qui permet l’insertion. Ils défendent, aussi, l’extension du RSA aux 18/25 ans pour davantage d'"égalité des chances".

L’accès des jeunes aux minima sociaux est également proposé par Anne Hidalgo. "Il faut mettre fin à cette discrimination", estime Thiébaut Weber. La candidate socialiste promet un "minimum jeunesse" qui sera ouvert à tous les jeunes de plus de 18 ans. Elle propose aussi une dotation en capital de 5 000 euros, attribuée à chaque jeune à ses 18 ans, pour lui permettre de financer ses projets professionnels et personnels. Thiébaut Weber vante, en outre, les mérites de la Garantie jeunes, créée sous le quinquennat de François Hollande mais étendue par Emmanuel Macron. Il faut cependant aller plus loin pour toucher les jeunes encore plus en difficulté et qui n’intègrent pas la Garantie jeunes, poursuit-il.

Le CEJ est "plus grave qu’une mesure gadget et cosmétique", conclut Laurence Trochu. "Être obligé d’en arriver là c’est la conséquence de l’échec de la politique éducative française", juge la représentante d’Eric Zemmour. Elle décrit ainsi le "collège unique" comme "un des premiers freins à l’emploi des jeunes". Son candidat a pour but de "refaire de l’apprentissage une voie d’excellence".

Vous pouvez retrouver ici le replay des débats : https://vimeo.com/666001183/5dee4bcbcf

(1) Les équipes de Jean-Luc Mélenchon, candidat LFI, ont été sollicitées par AEF info mais n'ont pas donné suite à notre proposition de débat.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alexandra Turpin, journaliste