Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Engagement étudiant : "Nous avons des talents à l’université. Il nous faut les valoriser" (Alain Bui, France Universités)

Inscrire la vie étudiante comme mission de l’université dans le code de l’éducation, indemniser les VPE dont le travail est "nécessaire", reconnaître l’engagement étudiant dans les cursus, aménager les études… Telles sont les pistes avancées le 13 janvier 2022 au colloque de France Universités (ex-CPU) par Alain Bui, président de l’UVSQ et de la commission de la vie de l’étudiant de France Universités, Sarah Bilot, DG d’Animafac, Virginie Laval et Aurélien Brossard, respectivement président et VPE de l’université de Poitiers, et Jordan Pothain, étudiant sportif de haut niveau à l’UGA.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Débat sur l'engagement étudiant au congrès de France Universités le 13 janvier 2022 Droits réservés - DR

Clôturer les échanges du congrès de la CPU, devenue France Universités, avec un colloque sur la jeunesse et la vie étudiante, cela ne devrait pas étonner parce que la crise sanitaire aura révélé "l’importance de la vie étudiante", "constituée de la synergie globale entre les activités d’apprentissage, les interactions informelles, les interactions dans les lieux de vie de campus", affirme Alain Bui, président de l’UVSQ et président de la commission de la vie de l’étudiant et de la vie de campus de France Universités.

La crise sanitaire a en effet révélé les "engagements hors cursus très structurants" des étudiants, "qui enrichissent ceux qui les portent et nous tous", pointe-t-il. "En tant qu’université, notre rôle est de les reconnaître et de les valoriser", affirme-t-il. Pour la suite, une concertation est envisagée : "C’est peut-être le moment aujourd’hui d’établir un retour d’expérience et de partager les façons dont les établissements veulent valoriser ces engagements."

la question de l’indemnisation du VPE

Plus particulièrement, le cas des étudiants dans la gouvernance des universités mérite "une attention particulière". "Cet engagement est nécessaire, indispensable et compliqué, car chronophage", insiste Alain Bui. Notamment, "le VPE est un élément essentiel dans le dispositif de l’équipe présidentielle. Est-ce qu’il est reconnu à sa juste valeur ? Il faut en discuter."

La question de l’indemnité du VPE semble en effet incontournable aux participants de la table ronde, comme à France Universités qui s’est déjà exprimée sur le sujet (lire sur AEF info). "C’est quelque chose de nécessaire", assure Aurélien Brossard, VPE de l’université de Poitiers. "Cette mission exclut une activité salariée étudiante. Il faut un cadrage national de cette indemnité", fait-il valoir.

Virginie Laval, présidente de l’université de Poitiers, rappelle que l’indemnité du VPE "va de 0 euro dans certaines universités à 1 000 euros dans d’autres". Pour elle, "il est important de se mettre d’accord sur un texte en travaillant ensemble autour de cette indemnité".

Le VPE, UN VP Comme les autres

Aurélien Brossard insiste aussi sur la nécessité de définir des objectifs en concertation avec le président en amont du mandat. Une lettre de mission peut être rédigée pour fixer ces objectifs. Surtout, il est important que le VPE soit intégré aux réunions et aux séminaires de l’équipe présidentielle. Virginie Laval confirme : Aurélien Brossard "est un VP comme les autres". Il est présent dans les discussions sur la formation ou la vie étudiante, mais aussi quand il s’agit de recherche ou de CSTI par exemple.

Il est également nécessaire que le VPE dispose des outils nécessaires à son travail : un bureau, des outils de communication, et l’appui d’autres étudiants dans l’équipe de gouvernance. À Poitiers, université multisite, deux chargés de mission étudiant assurent le relais et les fonctions de présentation.

La question, plus globale, du lieu où l’équipe présidentielle peut recueillir la parole des étudiants doit également être soulevée. À l’université Gustave Eiffel par exemple, un "parlement des étudiants" a été mis en place. Pour Virginie Laval, la création d’une telle instance n’est pas nécessaire dans la mesure où il existe la CFVU : "c’est au VP Formation qui l’anime de ne pas oublier la partie 'VU' de la CFVU. Une manière de faire est de donner systématiquement la parole aux étudiants au début de l’assemblée", estime-t-elle.

Aurélien Brossard fait valoir quant à lui le rôle du bureau de la vie étudiante, dont il s’occupe. "Avoir des étudiants dans les instances est une bonne chose, mais il faut qu’ils y soient formés", remarque-t-il. Le bureau des étudiants, qui regroupe tous les élus de l’université, propose des formations faites par les services, les VP, ou quand c’est pertinent des associations extérieures. Il permet aussi qu’ils échangent entre eux.

"C’est grâce à des aménagements que j’ai obtenu ma licence et atteint mes objectifs de sportif"

Autre sujet évoqué : l’aménagement des cursus des étudiants à besoins spécifiques, comme les étudiants sportifs de haut niveau, les étudiants artistes, parents, en situation de handicap ou les étudiants détenus. Jordan Pothain, étudiant à l’UGA et sportif de haut niveau, témoigne de l’appui inestimable retiré de l’aménagement de sa maquette de formation. "C’est peut-être même grâce à ces aménagements que j’ai obtenu ma licence et atteint mes objectifs de sportif", souligne-t-il.

L’accompagnement est individualisé selon un contrat tripartite signé à l’entrée à l’université entre l’étudiant, l’établissement et la maison de la performance qui représente la fédération pour définir les objectifs sportifs et universitaires. "Je suis entré en licence en 2012 avec un niveau régional en natation ; j’en suis sorti en 2015 avec ma licence et dans l’équipe de France", illustre-t-il. Jordan Pothain ajoute : "Aux derniers JO d’hiver, 40 % des médaillés français venaient de l’UGA."

Dans un second temps, il est nécessaire de reconnaître les compétences acquises par ces engagements dans les cursus. "Par exemple", avance Jordan Pothain, "on fait au quotidien de la gestion d’émotions, mais cette compétence est peu discutée avec l’université. L’université pourrait nous aider à comprendre quelles sont nos compétences, à les mettre dans un CV."

"La logique de l’engagement étudiant ne doit pas entrer en confrontation avec les études"

Cette demande de valorisation de la vie étudiante est également portée par Sarah Bilot, déléguée générale d’Animafac. L’enquête "La rentrée d’après", publiée le 13 octobre 2021 par Animafac, a en effet révélé que 53 % des étudiants interrogés exprimaient l’envie de s’engager davantage dans leur université (lire sur AEF info).

"Mais l’engagement associatif nécessite de se faire dans de bonnes dispositions", met en garde Sarah Bilot. "La logique de l’engagement étudiant ne doit par venir précariser les étudiants et entrer en confrontation avec leurs études, et c’est pour cela que cet engagement doit être valorisé."

Selon Sarah Bilot, les contours de cette valorisation doivent être flexibles : "Il y a des étudiants pour lesquels les crédits ne sont pas nécessaires et qui préféreraient un aménagement : dispense d’assiduité, partiels en contrôle continu ou en fin d’année". Sur ce point, les universités ont beaucoup avancé, convient-elle, malgré la difficulté de faire avec les maquettes des formations notamment dans les cursus avec beaucoup d’heures, comme le droit ou les IUT.

"il faut inscrire la vie étudiante comme mission de l’université dans le code de l’éducation"

En conclusion, "nous avons des artistes, nous avons des sportifs, nous avons des talents à l’université", se félicite Alain Bui, en réaffirmant "la nécessité de valoriser cette richesse-là". Cependant, "la question récurrente des moyens", la tradition à l’université de valoriser d’abord les connaissances par rapport à l’approche par compétence et le fait que la vie universitaire compte "beaucoup d’acteurs", constituent quelques freins, pointe-t-il. 

Concrètement, comment faire ? Pour Alain Bui, "la CVEC est un accélérateur pour investir dans la vie étudiante". "Il faut évidemment poursuivre l’aménagement des cursus", ajoute-t-il.

"Ce que propose France Universités, c’est que l’université soit au centre de la vie étudiante, qu’elle coordonne toutes ces actions", avance Alain Bui. Le président de l’UVSQ, qui rappelle que la vie étudiante ne constitue pas une mission officielle des universités, affirme : "Nous voulons que la vie étudiante soit inscrite dans les missions de l’université, dans le code de l’éducation", comme l’a été l’insertion professionnelle par la loi LRU.

Le Prix des universités pour l’engagement étudiant

 

France Universités a remis le prix des universités pour l’engagement étudiant aux étudiants de la filière Staps de l’université d’Amiens. Ceux-ci organisent depuis 2016 la JASH, journée amiénoise du sport et du handicap, pour sensibiliser le public valide au handicap et faciliter l’intégration et l’inclusion par le sport et les activités physiques. Après deux ans de pause en raison de la crise sanitaire, la prochaine JASH aura lieu le 24 mars 2022 et réunira 130 bénévoles issus de la filière Staps d’Amiens.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Zoé Courtois, journaliste