Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°663754

"Quatre types d’acteurs peuvent se mobiliser en faveur de la mobilité durable" (G.Cordonnier, Capgemini Invent)

Autonomy et Capgemini Invent publient, jeudi 9 décembre 2021, une étude (en anglais) intitulée "Atteindre l’objectif 'zéro émission' : la voie à suivre pour l’écosystème de la mobilité". Guillaume Cordonnier, directeur des activités "smart city et mobilité durable" chez Capgemini Invent, souligne auprès d’AEF info que "quatre types d’acteurs" peuvent activer ce levier de la mobilité, essentiel pour parvenir à cet objectif de décarbonation. "La dynamique 'net zéro' est très forte dans les entreprises, mais les acteurs publics ont un rôle central à jouer", fait-il valoir. L’étude met en avant des "initiatives prometteuses", qui doivent être envisagées dans une logique de multimodalité.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Ville intelligente
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Guillaume Cordonnier, directeur des activités "smart city et mobilité durable" chez Capgemini Invent. Droits réservés - DR - Capgemini

AEF info : Vous publiez ce jeudi avec Autonomy une étude intitulée "Atteindre l’objectif 'zéro émission' : la voie à suivre pour l’écosystème de la mobilité". Quels sont ses principaux enseignements ?

Guillaume Cordonnier : L’étude, conduite avec Autonomy, avec qui nous avions déjà travaillé, notamment sur la question du Maas l’an dernier, se penche sur la façon d’atteindre l’objectif net zéro en faisant levier sur les sujets de mobilité. Nous avons interviewé 45 entreprises et acteurs publics pour savoir comment ils appréhendent ce sujet. Quatre types d’acteurs peuvent se mobiliser : le citoyen lui-même (en tant que consommateur de mobilité, il doit être incité à modifier son comportement), les fournisseurs et opérateurs de mobilité (responsables de la promotion des services verts et de l’innovation), les entreprises au sens large du terme, et enfin les acteurs publics, en particulier ceux qui ont des compétences en matière de mobilité.

L’étude fait ressortir que 75 % des organismes interrogés ont mis en place des initiatives en faveur de la mobilité durable, dont la majorité est orientée vers la mobilité partagée. On voit également, et c’est une bonne nouvelle, que la mobilité devient dans les entreprises un sujet en tant que tel, qui revient en haut de l’agenda et qui est piloté par un membre de la direction générale, ce qui n’est pas le cas jusque-là. La période Covid a eu beaucoup d’impact sur les stratégies des entreprises et leur trajectoire "nette zéro émission", et la mobilité de leurs collaborateurs en est une dimension importante.

AEF info : Quels sont les freins au développement de cette mobilité durable ?

Guillaume Cordonnier : 57 % des sondés évoquent le manque de coopération au sein de l’écosystème, et 51 % mentionnent des contraintes budgétaires. Or si on veut changer les mobilités, cela doit passer par des investissements. J’ai la conviction que pour répondre à cette problématique du financement, il faut avoir de vraies logiques d’écosystème, grâce auxquelles on peut s’appuyer sur des communs permettant de mutualiser les investissements.

AEF info : Vous mentionnez dans l’étude des "initiatives prometteuses" qui voient le jour. Quelles sont-elles ?

Guillaume Cordonnier : Il s’agit de tout ce qui va permettre aux entreprises de favoriser le changement vers des mobilités plus durables de leurs employés : promouvoir le covoiturage, mettre en place des vélos de fonction, faire évoluer les flottes pour les rendre électriques ou hybrides (bien que cela soit discutable)… Il n’y a pas de solution unique, il faut qu’elles soient adaptées aux territoires : on ne peut pas proposer les mêmes choses en milieu urbain ou en zones peu denses… Il faut s’orienter vers le multimodal, et ne pas regarder les solutions en silo. C’est la logique que nous portons avec Mon Compte Mobilité, dont nous avons annoncé les territoires pilotes fin septembre (lire sur AEF info). Dans l’étude, nous avons identifié que les leviers les plus efficaces pour décarboner la chaîne de valeur de la mobilité s’inscrivent dans un cadre que nous avons appelé "Simec", pour "shared, intelligent, multimodal, ecopowered et circular".

AEF info : Vous évoquez beaucoup les entreprises, mais qu’en est-il des acteurs publics locaux ?

Guillaume Cordonnier : La dynamique "net zéro" est très forte dans les entreprises, mais les acteurs publics ont un rôle central à jouer, notamment parce que le secteur de la mobilité, pas rentable, est très aidé, en particulier sur les transports en commun, subventionnés par les collectivités. En choisissant d’orienter une part de leur budget vers des projets favorables à la mobilité durable, elles peuvent peser, et ce d’autant plus que la LOM leur a confié une compétence d’organisation de la mobilité.

AEF info : Quel est le rôle de Capgemini Invent sur ce sujet ?

Guillaume Cordonnier : On se positionne sur le sujet en amont, dans un rôle de conseil, pour faire émerger de nouveaux modèles ou des innovations, notamment drivés par des solutions digitales. Nous accompagnons les entreprises pour les aider à accélérer leur transition vers la mobilité durable, mais sommes aussi auprès des acteurs de mobilité pour les aider à se positionner sur ces sujets, autour du Maas, ou de nouveaux produits, comme nous le faisons avec Circle et ses batteries amovibles (lire sur AEF info), ou avons fait avec Stellantis / Citroën en son véhicule AMI.

AEF info : Le développement de nouveaux produits est-il vraiment indispensable à l’émergence de cette mobilité durable ?

Guillaume Cordonnier : Tout est une question d’équilibre entre les choix durables, écologiques, et les usages. La marche, c’est parfait, le vélo aussi, mais ces modes ne permettent pas de faire n’importe quelle distance et ne sont pas adaptés à toutes les situations météorologiques… Il faut donc composer le meilleur mix, ce qui passe par des solutions variées : les voitures qui changent de motorisation, les vélos (notamment à assistance électrique) et le développement des infrastructures, les transports en commun, et ces nouveaux véhicules tels que Circle ou AMI qui permettent de nouveaux usages. Demain ou après-demain, le véhicule autonome permettra également des choses intéressantes en termes d’usages, notamment en zones moins denses : du fait de l’absence de chauffeur, son coût sera plus compétitif que des lignes de bus aujourd’hui pas rentables.

Mais plus largement, il faudra aussi s’intéresser à la mobilité des marchandises : le e-commerce a explosé, or c’est très coûteux d’un point de vue écologique. La transition de la livraison du dernier kilomètre sera aidée par la mise en place des ZFE, mais il faudra aussi opérer une transformation du camion vers le train ou vers le fluvial.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Emilie Buono, journaliste