Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°663420

"Avec 38 % de salariés arrêtés en 2021, l’absentéisme maladie repart à la hausse" (Malakoff Humanis)

"Si l’on a pu observer une baisse de l’absentéisme en 2020, les chiffres repartent à la hausse en 2021 : 38 % des salariés se sont vu prescrire un arrêt de travail, contre 36 % en 2020. On n’atteint cependant pas le taux de 2019 (44 %)", observe Malakoff Humanis, qui rend public le 6 décembre 2021 son baromètre annuel "absentéisme maladie". L’absentéisme se caractérise par la poursuite de l’allongement de la durée des arrêts longs et par l’augmentation des arrêts multiples (près de la moitié des salariés). On constate aussi une augmentation des arrêts maladie dans les TPE-PME.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

C’est dans le secteur des transports que la proportion de salariés ayant été arrêtés est la plus élevée : 55%, contre 38% pour l’ensemble des secteurs ©Photo par hpgruesen / Pixabay

Malakoff Humanis, qui publie le 6 décembre son baromètre annuel sur l’absentéisme maladie (1), constate qu'"avec 38 % de salariés arrêtés en 2021, l’absentéisme maladie repart à la hausse", sans atteindre le niveau de 2019 (44 %, lire sur AEF info). Cela peut s’expliquer, selon l’organisme de protection sociale, par le "report des soins ou les effets sur les arrêts de courte durée du télétravail qui, selon 58 % des dirigeants interrogés, pourrait permettre de réduire l’absentéisme".

Les principaux motifs d’arrêts maladie sont la maladie ordinaire (22 % des arrêts prescrits), les troubles musculosquelettiques (18 %), les accidents ou traumatismes (16 %) et les troubles psychologiques (15 %). La part des arrêts maladie liés au Covid-19 a doublé, passant de 6 % en 2020 à 12 % en 2021.

Les troubles psychologiques, second motif des arrêts longs

En outre, l’absentéisme se caractérise en 2021 "par la poursuite de l’allongement de la durée des arrêts longs (arrêts de plus d’un mois), qui passent en moyenne de 94 à 105 jours, et concernent 65 % des entreprises (contre 60 % en 2020)". Cet allongement est notamment dû "au vieillissement de la population active". En effet, la part des 50-64 ans en emploi a augmenté de 69 % au cours des 20 dernières années, et 21 % des arrêts qui leur sont prescrits sont des arrêts longs (contre 12 % en moyenne). L’allongement des arrêts longs est également dû "à l’augmentation des arrêts pour motifs psychologiques qui sont en moyenne deux fois plus longs que les autres". Les troubles psychologiques constituent en effet le second motif des arrêts longs (16 %), après les accidents ou traumatismes (31 %). Viennent ensuite les opérations chirurgicales (12 %), les troubles musculosquelettiques (10 %), les maladies graves (10 %), et les arrêts liés au Covid-19 (7 %).

Les arrêts pour motif psychologique concernent davantage les jeunes (16 % chez les 18-34 ans, contre 12 % pour les 50 ans et plus), les familles monoparentales (22 %) ou encore les télétravailleurs (18 %). Ils sont également plus présents dans les secteurs de la santé (23 %) et du commerce (22 %, en hausse de 14 points). Enfin, l’absentéisme en 2021 est également marqué par l’augmentation des arrêts multiples : 41 % des salariés arrêtés l’ont été au moins deux fois dans l’année, contre 39 % en 2020 et 37 % en 2019.

LES TPE-PME et certains secteurs sont plus touchés

Les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’arrêter (45 % d’entre eux se sont vu prescrire un arrêt maladie au cours des douze derniers mois, contre 43 % en 2020), tout comme les managers (43 %, contre 41 % en 2020) et les femmes (42 %, contre 35 % en 2020). Plus de la moitié des salariés aidants (51 %) s’est également vu prescrire un arrêt maladie (contre 47 % en 2020).

L’absentéisme maladie a augmenté de six points dans les TPE-PME et concerne aujourd’hui 39 % des entreprises de moins de 250 salariés. 61 % de ces entreprises ont connu au moins un arrêt long (au-delà d’un mois). Le nombre de salariés arrêtés est le plus élevé dans les secteurs des transports, à 55 %, contre 38 % pour l’ensemble des secteurs. Ce taux a par ailleurs "fortement augmenté" dans les secteurs suivants : le commerce (35 % en 2021, +6 points par rapport à 2020) ; l’industrie (36 % en 2021, +5 points) ; les services (38 % en 2021, +3 points).

Comment maîtriser l’absentéisme en entreprise ?

Malakoff Humanis constate que "l’absentéisme est toujours un sujet de préoccupation pour plus de la moitié des chefs d’entreprise", et que "46 % des dirigeants ont vu les coûts liés à l’absentéisme (coûts directs et indirects) augmenter au cours des deux dernières années". 67 % d’entre eux déclarent avoir mis en place au moins un dispositif de lutte contre l’absentéisme (contre 59 % en 2020) : "tableau de bord absentéisme et calculateur de coût pour la phase de diagnostic, actions de prévention (stress, addictions, nutrition…) et dispositif d’accompagnement du retour à l’emploi". Les actions les plus efficaces sont "une politique d’accompagnement des salariés en situation de vulnérabilité (pour 61 % des dirigeants interrogés) ; la prise en compte des besoins et attentes des salariés les plus âgés en termes de prévention santé et conditions de travail (58 %) ; des dispositifs de prévention des risques psychosociaux (54 %)".

Enfin, dirigeants et salariés pensent que les arrêts maladie vont continuer à augmenter au cours des deux prochaines années (pour 33 % des dirigeants et 49 % des salariés). Selon les dirigeants, "cette hausse serait due au changement d’état d’esprit des salariés (diminution de l’engagement…), à leur état psychologique et à l’augmentation de l’âge moyen des salariés". Les salariés, quant à eux, évoquent "le report des soins et des hospitalisations, ainsi que l’organisation et les conditions de travail au sein de leur entreprise (tensions, difficultés managériales…)".

(1) Étude de perception Ifop pour Malakoff Humanis, réalisée auprès d’un échantillon de 2 009 salariés et 401 dirigeants ou DRH d’entreprises du secteur privé, du 23 août au 24 septembre 2021.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sixtine de Villeblanche, journaliste