Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°663385

Au congrès de la Fnau, l’étalement urbain sur le banc des accusés

Le 42e congrès de la Fédération nationale des agences d’urbanisme, qui se déroule à Dunkerque du 1er au 3 décembre sur le thème "Cohabitons", tente de prendre la température du territoire français sur le sujet de la lutte contre l’artificialisation des sols. Il s’est ouvert par un procès de l’étalement urbain, les territoires devant, selon les participants, se réinventer pour ne plus freiner la transition écologique.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Habitat / Urbanisme
  • Ville intelligente
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le procès de l'étalement urbain au 42e congrès de la Fnau, ce jeudi 2 décembre à Dunkerque Droits réservés - DR - AP

Le 42e congrès de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau) s’est ouvert ce jeudi 2 décembre 2021 par le procès de l’étalement urbain. Un "véritable" procès, dans lequel Brigitte Bariol-Mathais, déléguée générale de la fédération, tenait le rôle de la présidente de séance, Jérôme Grange, directeur de l’agence de développement et d’urbanisme du grand amiénois, celui d’avocat de la défense, et Gilles Périlhou, directeur de l’agence de Rhône Avignon Vaucluse, celui de procureur général. Ce format inhabituel, inspiré des tribunaux des générations futures, a permis de juger le dénommé 'Urbain Étalé' sur quatre chefs d’accusation : division des citoyens, accélération des inégalités, freinage de la transition écologique et "mochisation" (enlaidissement) des territoires.

"Nous voulions mettre en situation et questionner les enjeux liés à l’étalement urbain dans un cadre différent. Car c’est un thème qui, même parmi les agences d’urbanisme, reste controversé", explique à AEF info Brigitte Bariol. "Les débats sur l’étalement urbain se concentrent souvent sur un seul aspect du phénomène : on l’a accusé, après l’épisode des gilets jaunes, de fragmenter la société, ou d’appauvrir ses habitants. Le faire passer en procès, c’est l’occasion de tout mettre sur la table et d’objectiver les problèmes, dans un contexte où le périurbain fait autant débat qu’il est attractif, particulièrement depuis le début de la pandémie", poursuit la déléguée générale de la Fnau.

Inégalités

Dans un contexte d’injonctions contradictoires, entre la nécessité de construire ("le premier défi à relever, c’est celui de la construction", a rappelé Emmanuelle Wargon, ministre en charge du logement, dans une allocation retransmise au congrès de la Fnau) et celle d’épargner les terres agricoles, le procès d’Urbain Étalé a été en effet l’occasion de passer en revue les réquisitoires et les plaidoiries dont cet espace de franges fait l'objet. "Urbain Étalé fait disparaître 28 000 ha de terres agricoles par an, il fait disparaître des zones humides, il sectionne les continuités écologiques", accuse Pascale Poupinot, directrice de l’agence d’urbanisme d’Oise-la-Vallée. "Les communes périurbaines attirent des ménages grâce à une fiscalité avantageuse et ne participent pas aux charges de centralité que doivent payer les villes centres pour financer des services, comme des stades, musées ou transports, qu’utilisent les ménages périurbains", enfonce Frédéric Bossard, directeur général de l’Epures, l’agence d’urbanisme de l’agglomération stéphanoise.

En guise de circonstances atténuantes, Patrice Vergriete, maire (DVG) de Dunkerque, tente d’expliquer comment l’étalement urbain s’est auto alimenté depuis cinquante ans, avec la complicité des élus locaux : "les maires des franges rurales des métropoles sont obsédés par une question : celle de la fermeture de leur école. Ils doivent attirer de nouveaux ménages pour l’éviter. Or, quel est leur avantage comparatif, par rapport à une commune plus centrale ? C’est la taille de la parcelle. Ils doivent créer de vastes lotissements pour y attirer les ménages qui scolariseront leurs enfants sur la commune. C’est ainsi que ces élus font la promotion de ce que nous combattons au niveau national".

Un choix collectif

Philippe Schmit, ancien secrétaire général de l’ADCF (lire sur AEF info), appelé à la barre à la demande de la défense, a tenté "d’atténuer la charge contre Urbain Étalé", en pointant également la responsabilité de ceux qui l’ont laissé faire. "Nous sommes dans un pays qui a toujours autorisé la construction. Il n’y a pas une maison, un édifice construit sans autorisation. Personne n’a été forcé d’aller vivre en périurbain. Urbain Étalé a commencé ses méfaits au moment où Georges Pompidou a été largement élu président de la République, portant un projet politique et collectif d’aménagement du territoire autour de l’automobile", assure-t-il, pointant la responsabilité partagée, non pas par les élus, mais par la nation entière. "Fallait-il contraindre ce mouvement, ou, au contraire, l’accompagner ?", s’interroge Philippe Schmit. Sur le procès en enlaidissement des paysages, enfin, "l’avocat général" Jérôme Grange pose la question : "peut-on être beau quand on est le fruit de la quête de facilité, de la cupidité et de la croissance économique ?"

Le public, composé des membres des cinquante agences d’urbanisme françaises, et faisant office de jurés, a voté en direct la culpabilité d’Urbain Étalé sur deux des quatre chefs d’accusation retenus contre lui : celui de freiner la transition énergétique et de "mochiser" les paysages français. Il ne le tiendra pas coupable, en revanche, de fragmenter la société et d’augmenter les inégalités.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Arnaud Paillard, journaliste