Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Police : Gérald Darmanin liste les concrétisations du "Beauvau de la sécurité" et attend des "contreparties"

"On n’a pas besoin de la Lopmi pour avoir des choses sonnantes et trébuchantes", a déclaré Gérald Darmanin au 3e congrès de l'Unsa-Fasmi, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), mercredi 1er décembre 2021. Le ministre de l'Intérieur a précisé le calendrier des arrivées de véhicules, de caméras piétons, de nouveaux uniformes notamment, en demandant en contrepartie aux syndicats de police de s'investir dans la "révolution" cyber du ministère de l'Intérieur et dans trois sujets "difficiles" : réforme des retraites, cycles horaires, et affectation des policiers.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Gérald Darmanin est venu en "ami" au congrès de l’Unsa-Fasmi, à Champs-sur-Marne, mercredi 1er décembre 2021. Pendant 30 minutes, face aux représentants des huit syndicats qui la composent, à Philippe Capon, qui faisait ses adieux à la tête de la fédération (lire l’encadré), et son successeur, Thierry Clair (lire sur AEF info) il s’est livré à cet exercice délicat pour tout ministre de l'Intérieur qui consiste à dresser la liste de tout ce qui a été obtenu pour les agents et donc de ce qu’il est en droit d’attendre en retour.

Au rayon des avancées, Gérald Darmanin a insisté sur l’élargissement progressif du périmètre de la loi d’orientation, passée de Lopsi pour loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure, puis "des sécurités" à la suite de l’intégration de la sécurité civile par le président de la République (lire sur AEF info) à Lopmi pour embrasser les sujets de "tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, dépendent du ministère de l’Intérieur", y compris la sécurité privée (lire sur AEF info).

Les caméras piétons reliées aux smartphones et de nouveaux uniformes prioritairement dans quatre zones

"On n’a pas besoin de la Lopmi pour avoir des choses sonnantes et trébuchantes, et notamment pour voir l’avancée que l’Unsa a contribué de mettre en place", ajoute le ministre. Ainsi sur les 11 000 véhicules annoncés en clôture du "Beauvau de la sécurité" par le président de la République (lire sur AEF info), "5 400 seront livrés au premier trimestre" 2022 - une commande qui n’était pas assurée compte tenu de la "pénurie" dans le secteur automobile. Les 240 000 terminaux Néo devraient équiper "individuellement" l’intégralité des policiers et des gendarmes à compter du mois de mars prochain. "Les policiers pourront regarder ces images de leur caméra piéton sur leur téléphone Néo et pas simplement au commissariat", a par ailleurs annoncé Gérald Darmanin.

Sept cents commissariats et brigades de gendarmerie, en plus de certaines préfectures et sous-préfectures, vont aussi être rénovés. Le DGPN dispose pour cela d’une enveloppe de 50 millions d’euros pour engager un nouveau plan "poignées de porte", a précisé le ministre. Quant au changement d’uniformes dans la police, "à partir de janvier-février prochain, à Lille, à Marseille, en Guyane et en Seine-Saint-Denis, plus de 1 000 policiers vont commencer à [en] avoir", puis ils seront généralisés en mars. Le calot remplacera la casquette, les tenues seront de fabrication "100 % française". Autre évolution attendue : l’arrivée des cartes attestant de la gratuité du transport en train pour les policiers au 1er janvier prochain (lire sur AEF info).

Les syndicats appelés à "Prendre la mesure" sur la cybersécurité

Gérald Darmanin a par ailleurs mis l’accent sur son souhait de faire de la future loi d’orientation, "présentée au printemps prochain", un texte "révolutionnaire". Bien sûr, il sera question de statuts (pour la PTS, les agents administratifs), de matériel, d’indemnitaire, de méritocratie (pour les agents des préfectures) - "tous ces problèmes seront réglés ou essaieront d’être réglés" -, mais il ne faudra "pas louper l’ambition" de la loi : faire du ministère de l’Intérieur "le plus technologique et le plus efficace et le premier dans la lutte dans le cyberespace".

"Nous n’avons pas encore pris aujourd’hui la mesure de cette nouvelle délinquance", dont il prédit qu’elle sera "à 50 % cyber d’ici la fin de cette loi en 2030". "Il est probable que demain les attentats ou les atteintes à des policiers se fassent par des drones", anticipe-t-il. De façon plus terre à terre, la cyber permettrait aussi de faciliter la vie des policiers avec une meilleure interconnexion des fichiers - "des fichiers et logiciels qui fonctionnent ce serait une révolution", a-t-il ironisé en se gardant de mentionner le projet Scribe (lire sur AEF info). "Nous avons d’énormes moyens à demander au Parlement", a-t-il plaidé en demandant aux syndicats - au-delà de l’Unsa - de "prendre la mesure" du sujet cyber, sans se cantonner à leurs revendications statutaires ou catégorielles.

Des "efforts" demandés sur les retraites, les cycles horaires et l’affectation des policiers

Après un ton jusque-là plutôt détendu, le ministre est rentré dans le dur en évoquant "trois types de sujets difficiles" sur lesquels il espère obtenir des accords. D’abord la réforme des retraites qui, si elle ne sera pas engagée avant l’élection présidentielle, sera nécessairement un sujet car "le pays en a besoin". Favorable à "régime spécifique" - et non "spécial - reconnaissant une forme de pénibilité liée aux risques encourus par les policiers et le travail de nuit le ministre a posé des questions, face aux divers syndicats de la Fasmi (psychologues de la police nationale, agents administratifs et techniques, inspecteurs du permis de conduire…) qui peuvent faire "naître des choses qui ne plaisent pas toujours" : "Est-ce que dans dix ans le policier aura la même carrière qu’aujourd’hui ? Est-ce que les autres métiers du ministère de l’Intérieur doivent avoir une différence de traitement dans leurs statuts par rapport aux policiers ?"

Même si le sujet sera évoqué le 17 décembre "en bilatérales" (lire sur AEF info), la question des cycles horaires est aussi une préoccupation. "Pourquoi pas" les adapter aux spécificités des services et au travail de nuit. "Mais ils ne doivent pas être trop consommateurs de forces parce qu’évidemment on ne peut pas mettre à la fois beaucoup plus de formation, et puis avoir moins de personnes sur la voie publique, personne ne le comprendrait", a lancé le ministre. "Sans démagogie, il y aura des efforts à faire sur les cycles horaires", a-t-il prévenu.

Enfin Gérald Darmanin a estimé qu’il fallait s’atteler aux problèmes posés par l’affectation des policiers. Se qualifiant d'"observateur des mutations" qui laissent des postes vacants dans les zones difficiles où ils sont créés, le ministre souhaite "qu’on arrête avec ce système-là tout en respectant évidemment le principe qu’un policier qui vit dans une circonscription difficile puisse, au bout d’un certain temps ou dans certaines conditions, avoir un parcours de vie". "Il ne s’agit pas de bloquer les gens", a-t-il anticipé tout en défendant "une forme de contrepartie des moyens extrêmement importants alloués par la Nation".

Philippe Capon devient chevalier de l’ordre du mérite

 

Ce congrès a été l’occasion pour Gérald Darmanin de remettre la décoration de chevalier de l’ordre du mérite à Philippe Capon, à la tête de l’Unsa-Fasmi depuis 2013. "Souvent les syndicalistes m’ont accueilli au ministère de l’Intérieur en disant que les ministres passent les syndicalistes restent, je constate que le ministre a eu raison en tout cas de Philippe Capon", a-t-il taquiné. Le ministre de l'Intérieur a salué son parcours commencé "tout en bas de l’échelle", sa "grande capacité de travail" et son "acte de courage", en tant que CRS jusque dans les années 2000 et en tant que syndicaliste "constructif". Le DGPN Frédéric Veaux, le préfet de police Didier Lallement et le préfet de département Lionel Beffre étaient présents, ainsi que d’autres responsables syndicaux comme Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance police nationale, ou Georges Knecht, secrétaire général du Snipat.

à lire aussi
Ministère de l'Intérieur : Thierry Clair remplace Philippe Capon à la tête de l'Unsa-Fasmi

Thierry Clair est élu secrétaire général de l’Unsa-Fasmi, lors du congrès organisé à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), mercredi 1er décembre 2021. Philippe Capon, qui dirigeait la fédération depuis 2013, s’apprête à prendre sa retraite. Secrétaire général adjoint de l’Unsa police depuis septembre 2020 (lire sur AEF info), Thierry Clair sera secondé à la Fasmi par deux secrétaires généraux adjoints : David Le Bars, secrétaire général du SCPN, et Paul Afonso, secrétaire général de l’UATS. La Fédération autonome des syndicats du ministère de l’Intérieur rassemble cinq autres syndicats : l’UDO (union des officiers), le SNPPS, le SPPN, l’Unsa-Saneer et le SAP-GMA, les deux syndicats autonomes des experts de l’éducation routière et du groupement des moyens aériens. L’Unsa-Fasmi veut continuer de "peser comme un interlocuteur incontournable" au sein du ministère de l’Intérieur, notamment lors des élections professionnelles de 2022.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Judith Blanes, journaliste