Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°662567

La Solideo veut "permettre aux citoyens de contribuer aux grandes transitions environnementales" (Antoine Du Souich)

La Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques) a lancé le 10 novembre 2021 un appel à projets dénommé "Smart citizen" : il s’agit de "donner aux futurs habitants les moyens de s’engager dans la transition écologique, via une solution déployable dès 2024 sur le village des athlètes et réplicable ensuite dans plusieurs villes", explique à AEF info Antoine Du Souich, directeur de la stratégie et de l’innovation de la Solideo, quelques jours après ce lancement (1). "Les bâtiments et l’espace public mettant en œuvre des solutions durables sont seulement un premier pas : pour espérer qu’ils atteignent leur plein potentiel, il faut s’intéresser à un deuxième volet", celui des usages, fait-il valoir. Les porteurs de projet sont invités à répondre jusqu’au 15 décembre, et quatre groupements seront sélectionnés pour une phase de préfiguration, qui s’étendra jusqu’en mars 2022.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Ville intelligente
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Antoine Du Souich, directeur stratégie et innovation à la Solideo. Droits réservés - DR - Xavier Granet

AEF info : La Solideo a lancé mi-novembre un nouvel appel à projets dénommé "Smart citizen", en quoi consiste-t-il ?

Antoine Du Souich : Dans le cadre de sa mission, la Solideo a repris les objectifs importants qui avaient été posés depuis le début de la candidature de Paris aux Jeux olympiques, à savoir préfigurer la ville européenne de demain, en répondant à plusieurs questions : celle de la décarbonation, mais aussi de l’adaptation au changement climatique, du lien entre ville et biodiversité, ainsi que les questions d’usages et de confort (en lien avec la santé, l’accessibilité universelle). Nous avons apporté des réponses à toutes ces questions, à différentes échelles : dans la conception urbaine des bâtiments et de logements, par la création d’un fonds d’innovation doté de 48 M€ [voir encadré] ; ou encore sur les modes constructifs.

Mais pour nous, les bâtiments et l’espace public mettant en œuvre des solutions durables sont seulement un premier pas : pour espérer qu’ils atteignent leur plein potentiel, il faut s’intéresser à un deuxième volet, qui consiste à mobiliser les futurs habitants, usagers ou occupants de ces bâtiments et de ces villes autour de la transition écologique et de l’objectif de neutralité carbone. Par exemple, sur le carbone, nous devrions faire -45 % sur le village des athlètes (l’objectif fixé était de -50 %), nous avons donc un vrai résultat. Mais ce calcul ne vaut que si les habitants ont la notice et que ce qu’on a simulé correspond à l’usage réel des bâtiments ! D’où l’idée de "smart citizen", dont l’ambition est de permettre aux citoyens de contribuer à ces grandes transitions environnementales, de prendre leur part.

AEF info : Par quels leviers ?

Antoine Du Souich : L’objectif est de créer une sorte de coach pour le citoyen, pour l’accompagner sur les sujets de transition environnementale, dans une logique d’empowerment. Il s’agit de donner aux futurs habitants les moyens de s’engager dans la transition écologique, via une solution déployable dès 2024 sur le village des athlètes et réplicable ensuite dans plusieurs villes.

Selon nous, il faut pour que cela fonctionne rassembler cinq dimensions de la vie quotidienne - se loger/habiter, se nourrir, consommer, se déplacer et prendre soin des écosystèmes. C’est pourquoi nous avons proposé, via l’appel à projets, à des porteurs de projet de construire une solution globale, qui traite de l’ensemble de ces dimensions. Qu’ils soient intégrateurs, chevronnés sur l’ensemble de ces problématiques ou uniquement sur une thématique, ils peuvent faire une pré-candidature d’ici le 15 décembre, présentant leurs idées ou briques de suggestions.

Courant janvier, nous organiserons un forum avec les entreprises candidates pour, si elles le souhaitent, faciliter leur mise en relation et ainsi former des groupements porteurs d’une vision commune, capables de produire une solution complète et innovante. Quatre groupements seront sélectionnés à l’issue de cette phase et participeront à la phase de préfiguration qui s’étendra jusqu’en mars 2022.

AEF info : Qu’en est-il du financement de cette solution globale que vous espérez voir émerger ?

Antoine Du Souich : Pour les villes, il faut aller vite, l’idée n’est pas d’avoir quelque chose prêt dans dix ans. Les porteurs de projets vont donc devoir s’appuyer sur des gens qui apportent des briques de solutions, et qui ont des capacités d’investissement sur ces sujets… La solution devra avoir un modèle économique : le projet devra vivre grâce au business plan et l’activité commerciale qu’il aura inventés, mais la Solideo pourra toutefois, via son fonds d’innovation, le subventionner jusqu’à 20 % des investissements, dans la limite de 2 M€. Pour la phase de préfiguration, jusqu’en mars, nous avons prévu pour les quatre groupements sélectionnés une indemnisation à hauteur de 10 000 euros.

fonds d’innovation

 

La Solideo a créé un fonds d’innovation doté de 48 M€ : 12 M€ sont fléchés vers "Paris fonds vert", qui investit, à l’initiative de la ville de Paris, dans les TPE de la ville durable en croissance, et 36 M€ seront réservés aux maîtres d’ouvrage, pour financer leurs surcoûts "directement imputables au fait d’innover", explique Antoine Du Souich. Pour décider de l’attribution de cette enveloppe de 36 M€, a été mis en place un comité d’innovation, rassemblant des personnalités du monde public et du monde privé sur l’innovation et la ville durable, qui rend des avis sur des propositions d’innovation, qui sont portés au conseil d’administration, précise le directeur.

AEF info : Quelle forme pourrait prendre cette solution ?

Antoine Du Souich : Nous ne savons pas encore : cela pourra être une appli sur le téléphone ou peut-être passer par les box des habitants… Pour nous, il doit y avoir un volet ludique : on n’a en effet pas vu beaucoup plus efficace dans le numérique que les montres ou les téléphones qui comptent les pas, etc. Aujourd’hui, cela n’existe pas sur les questions environnementales, parce qu’elles sont trop englobantes. Il faut trouver des solutions malines et collectives. L’idée est qu’on puisse créer un maximum de passerelles pour que ce soit le plus simple possible, on peut envisager de multiples partenariats originaux, permettant de croiser la donnée.

En outre, si tout part de l’individu, de nombreux éléments relèvent d’échelles plus larges comme la famille, le quartier. Il faudra intégrer cette dimension. Les villes devront également être parties prenantes de cette solution, car on ne fait pas de transition environnementale sans elles. Le porteur de solutions apportera quelque chose de prêt à l’usage mais pas tout le projet, nous pensons plutôt que nous sommes en train de créer à travers cette démarche des communs de projets locaux. C’est d’ailleurs la subtilité de ce projet : pour être dans le vrai, il faut de vrais usages et ne pas avoir peur du local, mais en même temps, toujours se poser la question de ce qui peut constituer un socle pour une solution réplicable. Car l’idée est bien de pouvoir dupliquer cette solution en dehors du village des athlètes.

AEF info : N’êtes-vous pas avec ce projet un peu loin de vos missions premières ?

Antoine du Souich : Puisque nous sommes allés loin sur la prise en compte des enjeux de transformation et de ville durable, il me semble que le village des athlètes constitue un bon terrain de jeu pour cette future solution globale : du fait de la visibilité de ce lieu qui va accueillir les athlètes en 2024, mais aussi parce qu’il apporte de la cohérence technique pour faire un démonstrateur d’une telle solution.

Nous voudrions en effet pouvoir extraire de cette solution des cas d’usages directement utiles pour la vie du village en phase jeux : non seulement cela peut être utile au confort des athlètes, mais c’est aussi un moyen de leur proposer d’être ambassadeurs de cette vision. L’héritage est une valeur très forte des JOP, c’est important de pouvoir dire aux athlètes qu’ils vivent pendant cette période dans des logements, des bâtiments, une ville de qualité qui atteignent les objectifs qu’ils s’étaient fixés, mais aussi que cet endroit sera le lieu d’une implication particulière du citoyen. Il faut vraiment qu’on puisse, puisqu’on va parler de ville durable, promouvoir l’importance de donner les clés aux citoyens pour en faire des parties prenantes de la transition environnementale.

AEF info : Avez-vous d’ores et déjà identifié des freins au développement d’une telle solution, notamment en ce qui concerne les données ?

Antoine Du Souich : Sur ce sujet des données, l’enjeu est à la fois de respecter tous les règlements européens, mais aussi de faire en sorte que l’outil soit légitime. Pour cela, plutôt que de rassembler le maximum de données et de réfléchir ensuite à ce qu’on en fait, il est préférable de mettre en face d’une donnée directement un service, avec le plus haut niveau de protection.

Ces questions ne nous arrêtent pas, on n’y voit pas d’obstacles infranchissables, car en réalité, les citoyens transmettent déjà beaucoup d’informations à des opérateurs qui leur rendent des services. Cette question de la transformation environnementale est tellement transverse que nous avons la conviction qu’il faut des solutions, une interface du même niveau. Ce point figure parmi les attentes décrites dans l’appel à projets, et c’est pour nous une condition de succès. Car même s’il faut trouver un modèle économique, cela doit se faire avec la plus grande rigueur par rapport à la protection de la vie personnelle. Ce sera évidemment un enjeu fort de cette solution que de savoir cloisonner de façon très ferme et très claire ce qui est l’environnement privé et est mis à disposition des gens, et ce qui sert ensuite plus largement.

AEF info : Ce type d’initiative a-t-il déjà été mis en place ailleurs ?

Antoine Du Souich : Nous avons passé en revue les initiatives existantes à travers le monde, mais soit elles restent focalisées sur la donnée, sans être au point sur ce que cela apporte en termes de solutions, soit elles sont plus complètes et servicielles, mais thématiques. Nous avons bien le sentiment de ne pas inventer l’eau chaude et conscience que cette dynamique "smart citizen" est enclenchée, mais il reste des étapes à franchir pour que cette idée se concrétise. Nous pensons qu’on pose le bon appel à projets au bon moment.

AEF info : Vous avez évoqué le fonds d’innovation et ses 36 M€, combien sont dépensés ?

Antoine Du Souich : Il reste 9 M€. Nous avons soutenu des projets au fil de l’eau, émanant des maîtres d’ouvrage, publics ou privés, sur des sujets variés. Par exemple, nous avons accompagné la création de la plus grande passerelle pont en impression 3D béton (sous maîtrise d’ouvrage de Plaine commune, avec Freyssinet, Lafarge et start-up XtreeE), ou encore travaillé sur un bâtiment "zéro déchet" avec Icade, dans lequel on filtre les eaux usées, trie les urines et les matières fécales et avant de les valoriser soit dans les espaces verts alentours, soit vers l’agriculture. Le rez-de-chaussée de cet immeuble, qui sera en gestion à CDC Habitat, accueillera le projet "Ecolab", une sorte de conciergerie, elle aussi dans une logique d’empowerment autour des enjeux de développement durable.

Nous avons aussi fait des innovations dans le tertiaire avec Nexity Eiffage et EDF via sa filiale Dalkia smart systems, sur la qualité de l’air intérieur et sur la gestion intelligente de l’énergie, dans un bâtiment dont l’investisseur est Groupama. Il y a là deux innovations, qui sont les embryons de nouveaux acteurs de service. D’une part le projet F’airplay, qui repose sur l’idée qu’on pourrait faire dans les projets de construction ou de réhabilitation des contrats de performance qualité de l’air, comme on fait contrat de performance énergétique. Il associe du monitoring des usages et de l’IA, en lien avec la mesure de la qualité de l’air, et des systèmes de dépollution. L’autre projet, Powerplay, prévoit aussi un opérateur de service qui là s’engage sur la gestion d’énergie du bâtiment : il gère à la fois l’autoconsommation et le photovoltaïque en toiture, la recharge des véhicules avec des systèmes "vehicles-to-grid" bi-directionnels, des systèmes de stockage, avec notamment les batteries ZnR développées par Zinium, spin-off de la R&D d’EDF, qui n’ont pas d’impact sur métaux rares mais qui se rechargent lentement.

AEF info : Vous accompagnez également des innovations sur le centre aquatique olympique et l’Arena de porte de La Chapelle…

Antoine Du Souich : Sur le centre aquatique olympique, la grande innovation c’est la charpente, qui sera la plus grande charpente concave en bois, avec des portées de 80 m. Ce projet, porté par Bouygues Construction avec Matis, sera un nouveau flagship de la filière bois. Je peux également citer la démarche de l’entreprise SAS minimum, qui collecte du plastique pour le réutiliser dans les fauteuils de ce centre, mais aussi de l’Arena.

Cette dernière fait aussi l’objet de plusieurs innovations, en particulier parce qu’elle sera 100 % ENR. Elle a été conçue pour abriter les systèmes de production de froid de la ZAC autour, y compris des data-centers, et est reliée aussi au réseau de chaud. Ce projet, dénommé "Pile urbaine", renverse la logique habituelle puisque le bâtiment événementiel devient le point d’interconnexion des réseaux pour tout le quartier autour. Quand la partie froid va grossir, cela chauffera tout le bâtiment, et la connexion avec le réseau de chaleur sera utilisée dans l’autre sens pour remettre les calories en excès vers le réseau de chaud de la ville.

La Solideo, en tant que maître d’ouvrage, a aussi fait des innovations sur les espaces publics, autour de trois enjeux : la qualité de l’air, la lutte contre les îlots de chaleur urbains et l’accessibilité universelle (lire sur AEF info), et nous venons de lancer un partenariat d’innovation sur la signalétique multi-sensorielle inclusive. Il s’agit de voir comment on répond, à travers une signalétique amplifiée, à la situation particulière des personnes aveugles et malvoyantes et des personnes avec des troubles cognitifs divers. Nous commençons, avec le groupement lauréat conduit par Okeenea, une phase de R&D, et nous organiserons des ateliers d’usages avec des riverains. Cette dimension intéresse beaucoup les athlètes paralympiques.

Tout cela montre qu’en face des questions qui nous sont posées et qui sont posées à l’ensemble des villes, il y a énormément de choses à faire. À certains moments, il faut savoir traiter les sujets un par un, et à d’autres, savoir rassembler, comme le prévoit "Smart citizen".

(1) Entretien réalisé le 16 novembre 2021.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Emilie Buono, journaliste