Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°662477

Moins d’un demandeur d’emploi sur dix inscrit en formation l’abandonne avant son terme (Dares)

Contraintes personnelles, retour à l’emploi, formation mal adaptée… La Dares analyse les raisons qui conduisent près d’un demandeur d’emploi sur dix (8%) à abandonner sa formation en cours de route. À l’inverse, la direction statistique observe que plusieurs facteurs sont susceptibles de diminuer ce risque d’abandon. C’est notamment le cas lorsque le demandeur d’emploi est lui-même à l’initiative de sa formation, relève une étude publiée le 19 novembre 2021.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à abandonner une formation en cours de route, selon l'étude de la Dares. Pexels - Andrea Piacquadio

Le phénomène concerne davantage les femmes, les jeunes et les personnes non diplômées. Au total, moins d'un demandeur d'emploi sur 10 qui était en formation en 2019 ne l’a pas achevée (8 %). Publiée le 19 novembre 2021, une étude de la Dares se fonde sur une enquête post-formation menée auprès des stagiaires qui ont débuté une formation pour analyser les différents facteurs associés à l’abandon.

Poids des contraintes personnelles

S’agissant des profils des demandeurs d’emploi qui abandonnent leur formation, l’étude relève ainsi qu’il s’agit plus souvent de femmes que d’hommes (26 % contre 21 %). La proportion d’abandon varie aussi avec l’âge : elle est plus forte chez les jeunes de moins de 26 ans (12 %) que chez les personnes âgées de 26-50 ans (6 %) ou de plus de 50 ans (7 %). Pour les jeunes, le fait d’être d’un niveau scolaire inférieur au baccalauréat renforce les cas d’abandon (15 % contre 7 % pour ceux d’un niveau au moins équivalent au bac).

Plusieurs raisons sont évoquées par les personnes qui ont abandonné leur formation. La principale, mentionnée par 24 % des répondants - et le plus souvent des répondantes -, tient aux contraintes personnelles (motif familial, problème de santé). Viennent ensuite les abandons pour cause de retour à l’emploi (22 %), de formation qui ne convient pas du fait d’un niveau inapproprié ou d’une organisation inadaptée (19 %) et de problèmes relationnels avec les formateurs ou les autres stagiaires (13 %), ces deux dernières explications étant davantage invoquées par les jeunes. Les difficultés financières (10 %) et le fait que la formation soit trop éloignée du domicile (6 %) font partie des derniers motifs d’abandon rapportés.

Information des stagiaires

Pour comprendre à l’inverse les facteurs susceptibles de diminuer le taux d’abandon, la Dares a cherché à raisonner à caractéristiques individuelles équivalentes. Il en ressort que la variable qui influence le plus le taux d’abandon parmi les demandeurs d’emploi est la perception d’être bien informés sur le contenu de la formation (-8 points par rapport à ceux qui déclarent n’être pas bien informés). L’objectif de la formation joue aussi : un demandeur d’emploi qui se forme pour créer son entreprise a moins de risque d’abandonner qu’un autre qui se forme pour apprendre un métier (-4 points).

Autre constat : c’est lorsque le demandeur d’emploi est à l’initiative de sa formation que la probabilité d’abandon est la plus faible (-2 points). À l’inverse, cette probabilité grandit lorsque la formation est recommandée par une mission locale ou un conseiller Pôle emploi. Suivre une formation dans le cadre d’une séquence de plusieurs formations est également un facteur qui permet de faire reculer les cas d’abandon (-2 points également).

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Astrid Gruyelle, journaliste