Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

E. Macron présente la stratégie France 2030 pour réinvestir 30 Md€ dans l’innovation, l’industrie et la formation

"La France est une grande puissance. Néanmoins, elle a des faiblesses liées à un sous-investissement dans l’ESR, même si la LPR est un début de réparation", assure Emmanuel Macron lors de la présentation de la stratégie France 2030, mardi 12 octobre 2021. Doté de 30 Md€, ce plan d’investissement est construit autour de dix objectifs. "La France a pensé qu’elle pouvait se désindustrialiser tout en continuant à innover. C’est faux et nous nous sommes trompés ! Notre pays va se réindustrialiser par la deep tech", promet-il. AEF info publie un tableau récapitulatif des montants engagés.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Emmanuel Macron présente, le 12 octobre 2021, la stratégie "France 2030" MaxPPP

"L'innovation est une source de solution pour mieux vivre et ses contraintes sont en train de changer car le temps entre l’innovation et son industrialisation est désormais comprimé", observe le président de la République lors de la présentation du plan France 2030, mardi 12 octobre 2021. "Je n’oublie pas que les scientifiques m’avaient assuré que la fabrication d’un vaccin [contre la Covid-19] avant fin 2020 était impossible… Or, les délais ont été écrasés et tous les pronostics ont été déjoués", constate le président de la République.

ESR : "la France est de retour dans la bataille"

"La situation est très simple en matière d’innovation : soit vous êtes dedans, soit vous êtes dehors. C’est pourquoi j’ai souhaité que nous nous projetions vers 2030 et au-delà", résume Emmanuel Macron. "La France est une grande puissance, avec de nombreux atouts. Néanmoins, elle a des faiblesses liées à un sous-investissement en éducation et dans l’ESR par rapport à d’autres pays." En outre, "la France est un pays qui travaille moins que les autres, ce qui explique pourquoi nous devons retrouver le fil du couple innover-produire", assure-t-il, rappelant que la clé pour y répondre est la "mise en place d’une stratégie macro-industrielle et d’innovation".

"En quatre ans, nous avons mis en place une stratégie qui commence à produire des résultats que ce soit en matière d’éducation, d’accès à l’enseignement supérieur, d’apprentissage ou de formation professionnelle", se félicite Emmanuel Macron. "Nous avons investi sur la recherche et l’enseignement supérieur en menant une vraie réforme portée par nos universités et nos organismes", salue-t-il, citant le classement de Shanghai comme preuve qui atteste du "retour de la France dans la bataille" (lire sur AEF info).

Selon le président, le plan France Relance a permis de rebâtir un début de souveraineté (lire sur AEF info). Néanmoins, "cette accélération du monde me conduit à penser que tout cela n’est pas suffisant. Si nous restons à ce rythme, nous ne rattraperons pas notre retard et nous nous laisserons distancer". Aussi formule-t-il "quelques fortes convictions".

L’innovation change de paradigme

"La première est, qu’au fond, innovation de rupture, innovation technologique et industrie sont plus liées que ce que nous avions imaginé", concède Emmanuel Macron. "La France a pensé qu’elle pouvait se désindustrialiser tout en continuant à innover. C’est faux et nous nous sommes trompés !"

En outre, il appelle à sortir de certaines oppositions, que ce soit entre les différents secteurs de recherche comme les SHS ou les sciences dures. "Dans le spatial, il y a du quantique, des mathématiques mais aussi des SHS et du droit", observe le président de la République. "De la même manière, opposer start-up et industrie, vision datée du XXe siècle, est une erreur", fait-il valoir (lire sur AEF info). "Notre pays va se réindustrialiser par la deep tech. Il n’y aura pas la France industrielle contre la France des start-up."

"la lpr est un élément de rattrapage que je NE Sous-estime PAS"

"Nous avons un besoin impérieux d’accélérer investissements publics", avance Emmanuel Macron. "Si nous ne prenons pas ce virage de l’innovation et de l’industrie, nous allons continuer à dégrader nos déficits et à créer trop peu d’emplois et d’opportunités pour nos jeunes", prévient-il.

"Il nous faut réinvestir dans une stratégie de croissance, avec des investissements distincts de la dépense récurrente, et augmenter la capacité de l’économie française à croître par l’innovation, l’industrie et la formation pour produire de la richesse et se produire vers l’avenir." "La LPR est un élément de rattrapage que je ne sous-estime pas, mais je crois qu’il faut porter une stratégie qui s’inscrit davantage dans la rupture", nuance le président de la République.

les 10 objectifs de France 2030

 

Au total, 30 Md€ sont prévus pour financer la stratégie France 2030 autour de dix objectifs (le chiffrage ci-dessous peut englober des fonds propres. Se reporter au tableau récapitulatif en fin de dépêche pour le détail) :

  1. Réinventer le nucléaire. 1 Md€ est prévu pour développer des petits réacteurs (SMR) et assurer une meilleure gestion des déchets).

  2. Devenir le leader de l’hydrogène vert en 2030. "C’est une filière où nous pouvons devenir leader car nous avons atouts", prévient Emmanuel Macron.

  3. Accélérer la décarbonation de l’industrie. "Nous nous sommes engagés, entre 2015 et 2030, à réduire de 35 % de nos émissions dans le secteur. Nous en sommes à 4 % depuis 2021", chiffre Emmanuel Macron. Ainsi, 8 Md€ sont prévus pour mener à bien cet objectif.

  4. Produire près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides. "Soyons lucides, les 30 dernières années ont été cruelles pour le secteur de l’automobile en France à cause d’erreurs stratégiques et d’un manque de coopération des grands constructeurs", regrette le président de la République. Aussi appelle-t-il à "un changement de culture et un besoin d’investir massivement".

  5. Produire en France le premier avion bas-carbone d’ici 2030. Au total, 4 Md€ seront mobilisés pour les acteurs des transports du futur.

  6. Investir dans une alimentation saine durable et traçable. 2 Md€ seront consacrés au secteur de l’agriculture afin de le rendre plus compétitif. Ces investissements auront pour but de développer les technologies "du numérique, de la robotique et de la génétique", précise le chef de l’État.

  7. Produire 20 biomédicaments d'ici 2030. "Nous avons une grande recherche en matière de santé mais nous avons reculé dans la hiérarchie mondiale du fait de la désindustrialisation", pointe Emmanuel Macron. Il annonce un objectif "concret" : produire 20 biomédicaments sur les cancers et les maladies émergentes et chroniques et créer des dispositifs médicaux. "L’agence pour l’innovation en santé sera importante pour y parvenir", assure-t-il. Au total, 3 Md€ pour la santé sont prévus (partie des crédits du plan innovation santé 2030, lire sur AEF info).

  8. Conserver l’exception culturelle française. "La France a quelque chose à dire dans ce domaine. Nous sommes le pays qui a inventé l’exception culturelle. Ce n’est pas un combat nostalgique mais conquérant", poursuit le président de la République. "Nos grandes écoles doivent nous permettre de former des techniciens, des scénaristes, etc.", estime-t-il (600 M€).

  9. Prendre part à la nouvelle conquête spatiale. "Nous devons prendre notre place dans ce que l’on appelle le new space", indique Emmanuel Macron. "Auparavant, le monde du spatial était tenu par quelques États et quelques opérateurs mais de nouveaux acteurs ont émergé comme Space X et ont contribué à accélérer l’innovation et les pratiques industrielles dans le domaine". "À court terme, il faut mettre l’accent sur les mini-lanceurs réutilisables, les micros ou minisatellites, etc.", détaille le chef de l’État.

  10. Explorer les fonds marins. "Qui peut accepter que nous laissions dans l’inconnu une part si importante du globe ?", s’étonne Emmanuel Macron. "Les fonds marins peuvent être un levier de compréhension du vivant, donner accès à des métaux rares, etc. "Il faut assumer un investissement de la nation", promet-il. Près de 2 Md€ seront mobilisés.

CINQ conditions préalables

Pour Emmanuel Macron, le plan France 2030 "ne réussira qu’à certaines conditions", au nombre de cinq :

  1. Les matières. "Nous devons sécuriser l’accès à nos matériaux. Nous sommes en retard et les Chinois l’ont intégré bien plus tôt", pointe Emmanuel Macron (1 Md€) ;

  2. Les composants. "Il y a un énorme défi sur les composants électriques", affirme le président de la République. "L’Europe ne produit plus que 10 % des composants électroniques, nous devons ainsi changer de stratégie (6 Md€ seront investis).

  3. Maîtriser les technologies numériques souveraines et sûres (plans pour l’IA, cybersécurité, cloud, quantique) ;

  4. Former les talents. Il s’agit "d’accélérer la formation sur de nouvelles filières en lien avec les universités, les écoles et les organismes de recherche et ainsi démultiplier ce qui a été fait avec la LPR et passer à l’échelle", indique Emmanuel Macron (2,5 Md€ seront investis). Concrètement, ce montant "permettra de transformer les outils de formation et permettre aux salariés et aux jeunes de se former aux métiers de demain", précise un tweet d’Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion ;

  5. Le capital. "L’objectif de 25 licornes d'ici 2025 sera largement dépassé", salue le président de la République. Cependant, "l’investissement dans l’industrialisation de l’innovation de rupture est un point de difficulté car nous ne disposons pas d’assez d’investisseurs", pointe-t-il. "C’est pourquoi nous devons permettre à des start-up d’industrialisation très vite leur innovation. Si nous parvenons à le faire et à développer l’industrie qui découle de l’innovation nous réconcilierions industrie et start-up." Ainsi, 5 Md€, dont 3 Md€ en fonds propres, seront investis dans l’objectif de faire émerger 100 sites industriels grâce à la deep tech d'ici 2030.

emmanuel macron veut S’INSPIRER des "bonnes méthodes" du pia

"J’assume cet investissement de 30 Md€ car c’est le seul moyen de créer de l’innovation", assure Emmanuel Macron. Pour mener à bien l’exécution du plan, il recommande de "s’inspirer du PIA, qui est une bonne méthode qui permet de sanctuariser cette dépense budgétaire et de ne pas la confondre avec les investissements courants". Par ailleurs, "il faut conserver ce que le PIA a appris à l’écosystème en matière d’évaluation des projets par des jurys indépendants et internationaux. Cela permet de servir notre ambition avec une meilleure exigence scientifique", plaide le président de la République.

Emmanuel Macron indique que les premiers crédits du plan seront budgétés au 1er janvier 2022, à savoir 3 à 4 Md€. En outre, "la gouvernance du plan sera finalisée en fin d’année", promet le président qui entend "garder un esprit commando" pour éviter que "les acteurs en place utilisent l’argent du plan, non pas pour financer la rupture mais plutôt l’habitude."

SIMPLIFIER, ALLER VITE ET PRENDRE DES RISQUES

Le président de la République insiste sur la nécessité de "simplifier l’organisation du paysage et des procédures mises en place par France 2030", faisant référence à l’écosystème de la recherche et de l’innovation qui a multiplié les structures depuis une dizaine d’années. Il insiste également sur le besoin d’être "rapide", arguant que" faire de la bonne science six mois après ne sert à rien".

En outre, Emmanuel Macron rappelle que l’innovation ne se fait plus dans les grands groupes. "Ce n’est pas une offense mais une réalité", justifie-t-il. Aussi plaide-t-il pour "financer l’innovation là où elle est, y compris dans les ETI ou les start-up". Pour Emmanuel Macron, l’important est également d’accepter la prise de risques. "Oui, il y aura des échecs derrière les dix objectifs que je viens d’énoncer. Toutefois, si tel est le cas, ils doivent être rapides et le moins coûteux possible."

Récapitulatif des montants engagés

ActionMontant
Décarbonation de l’industrie8,3 Md€
Transports4 Md€
Alimentation saine et durable2 Md€ (dont 500 M€ de fonds propres)
Santé d’avenir3 Md€
Culture600 M€
Matériaux et matières premières1 Md€ (dont 500 M€ de fonds propres)
Composants électroniques et robotique6 Md€
Faire grandir les start-up via la deep tech5 Md€ (dont 3 Md€ de fonds propres)
Formation des talents2,5 Md€
Exploration des fonds marins et espace2 Md€

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Julien Jankowiak, journaliste