Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°660033

Le Conseil d’État décide que les branches peuvent définir la structure des salaires minima hiérarchiques

Le Conseil d’État remet en cause le 7 octobre 2021 la position du ministère du Travail, qui s’opposait à ce que les partenaires sociaux définissent au niveau de la branche une assiette élargie du salaire minimum hiérarchique dans la nouvelle structure des niveaux de négociation issue de l’ordonnance n° 2017-1385 du 22 septembre 2017. La haute juridiction juge que les signataires d’un accord de branche ont toujours la possibilité de définir la structure du SMH et de prévoir qu’il s’applique à la rémunération effective du salarié, incluant le salaire de base et certains compléments de salaire.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le Conseil d’État précise les pouvoirs des branches dans la fixation des salaires minima hiérarchiques © Conseil d'Etat

Le Conseil d’État précise le 7 octobre 2021 le pouvoir des branches en matière de fixation des minima conventionnels, prenant le contre-pied de la doctrine de l’administration du travail qui retenait une interprétation stricte de la primauté de la branche (lire sur AEF info ici et ). Analysant l’articulation des niveaux de négociation issue de l’ordonnance n° 2017-1385 du 22 septembre 2017, la haute juridiction administrative explique dans un communiqué que "les accords de branche peuvent non seulement fixer le montant des SMH mais aussi en définir la structure (qui peut inclure certains compléments de salaire, comme des primes)". Elle ajoute que "si depuis 2017, ces compléments de salaire peuvent être modifiés ou supprimés par accord d’entreprise, les salariés doivent obligatoirement bénéficier d’une rémunération effective au moins égale au montant des SMH défini dans l’accord de branche".

Appliquant cette grille de lecture à l’affaire qui lui était soumise, elle annule l’arrêté du 5 juin 2019 portant extension d’un avenant à la convention collective nationale du commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire. Il était contesté par cinq fédérations syndicales (CFTC, CFDT, FO, CFE-CGC, CGT) et la FCD (patronat) qui lui reprochaient d’exclure de l’extension les dispositions négociées par les partenaires sociaux incluant dans l’assiette des SMH des compléments de salaire (une prime annuelle et une majoration de 5 %).

Primauté de l’accord d’entreprise

Les hauts magistrats rappellent d’abord qu’en application de l’ordonnance du 22 septembre 2017 relative au renforcement de la négociation collective, "la convention de branche peut définir les garanties applicables en matière de salaires minima hiérarchiques, auxquelles un accord d’entreprise ne peut déroger que s’il prévoit des garanties au moins équivalentes".

Ils ajoutent que "la convention de branche peut, y compris indépendamment de la définition des garanties applicables en matière de salaires minima hiérarchiques, prévoir l’existence de primes, ainsi que leur montant". Toutefois, "les stipulations d’un accord d’entreprise en cette matière prévalent sur celles de la convention de branche, qu’elles soient ou non plus favorables", à l’exception des primes pour travaux dangereux ou insalubres : dans ce cas, la convention de branche, "lorsqu’elle le stipule expressément, s’impose aux accords d’entreprise qui ne peuvent que prévoir des garanties au moins équivalentes".

Salaires de base ou rémunération effective

Le Conseil d’État observe ensuite que les dispositions issues de l’ordonnance ne définissent pas "la notion de salaires minima hiérarchiques, laquelle n’est pas davantage éclairée par les travaux préparatoires" de l’ordonnance.

Dès lors, "il est loisible à la convention de branche, d’une part, de définir les salaires minima hiérarchiques et, le cas échéant à ce titre de prévoir qu’ils valent soit pour les seuls salaires de base des salariés, soit pour leurs rémunérations effectives résultant de leurs salaires de base et de certains compléments de salaire". La branche peut d’autre part "en fixer le montant par niveau hiérarchique".

L’accord d’entreprise peut substituer des éléments de rémunération

Enfin, énonce le Conseil d’État, "lorsque la convention de branche stipule que les salaires minima hiérarchiques s’appliquent aux rémunérations effectives des salariés résultant de leurs salaires de base et de compléments de salaire qu’elle identifie, elle ne fait pas obstacle à ce que le montant de ces minima soit atteint dans une entreprise par des modalités de rémunération différentes de celles qu’elle mentionne".

Un accord d’entreprise peut ainsi "réduire ou supprimer les compléments de salaire qu’elle mentionne au titre de ces minima, dès lors toutefois que sont prévus d’autres éléments de rémunération permettant aux salariés de l’entreprise de percevoir une rémunération effective au moins égale au montant des salaires minima hiérarchiques fixé par la convention".

En l’espèce, l’arrêté contesté avait notamment exclu de l’extension les dispositions de l’avenant étendant l’assiette des SMH à certains compléments de salaire, au motif que les salaires minima hiérarchiques entrant dans le champ de l’article L. 2253-1 du code du travail et qui s’imposent aux accords d’entreprise ne peuvent se rapporter qu’à un salaire de base. L’arrêté est "entaché d’erreur de droit", estime le Conseil d’État. En effet, la convention de branche peut retenir, quant aux salaires minima hiérarchiques, qu’ils s’appliquent aux rémunérations effectives des salariés résultant de leurs salaires de base et de certains compléments de salaire.

Conseil d’État, 7 octobre 2021, n° 433053

à lire aussi
Devant le Conseil d’État, les partenaires sociaux du commerce s’opposent à la DGT sur les salaires minima hiérarchiques

Les partenaires sociaux du commerce à dominante alimentaire se sont unanimement opposés à la direction générale du travail, jeudi 9 septembre 2021 lors d’une audience au Conseil d’État consacrée à l’instruction de plusieurs recours contre le refus de la ministre du Travail de les voir définir au niveau de la branche une assiette élargie des salaires minima hiérarchiques. Le Conseil d’État avait choisi ce contentieux pour inaugurer la procédure expérimentale d’instruction orale qui lui a été ouverte fin novembre 2020, et inviter les parties à débattre en public.

Lire la suiteLire la suite
Unanimité syndicale contre "l’ingérence de l’État" dans les négociations sur les minima hiérarchiques de branche

Dans un courrier commun adressé à la ministre du Travail mercredi 10 juillet 2019, les cinq confédérations syndicales défendent la liberté de négociation des partenaires sociaux de branche. Les cinq centrales rappellent "le rôle fondamental des branches professionnelles" dans la définition d’un "socle minimum de droits pour les salariés d’un même secteur d’activité", et fustigent "l’ingérence de l’État" dans la détermination de la structure des salaires minima hiérarchiques.

Lire la suiteLire la suite
Salaires minima hiérarchiques : le ministère du Travail retient une interprétation stricte de la primauté de la branche

Les partenaires sociaux de branche peuvent-ils retenir une définition souple des salaires minima hiérarchiques, prenant en compte par exemple certaines primes, et l’imposer aux entreprises du secteur ? La question, posée depuis l’entrée en vigueur des ordonnances du 22 septembre 2017, est désormais tranchée. Dans plusieurs arrêtés d’extension publiés depuis mardi 4 juin 2019, le ministère du Travail fait une interprétation stricte de la primauté de la branche : les partenaires sociaux, à ce niveau, ne peuvent pas "verrouiller" les dispositions relatives aux accessoires de salaire.

Lire la suiteLire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Réforme du code du travail : le secteur routier trouve un accord pour conserver les primes au niveau de la branche
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Ordonnances : quel avenir pour les primes de branches après la signature du protocole d’accord dans les transports ?
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
Ordonnances : la nouvelle articulation entre accords de branche et accords d’entreprise
Lire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Lucy Bateman, journaliste