Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°658966

"À Paris, les effets du dérèglement climatique arrivent plus tôt que prévu" (Dan Lert, mairie de Paris)

Alors que la température s’est déjà réchauffée de plus de 2 °C à Paris depuis l’ère préindustrielle, la municipalité a publié, mercredi 22 septembre 2021, une étude évaluant "la robustesse et la vulnérabilité [de la ville] face aux changements climatiques et à la raréfaction des ressources". Réactualisant une précédente étude publiée en 2012, cet opus alerte sur la multiplication des jours de canicule et des nuits tropicales dès 2030. "Les années qui viennent vont être décisives pour accélérer l’adaptation de la ville au changement climatique", a affirmé Dan Lert, maire adjoint au plan climat.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • Ville intelligente
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

20 jours de canicule par an attendus à Paris dès 2030

C’est un nouveau message d’alerte qu’ont délivré, mercredi 22 septembre, les adjoints à la maire de Paris en charge du plan climat, Dan Lert, et de la résilience, Célia Blauel. Présentant le nouveau "diagnostic de robustesse et vulnérabilité de Paris face aux changements climatiques et à la raréfaction des ressources", ils ont affirmé que le cap symbolique des 2 °C avait été franchi dans la capitale, la ville s’étant déjà réchauffée de 2,4 °C depuis l’ère préindustrielle. La température moyenne s’élevait en effet à 13,1 °C en 2020 (1) contre 10,7 °C en 1885. Et ce n’est pas fini. Les experts prévoient que le mercure grimpera encore jusqu’à 13,2 °C en 2030, 13,4 °C en 2050 et 14,5 °C en 2085.

"Les années qui viennent vont être décisives pour accélérer l’adaptation de Paris au changement climatique. Le climat de Paris pourrait rapidement ressembler à celui de Séville", a résumé Dan Lert, adjoint à la maire de Paris en charge de la transition écologique, du plan climat, de l’eau et de l’énergie.

"Des effets plus tôt que prévu"

Si la précédente étude de 2012 (2) avait déjà tiré le signal d’alarme, les effets du dérèglement climatique s’accélèrent. "La nouvelle étude confirme les tendances affichées il y a neuf ans mais affirme que les effets arrivent plus tôt que prévu, c’est-à-dire dès 2030 et non plus en 2050", observe Dan Lert.

Dans moins de dix ans, la capitale doit ainsi enregistrer huit jours de canicule supplémentaires par an (19,7 jours en 2030 contre 13,6 jours en 2010) et treize nuits tropicales (3) de plus (17,8 en 2030 contre 5 en 2010). Les pluies torrentielles seront aussi plus fréquentes tandis que les épisodes de gel vont se réduire, selon l’étude basée sur trois scénarios de réaction à l’échelle mondiale (volontariste, intermédiaire et "du pire").

Pour chacun des scénarios, dix grands aléas ont été étudiés à Paris : l’évolution des températures moyennes, l’évolution des précipitations moyennes, les tempêtes, les fortes pluies, les canicules, les inondations, les grands froids, la sécheresse des sols, les mouvements de terrain et les épisodes de neige et de verglas. L’étude documente également leurs effets dans cinq domaines stratégiques : les réseaux énergétiques, le cycle urbain de l’eau, le cadre urbain, l’attractivité économique et sociale et la santé.

Paris à 50 °C : le stress test

"Pour évaluer la résistance de la capitale à une température de 50 °C, nous allons organiser un 'stress test' qui pourrait se dérouler au premier semestre 2022", a affirmé Célia Blauel, adjointe en charge des prospectives 2030 et de la résilience. Objectif : analyser l’état des trottoirs comme du réseau électrique ainsi que la capacité des opérateurs de réseaux et des pouvoirs publics à gérer la crise ensemble, sur le modèle du test réalisé en mars 2016 autour d’une crue centennale. Le cahier des charges est en cours de rédaction.

Côté transports, l’exercice EU Sequana, mené par la préfecture de police, permet déjà de simuler l’interruption de 140 kilomètres de lignes de métro et la fermeture à la circulation de la majeure partie des ponts parisiens. Il a souligné "la nécessité d’adapter le système d’alerte et de gestion des risques, qui ne s’intéresse pas encore au réajustement des voiries", selon la mairie.

La municipalité lance également une série d’études pour préciser les effets du dérèglement climatique dans la capitale : une étude sur son impact sur la sécheresse des sols en collaboration avec l’OCDE, une étude sur les effets en termes de perte de biodiversité et une étude, avec l’OMI, sur les liens avec les migrations internationales et l’exode urbain.

Parmi les éléments de robustesse identifiés par l’étude, "Paris bénéficie d’un réseau d’alimentation en eau potable résilient dans la mesure où il dépend pour moitié des eaux de surface et pour moitié des eaux souterraines", explique Dan Lert. Il faudra quand même tabler sur une hausse de la consommation d’eau des Parisiens de 2 % par an dès 2030. Enterré à 99 %, le réseau électrique - étendu sur 10 000 kilomètres - s’avère également plutôt bien préparé même si la canicule de 2003 avait provoqué une coupure d’électricité pour 230 000 abonnés. Enfin, "le maillage territorial est un atout, grâce au réseau de solidarité qui s’est mobilisé pendant la crise sanitaire avec la distribution improvisée de nourriture pour les personnes en difficultés", complète Célia Blauel.

îlots de fraîcheur et ombrières

En matière d’aménagement, la ville compte poursuivre le développement des îlots de fraîcheur (1 207 en 2021) dans le cadre de sa politique de végétalisation de l’espace public qui vise 170 000 arbres supplémentaires en 2026. Elle installera aussi des ombrières dans le cadre d’un nouveau "plan Ombre" annoncé en 2022. "Nous allons travailler avec des architectes et des urbanistes pour installer des ombrières dans les quartiers et nous allons aussi équiper des bâtiments de protections solaires. Encore trop de logements sont dépourvus de volets", a affirmé l’adjoint au maire. Enfin, le rafraîchissement de la ville repose sur la renaturation des cours d’eau, dont la Bièvre qui sera ouverte à Arcueil, entre mars et juin prochain, avant une possible reconnexion à la Seine à Paris.

(1) température moyenne sur une période de 30 ans

(2) cette étude avait notamment alimenté la stratégie d'adaptation au changement climatique de Paris adoptée en 2015

(3) lorsque la température ne descend pas en-dessous de 20°C pendant la nuit

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Stéphanie Senet, journaliste