Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Accueil des scientifiques en exil : le programme Pause bénéficie d’une rallonge du MESRI mais a besoin de 2 M€ de plus

En France, le programme Pause, créé il y a 4 ans pour soutenir les chercheurs et les artistes en exil, lance un appel à la mobilisation financière pour maintenir ses capacités d’accueil : la convention renouvelée avec le MESRI, qui annonce le 15 septembre 2021 une rallonge de 0,5 M€ en plus de sa subvention annuelle de 2 M€, ne suffit pas à compenser la fin de la subvention européenne touchée pendant deux ans. Par ailleurs, la solidarité de la communauté scientifique vis-à-vis des chercheurs, universitaires et étudiants afghans se heurte aussi à la difficulté de les faire venir en France.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Frédérique Vidal, ministre de l'ESRI et Thomas Römer, administrateur du collège de France et président du comité de direction du programme Pause Droits réservés - DR - MESRI

Le 26 août, au dernier jour des évacuations menées par la France depuis l’aéroport de Kaboul à la suite de la prise du pays par les talibans dix jours avant, trois étudiants en master et le doyen de la faculté de pharmacie de l’université de Kaboul ont pu prendre place dans l’avion, in extremis donc. "Ils viennent de sortir de quarantaine et sont accueillis, très bien accueillis, par l’université Paris-Saclay", explique Annick Suzor-Weiner.

Professeure émérite de l’université Paris-Saclay, elle intervient lors du colloque organisé par le programme Pause sur la stratégie de solidarité scientifique internationale de la France "face à la crise afghane", le 15 septembre 2021. Son témoignage donne une idée des difficultés à surmonter pour les scientifiques et étudiants afghans qui cherchent à quitter le pays depuis un mois : si ceux qui arrivent sont dignement accueillis, combien cherchent encore une issue ?

Une trentaine d’étudiants n’ont pas pu rejoindre leur université

"Désormais, cela va prendre du temps, on espère pouvoir y arriver avant qu’il ne soit trop tard pour eux", poursuit-elle, en aparté, évoquant la trentaine d’étudiants, régulièrement inscrits dans des universités françaises qui n’ont pas pu quitter le pays et dont la liste a été communiquée au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Coordinatrice du programme Aimes de l’AUF, destiné à aider les établissements à intégrer dans leurs formations des étudiants en exil, et vice-présidente du réseau Mens qui œuvre à améliorer l’accueil des étudiants et chercheurs en exil dans l’enseignement supérieur et la recherche, elle a connaissance d’une soixantaine d’autres étudiants, qui se sont déclarés en danger et désirent de rejoindre la France. "Nous avons énormément d’universités prêtes à les accueillir, mais ce n’est pas encore la question : comment les faire venir ? cela va prendre du temps." Chaque jour, les universités et la CPU reçoivent en outre de nouvelles demandes d’étudiants afghans, rapporte-t-elle.

Une trentaine de chercheurs afghans éligibles à Pause

Du côté des chercheurs, une trentaine sont éligibles au programme national d’accueil en urgence des scientifiques en exil, connu sous le nom de Pause. "Huit ont un institut prêt à les recevoir et une dizaine est en attente d’une réponse", résume Marion Gues, responsable des projets européens et internationaux. Elle fait état d'une "forte mobilisation de la communauté scientifique", tout en précisant que les équipes de Pause veillent à "trouver le bon laboratoire en fonction des profils des chercheurs".

Une fois cette étape accomplie reste une inconnue : comment faire venir ces chercheurs, dont la plupart sont encore en Afghanistan – quelques-uns ayant réussi à rejoindre des pays limitrophes d’où, espère l’équipe, il leur sera plus facile d’obtenir un visa ?

Concernant les chercheurs, les requérants à l’exil sont bien plus nombreux. Difficile, toutefois, de savoir combien : interrogée, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ne donne aucun chiffre mais souligne que "la France est entrée dans une phase de négociation pour continuer les évacuations". Ils seraient plusieurs centaines, "voire plusieurs milliers" à avoir formulé des demandes auprès des établissements de recherche, estime de son côté Amir Moghani, maître de conférences à l’Inalco, évoquant la difficulté d’arrêter un chiffre au risque de basculer "dans la surenchère comme lors des libérations d’otages".

2 M€ encore nécessaire pour la continuité des activités de Pause

Dans ce contexte d’urgence, le ministère a renouvelé pour cinq ans sa convention annuelle de 2 M€ avec le programme Pause et annoncé "l’octroi de 500 000 € supplémentaires", à quoi s’ajoute une dotation de 90 000 € de la Fondation d’entreprise Michelin qui a renouvelé son soutien au programme. Or, depuis 2018, le budget annuel du programme était de 5 M€ : pendant deux ans, la Commission européenne a abondé à hauteur de 3 M€ par an via son fonds Asile, migration et intégration.

"Le financement s’est arrêté en juin et le calendrier des appels et les délais d’instruction sont tels que cela peut prendre plusieurs mois à un an avant d’espérer le toucher à nouveau", déclare Laura Lohéac, la directrice du programme qui plaide pour "la création d’un mécanisme financier au niveau européen". "La présidence française de l’Union européenne sera l’occasion de mettre en avant une coordination européenne", fait valoir la ministre Frédérique Vidal.

En attendant, "afin de pouvoir maintenir sa capacité d’accueil et assurer la continuité de ses activités, en particulier celles destinées à favoriser l’insertion professionnelle des lauréats", le programme a besoin de lever 2 M€. Pause lance donc "un appel à la mobilisation auprès des établissements d’accueil pour accueillir leurs collègues en danger mais également auprès des mécènes pour qu’ils prennent part à cette indispensable mobilisation collective".

"j’ai pu me concentrer sur mes recherches"

 

Afghane, Belgheis Jafari a vécu la majorité de sa vie en exil, en Iran, où elle a fait ses études - ses parents s’y étaient réfugiés pour protéger leurs enfants de la guerre et leur assurer une éducation. En 2010, l’universitaire a fait le choix de venir s’installer à Kaboul, "avec joie et espoir", enseignant le français à l’Institut français d’Afghanistan et à l’université américaine d’Afghanistan tout en menant un doctorat à distance à l’université de Tours.

Mais quelques années plus tard, la situation sécuritaire dans la capitale afghane a commencé à prendre un tour dramatique – l’université américaine a ainsi été l’objet d’une attaque mortelle sur son campus en 2016. En 2018, une connaissance lui a fait connaître le programme Pause : sept mois après, Belgheis Jafari arrivait en France avec sa famille et rejoignait l’Inalco, pour enseigner le persan et poursuivre ses recherches dans le cadre du projet ANR Liminal.

"Grâce au programme et au soutien de mon référent à l’Inalco, j’ai pu me concentrer sur mes recherches et participer à des colloques", explique-t-elle. "Mais je ressens une responsabilité de plus en plus importante pour mon pays, mes compatriotes et le monde universitaire afghan. Je suis décidée à contribuer, à distance ou sur place si un jour mon pays est libéré : l’Afghanistan aura alors besoin de ses intellectuels pour se redresser." Son mari bénéficie lui aussi du programme Pause et commence une thèse en anthropologie à l’EHESS.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anne Roy, journaliste