Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Le FIR demande aux grandes entreprises françaises de généraliser le "Say on climate" dès 2022

Le Forum pour l’investissement responsable demande aux entreprises du SBF 120 de généraliser la pratique du "Say on climate" dès 2022 "sans attendre une éventuelle obligation réglementaire", dans un courrier rendu public mercredi 8 septembre 2021. Ce vote annuel consultatif en assemblée générale des actionnaires sur les politiques climat des entreprises permettrait de "créer les conditions d’un dialogue permanent entre investisseurs et entreprises sur les enjeux climatiques", juge l’organisation.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le FIR aimerait généraliser le "Say on climate" dès les AG de 2022 Pixabay - Florian Pircher

Le FIR (Forum pour l’investissement responsable) poursuit sa campagne visant à améliorer le dialogue entre investisseurs et entreprises sur les enjeux climatiques. Fort des "4 500 Md€ d’actifs" que ses membres représentent, il a ainsi écrit aux présidents des 120 capitalisations premières capitalisations françaises (SBF 120) les appelant à "généraliser" dès 2022 la pratique du "Say on climate" apparue en 2020 (lire sur AEF info). Le plaidoyer s’adresse aussi à l’Afep et au Medef.

"cadre pérenne et régulier"

Cette pratique permettrait d’établir "un cadre pérenne et régulier au dialogue actionnarial sur ce sujet capital, et limiter ainsi de facto le dépôt de résolutions climat portées par des actionnaires" conséquence de l’échec de ce dialogue annuel, plaide le porte-parole des investisseurs responsables, faisant référence au dépôt en 2020 d’une résolution externe à l’AG de Total, vécue comme hostile par le conseil d’administration du pétrolier (lire sur AEF info). Pour le FIR, une consultation annuelle des actionnaires est "indispensable pour alimenter les échanges et permettre de suivre les progrès, le respect des jalons et l’alignement de la trajectoire avec des objectifs basés sur la science".

L’organisation précise dans son courrier recommander "un vote annuel consultatif sur deux résolutions distinctes présentées par le conseil d’administration : l’une portant sur la stratégie climat de l’entreprise ; l’autre sur la mise en œuvre de cette stratégie".

Scope 3, trajectoire 1,5 °C et jalons de court terme

Elle préconise également, pour "assurer la comparabilité, l’efficacité et l’exigence du processus", l’adoption d’une "méthodologie robuste et ambitieuse, visant à respecter les objectifs de l’accord de Paris" et qui comprendrait "a minima" :

  • "une ambition contribuant à l’objectif mondial de neutralité carbone d’ici 2050 déclinée en objectifs quantitatifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre couvrant les scopes 1, 2 et les émissions du scope 3 les plus matérielles de l’entreprise. Ils doivent se référer à des scénarios de réchauffement 1,5 °C et expliquer les hypothèses retenues ;
  • des jalons de court et de moyen termes permettant d’engager des transformations immédiates et d’atteindre des réductions d’émissions significatives rapides ;
  • la présentation d’un plan d’actions détaillé permettant d’atteindre les objectifs fixés et expliquant la compatibilité et la proportionnalité du plan d’actions à court, moyen et long terme avec un scénario de réchauffement à 1,5 °C en ligne avec l’accord de Paris".

Ces demandes représentent les meilleures pratiques actuelles, mises en œuvre dans peu d’entreprises encore : nombre d’entre elles n’intègrent pas encore le scope 3 (émissions indirectes) dans leur bilan carbone, arguant notamment qu’il est difficile à quantifier ou qu’il n’est pas de leur responsabilité, et préfèrent annoncer des objectifs de long terme (comme le zéro émission net en 2050) sans plan d’action précis plutôt que prendre des engagements sur le court terme.

Rémunération

Le FIR plaide également auprès des dirigeants des grands groupes français pour que leur rémunération "intègre les objectifs de décarbonation jalonnés dans les critères de rémunération variable".

Cette année, trois grandes entreprises françaises ont fait voter leurs actionnaires sur leur politique climat : TotalEnergies (lire sur AEF info), Vinci (lire sur AEF info) (qui avait refusé une résolution externe en 2020) et Atos. Le dépôt de résolutions extérieures par les actionnaires est très difficile en France, comme l’a montré le cas Total en 2020 (lire sur AEF info). En outre, la question de savoir si le climat est un sujet qui relève de l’assemblée générale des actionnaires ou bien une compétence du seul conseil d’administration n’a pas été tranchée à ce stade. L’Autorité des marchés financiers avait appelé en début d’année à une "clarification législative" (lire sur AEF info).

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Claire Avignon, journaliste