Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

L'Institut du capitalisme responsable remet ses grands prix de l'assemblée générale et de la mixité

Alors que la deuxième saison des AG à huis clos s'achève, l’Institut du capitalisme responsable a remis jeudi 8 juillet 2021 une série de trophées à différentes entreprises pour saluer leurs bonnes pratiques. Legrand repart avec deux prix : celui de la raison d'être et des engagements ESG et celui de la création et du partage de la valeur. Edenred reçoit le grand prix de la mixité et de la diversité, quand Air Liquide reçoit celui de la démocratie actionnariale. Cette année a été créé un "prix spécial de la résilience et de l'adaptabilité", remis au groupe Bic.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Caroline de La Marnierre, Angeles Garcia-Poveda et Nicole Notat à la Banque de France, jeudi 8 juillet 2021. Droits réservés - DR - Institut du capitalisme responsable

"Ce que nous pouvons dire des assemblées générales web — même si on commence à se roder — c’est que nous sommes quand même très loin des AG en présentiel sur la démocratie actionnariale… Nous perdons beaucoup en qualité de dialogue", regrette ce jeudi Caroline de La Marnierre, fondatrice de l’Institut du capitalisme responsable (ICR) lors de la 16e cérémonie des grands prix de l’assemblée générale et de la mixité, organisée avec le soutien de la Banque de France, en partenariat avec Mazars France.

Autres thèmes en souffrance après cette deuxième saison d’AG à huis clos en raison du Covid : la mixité et la diversité "très peu abordées", tout comme le partage de la valeur et la raison d’être. Absente des AG cette année, la raison d’être était pourtant un "thème phare en 2019". "Il ne faudrait pas que les entreprises croient qu’une fois sa raison d’être présentée, le thème est clos ! C’est l’inverse : il reste tout à faire."

Legrand distingué dans deux catégories

"Évidemment, il n’est pas possible d’aborder tous les sujets en AG. Il n’empêche que nous avons pu relever des AG ayant abordé tous ces thèmes", devenus des "angles morts" pour beaucoup d’autres. "Ce n’est pas facile mais c’est possible : les lauréats de ce matin sont d’autant plus remarquables que la saison est assez en demi-teinte", estime la présidente de l’ICR.

Ont été analysées les AG de toutes les entreprises du CAC 40 et d’une sélection de 20 entreprises du SBF 80 pour décerner les cinq prix ci-dessous :

Grand prix de la raison d’être et des engagements ESG : Legrand, pour la présentation détaillée du modèle d’affaire incarné par sa raison d’être et le détail de la stratégie ESG depuis 2004. "Vous avez fait un sans-faute sur la bonne manière de construire la raison d’être, en lien avec vos politiques RSE et votre stratégie", considère Nicole Notat, présidente du jury des grands prix de l’assemblée générale et de la mixité et coauteure avec Jean-Dominique Sénard du rapport à l’origine de la loi Pacte qui a institué la raison d’être.

Avec la raison d’être de Legrand, "cette promesse faite aux parties prenantes de l’entreprise d’être à tout moment une boussole pour prendre des décisions en cohérence", "nous sommes dans les conditions de la crédibilité pour que la raison d’être ne soit pas hors sol", poursuit Nicole Notat.

"Nous avons essayé d’être le plus concis possible tout en parlant de tout ce qui est important pour nous", explique Angeles Garcia-Poveda, présidente du conseil d’administration. "Beaucoup de fonctions différentes au sein d’une entreprise peuvent s’approprier la raison d’être : on peut la regarder avec des lunettes RH, R&D… et chacun peut y trouver sa boussole !"

Seule interrogation pour Nicole Notat : pourquoi ne pas l’avoir inscrite dans les statuts ? "Je veux vous inciter à réfléchir à la suite. Quand on inscrit la raison d’être dans les statuts, on embarque aussi les actionnaires, en les engageant sur du long terme. Il y a là un effet de levier."

Grand prix de la création et du partage de la valeur : Legrand car le jury avait anticipé qu’au regard de la crise, ce sujet serait un des grands thèmes des AG 2021 mais a fait face à une "relative déception". Legrand est "sorti du lot" avec notamment la présentation d’initiatives conjoncturelles et structurelles de renforcement du modèle d’affaires en lien avec la crise et une présentation claire de la création de valeur ou encore de la répartition valeur ajoutée / bénéfices des parties prenantes.

"Le sujet du partage de la valeur se retrouve partout car chaque décision prise au sein du CA a un impact sur une des parties et surtout, ce sujet montre de la cohérence", selon Angeles Garcia-Poveda. "Ce partage de la valeur chez Legrand est relativement stable au fil du temps : la moitié va aux salariés, un quart aux investissements pour l’avenir, et le quart restant revient aux actionnaires", résume-t-elle.

Grand prix de la mixité et de la diversité : Edenred est récompensé dans cette catégorie, en particulier en raison de son objectif d’atteindre 25 % de femmes dans les positions exécutives d’ici à 2022, du détail de la politique de mixité et de diversité au sein du conseil et des instances dirigeantes et de ses notes obtenues à l’index Pénicaud : 96/100 (pour le périmètre France en 2020) et 86/100 (au niveau de l’ensemble du groupe).

"Nous essayons d’agir sur trois fronts pour la mixité", raconte Jacques Adoue, directeur général ressources humaines et responsabilité sociétale. D’abord, celui de la prise de conscience avec un "mentoring et une formation des managers pour pousser les jeunes femmes à aller de l’avant", puis la mobilité interne et les recrutements externes. "En agissant là-dessus, nous sommes passés de 20 à 30 % de talents féminins dans nos exécutifs et nous visons 40 % en 2030."

Grand prix de la démocratie actionnariale : Air Liquide remporte ce prix pour la présentation de sa politique actionnariale. Dans cette période particulière où les assemblées se tenaient à huis clos, il a été "très difficile pour les sociétés de remplir ces conditions de démocratie actionnariale", reconnaît le jury. Pourtant Air Liquide, "avec les outils techniques que nous avons, encore un peu limités, a coché toutes les cases". Il y a d’abord eu une "préparation avec un sondage auprès de 7 000 actionnaires pour savoir quels étaient les thèmes importants pour eux", ou encore "la possibilité de poser des questions très en amont". "Vous avez aussi permis d’avoir un dialogue en direct à l’écrit et à l’oral", pendant l’assemblée, souligne le jury.

"Le dialogue actionnarial est au centre de la stratégie d’Air Liquide, compte tenu du nombre très important d’actionnaires individuels", à savoir un tiers des actionnaires, précise Fabienne Lecorvaisier, directrice générale adjointe. "Notre priorité pendant cette période troublée a été de maintenir ce lien de proximité." C’est pourquoi le groupe a notamment 25 personnes dédiées au service actionnaires et a refondu son site.

Prix spécial de la résilience et de l’adaptabilité : Bic. "Les crises sanitaires, économiques et sociales que nous avons traversées collectivement ces derniers mois ont profondément transformé cette saison 2021 des AG. Résilience et adaptabilité en ont été les maîtres mots, ce qu’a tenu à souligner le jury par un prix spécial", indique Caroline de La Marnierre.

"Ce qui a retenu l’attention du jury à l’AG de Bic est la présentation détaillée de sa stratégie 'Horizon', la présentation du plan de réorganisation, ainsi qu’un engagement fort sur le développement durable avec un changement d’approche sur le plastique." Bic envisage ainsi d’utiliser 100 % d’emballages recyclés, réutilisés à horizon 2025 et d’utiliser 50 % de plastique recyclé à horizon 2030. Lors de son assemblée, un focus a été fait sur l’impact de la crise sanitaire sur les différents secteurs d’activité du groupe.

Traiter les Inégalités sociales

Selon Hervé Hélias, PDG de Mazars et partenaire de la remise des prix, "le capitalisme responsable est en marche et a encore accéléré avec la crise". Il "émet un vœu", celui de pouvoir "traiter des inégalités sociales". "Elles existaient avant le Covid mais elles se sont profondément accrues depuis." C’est un sujet de "puissance publique mais cette dernière ne peut pas tout faire", pointe-t-il.

Or "je sens un fantastique relais dans le monde associatif. Ce relais a besoin des entreprises, des fondations, qui doivent être plus actives que jamais […] J’aimerais que l’année prochaine nous remettions un prix de la fondation et du mécénat d’entreprise parce que je crois que cela contribuera à la réduction des inégalités sociales".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Ioana Doklean, journaliste