Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Ville intelligente| Ville intelligente| Dépêche n°655252

40 propositions pour faire de la Seine "un fleuve de proximité" et "un outil efficace de la transition écologique"

La mission d’information et d’évaluation sur la Seine de la ville de Paris a présenté, le 6 juillet au Conseil de Paris, 40 propositions consensuelles visant à la fois la reconquête du fleuve par les habitants, la diversification de ses usages, l’évolution de sa gouvernance, la réduction des nuisances lumineuses et sonores ainsi que sa participation à la transition écologique et énergétique.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Ville intelligente
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Il est notamment proposé d'assurer la continuité piétonne et cyclable des berges sur les deux rives Droits réservés - DR

Installée le 2 décembre 2020 suite aux controverses suscitées par l’extension de l’usine du cimentier Lafarge, la mission d’information et d’évaluation sur la Seine a présenté, le 6 juillet 2021, les conclusions de ses travaux lors du Conseil de Paris. "Comment diversifier les usages de la Seine et de ses berges tout en végétalisant ses abords et en limitant les nuisances ? Voici l’une des équations que notre mission se devait de résoudre", rappelle son rapporteur Thomas Chevandier (groupe Paris en commun).

À la reconquête du fleuve

Après six mois de travaux, 62 auditions et quatre déplacements, les membres de la mission ont adopté leurs 40 propositions à l’unanimité le 19 mai dernier. "Ces échanges nous ont permis de dégager un équilibre, une ligne de crête entre tous les usages et rapports à la Seine : il s’agit de permettre une diversification des usages du fleuve au bénéfice des habitants et un renforcement de la logistique fluviale comme alternative écologique à la route, tout en protégeant mieux le fleuve", écrit la mission présidée par Grégory Canal (Changer Paris).

Ciblant la valorisation du fleuve et sa reconquête par les habitants, la mission propose notamment de "créer un linéaire visuel, une identité signalétique de la Seine" pour valoriser son histoire industrielle, écologique et humaine dans le cadre du Manifeste pour une nouvelle esthétique de Paris. Autre idée : réaliser un aménagement esthétique des quais "afin de faire disparaître les éléments routiers non indispensables et de repenser le mobilier urbain des quais en cohérence avec l’ensemble du mobilier parisien".

Continuité piétonne et cyclable

En matière de circulation, la mission relève que "des aménagements doivent être réalisés pour assurer une complète continuité des circulations piétonnes et cyclables entre l’amont et l’aval". L’une des propositions vise à garantir cette continuité à 100 % sur l’ensemble des deux rives, une autre à "baliser les espaces de circulation pour les différents usages (vélo, trottinette, marche)" et à "renforcer les réseaux vélo sur les quais hauts".

En termes d’usages, elle estime que "la mixité en bord de fleuve est essentielle" et qu’elle doit permettre la cohabitation entre les sites de logistique urbaine et les sites de loisirs, sportifs, solidaires et culturels. Cette mixité pourrait s’inscrire dans "un règlement des rives de Seine" à l’instar de ce qui existe pour les parcs et jardins de la ville de Paris.

Une nouvelle "commission des concessions"

Au chapitre de la gouvernance, la Seine représente "un objet institutionnel complexe", soulignent les conseillers. Les compétences s’avèrent en effet partagées par un grand nombre d’acteurs : délégation interministérielle au développement de la vallée de la Seine (logistique), préfecture de police (sécurité), préfecture de la région Île-de-France (navigation intérieure et prévention des inondations), direction régionale et interdépartementale de l’environnement, de l’aménagement et des transports (prévention et gestion des déchets, énergies renouvelables et économies d’énergie, risques d’inondation), Voies navigables de France (logistique fluviale), Haropa (trois ports de l’axe Seine), ville de Paris, métropole du Grand Paris (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), etc. La mission propose de créer une commission des concessions dans laquelle la ville et les arrondissements seront représentés "pour intégrer la ville de Paris dans le choix des renouvellements des concessions gérées par Haropa".

Réduire et prévenir les nuisances

Pour lutter contre les nuisances, il est proposé d'"interdire l’utilisation de spots projetant, depuis les bateaux, une lumière vive sur les bâtiments, les logements et le patrimoine des bords de Seine" et d'"encadrer les dispositifs de sonorisation embarqués sur les bateaux". La mission recommande aussi d’installer des capteurs Bruitparif tout au long des quais bas "pour identifier l’ampleur des nuisances sonores liées aux usages nocturnes de la Seine et de ses berges".

Ces travaux ciblent aussi la préparation aux sécheresses comme aux inondations, dont les risques augmentent sous l’effet du réchauffement climatique. À ce titre, ils préconisent de "renforcer l’automatisation du système de surveillance des nappes phréatiques" et d'"améliorer la centralisation des informations en cas de risques de crues". Autre proposition : "lancer une étude sur l’évolution du débit de la Seine et des conséquences des sécheresses à venir sur la ville et ses activités". En termes d’informations, les habitants devraient avoir accès à un suivi en temps réel de la qualité de environnementale de l’eau de la Seine au même titre que la qualité de l’air.

végétaliser et verdir la logistique

Au chapitre de la végétalisation, la mission estime qu’il est possible de planter 200 arbres sur les berges et de débitumer 26 000 mètres carrés de chaussées fermées à la circulation. Pour accélérer la transition écologique des activités autour de la Seine, la mission recommande de "porter une stratégie de logistique furtive" en favorisant les infrastructures plus petites et plus mobiles, en développant les infrastructures électriques, en ouvrant les appels d’offres "transports" de la ville au fret fluvial et en envisageant la logistique fluviale comme point d’appui de l’économie circulaire (réutilisation des matériaux).

Pour désengorger le stationnement, l’utilisation des parkings des bailleurs sociaux est par ailleurs recommandée, afin de permettre aux véhicules de livraison de s’y garer en dehors des horaires de manutention. En faveur d’une flotte zéro carbone, il est enfin envisagé d’installer des points de ravitaillement à hydrogène et de soutenir des projets innovants comme les barges à hydrogène du Syctom.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Stéphanie Senet, journaliste