Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°654747

Les cinq logiques d’action déployées par les CFA face à la réforme de 2018 et la crise sanitaire (France compétences)

2020 aura été une année chargée pour les directrices et directeurs de CFA, marquée à la fois par l'introduction du financement au coût-contrat en application de la loi "Avenir professionnel" et par la crise sanitaire liée au Covid-19. Dans ce contexte, les CFA n’ont pas tous agi de la même manière. À la suite d'une enquête menée auprès d'une cinquantaine de centres et présentée à ses administrateurs fin mai 2021, France compétences a identifié cinq logiques d’action adoptées par les CFA selon leurs caractéristiques et leur situation financière.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Quelles que soient les logiques d’action déployées, les CFA expriment majoritairement que la crise sanitaire a eu très peu d’impact sur leur établissement, rapporte France compétences. Pexels - RODNAE Productions

Dans le cadre de ses missions d’observation des coûts et de régulation, France compétences avait réalisé auprès de CFA sa toute première enquête dont un volet quantitatif avait été publié fin 2020 (lire sur AEF info). Les résultats d'un second volet de cette enquête, plus qualitatif, ont été présentés au conseil d’administration de l'institution publique du 27 mai.

Objectif : évaluer l’impact du financement au coût-contrat introduit par la loi "Avenir professionnel" sur le modèle économique des CFA, en prenant également en compte les conséquences de la crise sanitaire.

méthodologie

 

Pour le second volet de l’enquête, France compétences a mené 50 entretiens avec des directeurs et directeurs adjoints de CFA entre fin décembre 2020 et fin février 2021. Le panel des répondants se veut représentatif avec un échantillon de CFA présentant une tendance soit haussière, soit stable, soit baissière s’agissant d’une série d’indicateurs pour l’année 2020-2021 : l'évolution des effectifs, l'évolution des ressources et des dépenses, ainsi que la situation comptable.

des logiques cumulables

À partir des réponses obtenues dans le cadre du second volet de cette enquête, France compétences élabore une typologie des logiques d’action des CFA - un CFA pouvant adopter une ou plusieurs logiques parmi celles ainsi détaillées. L’instance nationale en identifie cinq :

  • les sup / services / mono ;
  • les stratèges ;
  • les mutualisateurs ;
  • les expérimentés ;
  • les fragilisés / multi-impactés.

impact de la crise

 

Fait notable : quelles que soient les logiques d’action déployées, les CFA disent majoritairement que la crise sanitaire a eu très peu d’impact sur leur établissement, rapporte France compétences. Les achats de masques et autres matériels de protection ont été compensés par l’absence prolongée des lieux de formation. À la rentrée 2020, seuls 6 % des CFA ont ainsi augmenté le reste à charge des entreprises. En revanche, 25 % des CFA ont reporté leurs investissements.

Face à la mesure exceptionnelle mise en place entre août et décembre 2020 pour permettre aux jeunes en formation de bénéficier de six mois, contre trois habituellement, pour trouver un employeur, l’avis des CFA est tranché. La moitié de ceux interrogés par France compétences estime que c’était une marge de manœuvre bienvenue, tandis que l’autre moitié s’avère dubitative, voire critique. Au total, 34 % des CFA interrogés ont observé une hausse de leur effectif de jeunes sans employeur à la rentrée 2020.

les gagnants

La première logique d’action, celle des "sup / services / mono", est observée chez les CFA dits "haussiers". Il s’agit principalement d’établissements de l’enseignement supérieur dispensant des formations dans les services. Ils disposent généralement d’une spécialité, d’un site et d’une branche professionnelle de référence. Cette dernière caractéristique fait que la réforme n’a pas eu d’impact trop lourd en termes de charge administrative avec un seul Opco de référence.

En outre, ces CFA indiquent plus souvent que les autres que les coûts-contrats (ou niveaux de prise en charge) sont satisfaisants. Ils ont d'ailleurs souvent augmenté leurs effectifs grâce à la réforme. Face à la crise, ces CFA étaient en outre mieux armés avec une pratique de la formation à distance déjà développée et des jeunes habitués à ce format. Pour eux, l’enjeu est de parvenir à stabiliser ces gains dans le temps.

les perdants

À l’opposé, la dernière logique d’action, celle des "fragilisés / multi-impactés", concerne principalement les CFA "baissiers". Il s’agit sans surprise de centres formant dans des secteurs d’activité affectés par la crise ou présentant des problèmes d’attractivité ou de pénurie. Souvent excentrés, ces CFA cumulent généralement des spécificités sources de difficultés.

Par exemple, des CFA interprofessionnels subissent une charge administrative multipliée par le nombre d’Opco. France compétences rapporte par ailleurs que ces CFA trouvent en moyenne les coûts-contrats trop faibles. Alors que la plupart ont dû reporter leurs investissements, le principal enjeu pour ces CFA est de trouver un modèle économique leur permettant d'atteindre l’équilibre.

trois autres logiques

Les trois autres logiques identifiées par France compétences concernent des CFA aux profils divers. Ainsi, les "expérimentés" sont généralement des CFA historiques - ou des OF qui se sont mis à l’apprentissage -, bien implantés dans un territoire et souvent membres d’un réseau ou adossés à une structure (entreprise, branche, établissement). Face à la réforme et à la crise, ils ont su faire preuve d'une capacité d’adaptation. Leur enjeu est simplement de continuer leurs actions en cours.

À l’inverse, les "stratèges" sont plutôt des nouveaux CFA qui ont profité de la réforme et de la crise sanitaire pour développer l’apprentissage. Cette logique d’action peut se combiner avec des profils de CFA historiques, d’OF substituant des contrats d’apprentissage à des contrats de professionnalisation, ou bien d’établissements du supérieur. Tout l'enjeu pour eux consiste à conserver leur avantage concurrentiel.

Enfin, les CFA dits "mutualisateurs" correspondent aux CFA de réseau et d’entreprise ou aux écoles et OF proposant d’autres modalités de formation que l’apprentissage. France compétences note que cette catégorie était habituée à mutualiser ses ressources avant la réforme et la crise, ces dernières étant venues renforcer cette logique d’action. L’un des enjeux pour ces CFA est de passer d’une mutualisation ayant pour objectif de réaliser des économies, à une mutualisation visant à augmenter la qualité des formations.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Astrid Gruyelle, journaliste