Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°654584

Un salarié assimilé cadre ne peut revendiquer d’être inscrit au contrat collectif de santé réservé aux non-cadres

Un agent de maîtrise retraité assimilé cadre en raison de son coefficient ne peut revendiquer, au nom du principe d’égalité de traitement, son inscription au contrat collectif de santé réservé aux non-cadres. En effet, rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 9 juin 2021, en matière de prévoyance, l’égalité de traitement ne s’applique qu’entre les salariés relevant d’une même catégorie professionnelle.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Les différences de traitement entre salariés appartenant à des catégories professionnelles différentes en matière de régimes de prévoyance couvrant les risques maladie, incapacité, invalidité, décès et retraite, sont admises, et n’ont pas à être justifiées. L’égalité de traitement ne s’applique en la matière qu’au sein d’une même catégorie. La Cour de cassation censure le 9 juin 2021 une cour d’appel qui reprochait à un employeur de ne pas avoir justifié le refus fait à un ancien agent de maîtrise assimilé cadre de le faire adhérer à un régime de prévoyance réservé aux non-cadres.

Un ancien salarié prend sa retraite après avoir fini sa carrière classé dans la catégorie agent de maîtrise, coefficient 325 avenant 3 groupe 4 de la convention collective nationale des industries chimiques et connexes du 30 décembre 1952. Quelques mois plus tard, invoquant le principe d’égalité de traitement, il saisit le conseil de prud’hommes afin qu’il ordonne à son ancien employeur de l’affilier au contrat collectif de prévoyance santé du groupe des retraités aux mêmes conditions que celles afférentes aux employés retraités partis à la retraite en même temps que lui.

Différence de traitement en matière de couverture santé

La cour d’appel saisie du litige lui donne raison et ordonne son inscription au contrat collectif de prévoyance santé "Adrea" réservé aux salariés et retraités de la catégorie "non articles 4 et 4 bis". Les juges d’appel énoncent que le critère retenu par l’employeur - l’appartenance ou non à la catégorie '"4 et 4 bis" - n’est "pas étranger à toute considération professionnelle". Le coefficient permet "en effet de distinguer les salariés en fonction de leur niveau de compétence et des responsabilités exercées sans intervention d’un facteur personnel".

La cour d’appel ajoute que "l’employeur n’explicite pas en quoi ce critère est pertinent pour opérer une différence de traitement en matière de couverture santé". Elle estime que "le coefficient attribué à un salarié est au contraire sans rapport avec le niveau de protection qui doit être accordé en matière de frais de santé". Elle en déduit que "l’inégalité de traitement est caractérisée, faute pour l’employeur de justifier de la pertinence du critère retenu pour opérer une différence de traitement entre les salariés en matière de maintien du régime de frais de santé à la retraite".

Spécificités de chaque catégorie professionnelle

La Cour de cassation, saisie par l’employeur, censure cette analyse, en se fondant sur le principe d’égalité de traitement. Elle rappelle (lire sur AEF info) qu’en "raison des particularités des régimes de prévoyance couvrant les risques maladie, incapacité, invalidité, décès et retraite, qui reposent sur une évaluation des risques garantis, en fonction des spécificités de chaque catégorie professionnelle, prennent en compte un objectif de solidarité et requièrent dans leur mise en œuvre la garantie d’un organisme extérieur à l’entreprise, l’égalité de traitement ne s’applique qu’entre les salariés relevant d’une même catégorie professionnelle".

En l’espèce, les juges d’appel ont constaté que "le salarié, du fait de son passage au coefficient 325 en 1999, était assimilé cadre en application de l’article 4 bis de la convention collective nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947". Il "appartenait en conséquence à une catégorie de personnel distincte de celle des salariés classés 'non articles 4 et 4 bis' de la même convention, relevant de la couverture de santé maintenue à ces derniers lors de leur retraite". La cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses constatations, a violé le principe d’égalité de traitement, conclut la haute juridiction, qui casse l’arrêt.

Cass. soc., 9 juin 2021, n° 19-23.656, non publié

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Lucy Bateman, journaliste