Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°654580

"Les collectivités ne peuvent plus être à la remorque" sur le télétravail (Laurent Berger, CFDT)

"Les collectivités locales ne peuvent plus être à la remorque" des autres employeurs en matière de recours au télétravail, estime le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, le 23 juin 2021, interrogé par AEF info en marge du 14e congrès de la fédération Interco CFDT à Dijon. "Ce mode d’organisation du travail doit devenir un sujet de négociation dans chaque collectivité", insiste-t-il. Le responsable syndical appelle aussi les employeurs territoriaux à ouvrir des négociations au niveau local sur la mise en place d’une protection sociale complémentaire, sans attendre 2025.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, la prise en charge des frais de télétravail doit être négociée localement © Anne Bruel / InfoCom CFDT

AEF info : Le télétravail, qui fait l’objet d’une négociation dans la fonction publique, a été l’un des sujets abordés lors du congrès Interco CFDT (lire sur AEF info). Qu’en attendez-vous pour les collectivités locales ?

Laurent Berger : Parmi les travailleurs, le tournant du télétravail a été pris. Ce n’est pas forcément le cas pour les employeurs dont certains sont tentés de revenir à la situation d’avant la crise sanitaire. Il faut dire que la logique de confiance envers les agents n’est pas très développée parmi les employeurs publics. Ils ont encore besoin d’avoir les personnels sous la main pour être rassurés. Mais les collectivités locales ne peuvent plus être à la remorque sur ce sujet !

Le télétravail doit devenir un sujet de négociation dans chaque collectivité. Il est indispensable de discuter de l’organisation du travail, de l’évaluation de la charge de travail et des nouveaux risques professionnels que cela peut générer, comme l’isolement des agents. La formation des managers aux spécificités de ce mode d’organisation du travail est également nécessaire, car un bon encadrant sur site ne fait pas forcément un bon encadrant à distance. En outre, le volontariat doit rester la règle. On ne veut pas faire du télétravail pour tout le monde et tout le temps.

AEF info : Demandez-vous, comme la CGT, la prise en charge systématique des frais de télétravail ?

Laurent Berger : Le remboursement des dépenses liées au travail à distance est un point à débattre, mais cela ne doit pas être le principal. Il vaut mieux inciter les employeurs à verser une indemnité forfaitaire que les contraindre à le faire. L’accord de méthode peut être une boussole, comme l’accord national interprofessionnel du 26 novembre 2020 pour le secteur privé.

AEF info : La mise en place de la protection sociale complémentaire est également au menu des discussions en cours entre le ministère de la Fonction publique, les employeurs et les organisations syndicales (lire sur AEF info). Êtes-vous satisfait de l’ordonnance du 17 février 2021 qui instaure une participation obligatoire des collectivités aux frais de santé et de prévoyance (lire sur AEF info?

Laurent Berger : Cette ordonnance est une grande avancée pour les agents territoriaux qui seront bientôt mieux couverts sur ces deux types de risque, même si l’échéance est trop tardive. Cette mesure doit s’appliquer le plus vite possible, sans attendre 2025 pour la prévoyance ou 2026 pour la santé.

À la CFDT, nous appelons les employeurs à ouvrir de vrais espaces de négociation sur la PSC. L’ordonnance prévoit la possibilité de rendre obligatoire l’adhésion aux contrats en cas d’accord majoritaire. C’est une mesure intéressante car cela permettrait de négocier une meilleure couverture et à un moindre prix avec les mutuelles ou sociétés d’assurance.

AEF info : S’agissant de la réforme du temps de travail, la loi Dussopt d’août 2019 oblige justement les élus locaux à négocier avec les représentants des agents pour supprimer les régimes dérogatoires aux 35 heures. Ce qui suscite des protestations dans bon nombre de collectivités, comme Paris, Rennes ou Lille (lire sur AEF info). Est-ce une régression sociale à vos yeux ?

Laurent Berger : Nous ne défendons pas comme d’autres une baisse de la durée légale du temps de travail. En revanche, nous sommes favorables à une meilleure articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle des travailleurs. Cela pourrait passer par la mise en place d’un compte épargne temps universel, une forme de banque des temps.

Concernant la fonction publique territoriale, il ne faut pas stigmatiser les agents qui travailleraient moins que tout le monde. Les accords dérogatoires aux 1 607 heures qui ont souvent été mis en place en 2001 résultent de compromis locaux. Ils avaient notamment pour but de compenser la faiblesse des salaires et les horaires de travail atypiques pour certains métiers. Les éventuelles augmentations du temps de travail doivent donc faire l’objet de compensations.

La négociation locale, clé de l’efficacité pour la CFDT

 

Le nouveau cadre de la négociation collective, prévu par l’ordonnance du 17 février 2021, "nous offre de belles perspectives", se réjouit Laurent Berger, le numéro 1 de la CFDT, lors de son intervention devant les militants d’Interco CFDT réunis en congrès le 23 juin à Dijon. "Nous allons pouvoir sortir du syndicalisme de commentaire, qui affirme que 'le patron est un salaud' sans ne jamais mettre les mains dans le cambouis. Nous voulons continuer à être utile aux travailleurs et, pour cela, il faut partir de la réalité telle qu’elle est, et du terrain." Et "on s’engage toujours dans la discussion même quand c’est difficile", insiste-t-il.

Laurent Berger a également été interpellé à plusieurs reprises par des adhérents sur la montée du RN et sur une possible victoire du parti à la présidentielle en mai 2022. "Face au malaise social, c’est à nous de montrer qu’un autre chemin est possible. On a obtenu de vraies hausses de salaire à l’hôpital par exemple, lors du Ségur de la santé ou pour les aides à domicile", répond-il. La CFDT agit maintenant pour ne pas devoir se retrouver face au RN au pouvoir et nous allons continuer ce combat. Au-delà des valeurs, il faut aller sur les faits. Le RN est un parti profondément anti syndical, qui prône le repli sur soi économique."

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste