Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

F. Vidal invite à "donner un nouveau souffle à la vie étudiante" et annonce la prolongation des tuteurs étudiants

Attendue par les universités, la prolongation du dispositif des tuteursétudiants est actée pour la rentrée, comme celle des "chèques psy", annonce Frédérique Vidal, le 16 juin 2021. Auditionnée au Sénat par la mission "conditions de vie étudiante", la ministre de l’ESRI a fait le bilan de son action en la matière et est revenue sur les enjeux qu’il reste à travailler : la poursuite de la modernisation et de l’équipement des campus et la lutte contre les discriminations, notamment à travers le plan de lutte contre les VSS qui sera présenté à l’été.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Frédérique Vidal était auditionnée le 16 juin 2021 par la mission d'information du Sénat sur les conditions de la vie étudiante en France. Droits réservés - DR

"L'un des effets de cette crise a été de remettre les conditions de vie et le bien-être étudiant au cœur des préoccupations du pays. Cette mission participe de cette prise de conscience collective et d’une volonté d’objectiver cette réalité qui est remontée à la surface médiatique mais qui est en vérité plurielle : il est très difficile de tenter de standardiser tout cela", a fait valoir Frédérique Vidal lors de son audition, le 16 juin 2021 par la mission d’information du Sénat sur les conditions de vie étudiante. Il s’agissait de la dernière audition pour cette mission qui rendra ses travaux début juillet.

"refonder la façon dont nous allons repenser la vie étudiante"

Après avoir dressé le bilan de son action en matière de vie étudiante, la ministre a abordé les enjeux de la rentrée. L’enjeu actuel est "de penser des protocoles qui permettent une rentrée 100 % en présentiel, d’anticiper le pire, de continuer à renforcer les équipements", mais aussi de "donner un nouveau souffle à la vie étudiante et de tirer parti de toutes les adaptations qui ont été trouvées pendant la crise". Il s’agira de remettre les étudiants au centre des dispositifs et de "dépasser les représentations" : "Un étudiant, ce n’est pas un lycéen qui a vieilli, mais un jeune adulte en activité, en quête d’autonomie, nous devons le garder à l’esprit pour refonder la façon dont nous allons repenser la vie étudiante". Demandée par les universités, la prolongation du dispositif des tuteurs étudiants est actée pour la rentrée, notamment pour accueillir les néo-bacheliers. 

C’est également le cas pour le "chèque psy", avec "plus de 6 700 étudiants qui ont utilisé le système de consultation en ligne et plus de 1 300 professionnels qui ont accepté d’être sur la plateforme". La mesure jugée "efficace" par la ministre connaîtra "probablement" des améliorations. L’argent issu de la CVEC qui n’a pas été dépensé l’année passée devra servir en priorité "pour développer les centres de santé", souligne la ministre qui indique être "en discussion" avec les établissements sur ce point. Mais "au-delà du renforcement de la présence des psychologues en SSU, l’intérêt est de lever la problématique de l’accès aux psychologues sur le territoire par la télémédecine, car on ne pourra pas mettre des SSU partout".

Santé étudiante : la CPU propose de travailler à une "charte"

 

Jugeant la santé physique et mentale des étudiants "cruciale" pour leur réussite, la CPU estime que "les services de santé universitaires doivent être situés au sein des universités". C’est ce que rappelle son président Manuel Tunon de Lara dans une lettre adressée à Laurent Gerbaud, président de l’ADSSU, le 16 juin 2021. Mais au vu du nombre important d’acteurs en jeu (universités, écoles, Crous, CPAM, CHU, ARS, collectivités, Bapu, professionnels de santé…), la CPU juge "urgent de proposer des formes efficaces de collaborations et de complémentarité entre tous ces acteurs au bénéfice de l’accompagnement global – médical, psychologique et social – des étudiants". C’est pourquoi elle propose la mise en place d’un "groupe de travail chargé de rédiger une charte définissant des objectifs communs pour la santé étudiante et les moyens pour y parvenir". Pour mémoire, deux rapports sur l'avenir des SSU ont été commandés par le MESRI (lire sur AEF info).

Un plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles sera présenté cet été

La ministre note deux "défis" à relever : d’abord celui des conditions d’études, avec des campus qu’il s’agit de continuer à moderniser et qui doivent être "mieux équipés" pour la formation à distance grâce à la "stratégie d’accélération" financée par le PIA, mais qui doivent aussi s’inscrire "dans l’innovation, la solidarité" et "dans la durabilité" avec 1,3 milliard d’euros consacrés au financement de plus de 1 000 projets de rénovation. "On est bien conscient que c’est grâce aux technologies numériques que la continuité des parcours a été assurée, mais d’un autre côté, elles sont tellement associées au délitement du lien social que nous avons avec elles un rapport ambigu, estime-t-elle. Il faut que l’on regarde ce que les technologies numériques ont à offrir et ne plus les considérer comme un palliatif à l’enseignement en présentiel. Je suis convaincue qu’elles sont un atout pour la personnalisation des apprentissages. C’est aussi la possibilité de revenir sur les cours et les approfondir."

La ministre fait de la "bienveillance", de la "capacité à être universel", le second défi des prochaines années. Celui-ci passe par "le respect inconditionnel des autres" et ne laisse "aucune place ni à la discrimination, au harcèlement, ni à la maltraitance". Un plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, qui s’appuiera notamment sur la formation des personnels, des étudiants, la professionnalisation des dispositifs de signalements, sera ainsi dévoilé cet été (lire sur AEF info), et sera articulé aux actions conduites dans le champ des études en santé. "Un volet juridique y sera associé pour qu’on puisse aussi accompagner les jeunes vers des signalements à la justice et pas seulement avoir de l’empathie pour eux, mais être efficace."

les autres points abordés lors de l’audition

Mesures sanitaires. Sur le plan des mesures sanitaires, Frédérique Vidal indique que les autotests "sont déjà dans les établissements", mais qu’ils ne seront pas imposés avant l’entrée en cours. "On va proposer, notamment aux étudiants internationaux – parce qu’on sait que certains viennent de pays où la vaccination n’est pas accessible – qu’ils soient vaccinés en arrivant. C’est en train d’être travaillé pour être mis en place (lire sur AEF info)."

Réforme des bourses. Si elle a rappelé la nécessité de la mise en place d’un guichet unique pour éviter de "demander un bout d’aide dans différents endroits", la ministre n’a cependant pas apporté plus d’informations sur la réforme des bourses qui serait actuellement à l’étude, que ce soit sur son calendrier, ou ses possibles axes d’évolution.

Plan 60 000 logements étudiants. Interrogée sur l’avancement du plan 60 000 logements étudiants, Frédérique Vidal reconnaît "qu’on aura beaucoup de mal à atteindre" l’objectif, "d’autant plus que la rénovation des logements Crous a en général diminué les capacités d’accueil". Le problème d’accès au foncier est plus global, avec des villes qui se sont montrées réticentes à l’installation de résidences universitaires, notamment dans le contexte des élections municipales. "Le modèle des campus m’amène à une autre question, celle de l’attractivité des campus : en France, il y a un choix entre des campus excentrés autour desquels on peut construire des logements et des campus 'cœur de ville' avec des facultés, autrefois autonomes, mais réparties un peu partout. Nous avons des universités qui ont 55 sites d’implantation et d’autres où il y a deux campus, et nous ne pouvons pas les gérer de la même manière", estime-t-elle.

Emplois étudiants. La ministre se dit favorable au développement des emplois étudiants sur les campus, avec deux points d’attention, le volume horaire, et la simplification "drastique" de ces contrats. "Cela veut dire qu’il faut travailler avec le ministère du Travail : est-ce qu’on exonère les cotisations, est-ce qu’on part sur le modèle d’un chèque emploi-service étudiant ? C’est très complexe, mais je pense qu’on va y arriver."

Campus connectés. Les campus connectés sont, selon Frédérique Vidal, un "succès", "du sur-mesure plébiscité par les jeunes", avec +40 % d’accès post-bac dans certaines villes où ils ont été installés. La démarche va donc se poursuivre, avec un développement de l’offre de formation à venir. "Il faut qu’on trouve les financements, mais on les trouvera, parce qu’ils ont du sens et on a des collectivités qui sont prêtes à le faire à partir du moment où nous garantissons le lien avec une université et l’encadrement pédagogique."

Handicap. Sur le plan du handicap, "il y a encore beaucoup à faire", estime la ministre, alors que l’effectif des étudiants handicapés a quadruplé en 15 ans. Ce volet est pris en compte dans les projets de rénovation, précise-t-elle. "Avec Sophie Cluzel, nous avons installé au mois de mai le comité national de suivi de l’université inclusive et, là aussi, nous nous sommes rendu compte que la formation à distance pouvait permettre de mieux accompagner ces étudiants", poursuit-elle.

Prêt contingenté. Le prêt contingenté est pour Frédérique Vidal "trop restrictif" et ne peut être "la seule solution" pour soutenir les étudiants, même si elle indique que son ministère "y réfléchit". "La capacité à engager un prêt pour financer ses études, quand on vient d’une famille où personne n’en a fait, cela demande une confiance en l’avenir dans la capacité à s’endetter qui n’est pas partagée chez tous les étudiants."

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sarah Bos, journaliste