Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

CHU : 145 présidents d’université et doyens appellent à un "sursaut courageux" pour restaurer la place de l’université

Une attractivité des carrières hospitalo-universitaires "en chute libre", des "directeurs de CHU pressurés par une logique économique", un MESRI "qui semble avoir démissionné face à ce défi"… Dans une tribune parue dans le Monde, le 4 juin 2021, 145 présidents, directeurs et doyens de facultés alertent une nouvelle fois sur l’état des CHU, "navire amiral" qui "prend l’eau". Contre une vision "uniquement axée sur le soin", ils en appellent à replacer l’université et les facultés de santé "au centre du dispositif, comme dans tous les pays ayant une ambition dans le domaine".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

"Alors que le modèle économique des hôpitaux reste structurellement déficitaire et ne parvient pas à compenser la petite part de la formation et la recherche qui lui incombe, le ministère de la Santé est désireux d'organiser ces missions en tournant le dos à l’université et aux organismes de recherche au nez et à la barbe d’un ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui semble avoir démissionné face à ce défi", dénoncent 145 présidents d’université, directeurs et doyens de faculté dans une tribune parue dans le Monde le 4 juin 2021 (1).

"les grands perdants sont les étudiants"

Un an après leur tribune où ils appelaient à "une véritable refonte des centres hospitaliers et universitaires, qui renforce leur intégration au sein de l’université" (lire sur AEF info), les mêmes signataires, rejoints par plusieurs dizaines d’autres présidents et doyens de facultés font le constat d’une attractivité des carrières hospitalo-universitaires "en chute libre", de "directeurs de CHU pressurés par une logique économique" : "Depuis plusieurs années le 'navire amiral' de notre système de santé prend l’eau."

"Tous les dix ans, on fête son anniversaire en lançant à chaque fois de nouveaux signaux de détresse sans que les ministères de tutelle – enseignement supérieur, recherche et innovation, santé et solidarités – ne s’en préoccupent", poursuivent-ils, rappelant un rapport de la Cour des comptes datant de 2018 (lire sur AEF info) qui faisait le constat "alarmant" du déclin de la France en matière de recherche biomédicale, d’une triple mission soins-enseignement-recherche "trop concentrée sur le soin", et d’un modèle de financement "inadapté".

"Plus grave, le vivier se tarit car la carrière hospitalo-universitaire ne fait plus rêver. Les grands perdants sont les étudiants, qui dénoncent à juste titre les carences de leur encadrement dans leurs stages hospitaliers", écrivent les signataires de la tribune.

Le Ségur de la santé "n’a pas restauré la confiance"

Et alors que la crise aurait pu "faire prendre conscience de nos carences, interroger sur l’évolution du CHU, sa place dans le système de santé, son aptitude à faire face aux défis actuels et futurs", ils regrettent que le Ségur de la santé, lancé à l’issue du premier confinement, "n’ait pas restauré la confiance entre le gouvernement et les hospitalo-universitaires". "Des représentants syndicaux ont quitté la table des négociations sur l’attractivité des carrières, et cherchent encore en vain les mesures susceptibles de redresser la barre", ajoutent les signataires.

"L’une d’entre elles promet de regonfler les effectifs de seulement 250 emplois sur cinq ans, soit un peu plus d’un emploi par CHU et par an, au moment où on installe, non sans difficulté, une réforme des études de santé qui promet d’augmenter les flux d’étudiants et les charges d’enseignement."

Pour les auteurs de la tribune, le Ségur "a entériné une vision managériale et axée uniquement sur le soin", sans "renoncer au système de tarification à l’activité", qui, avec la loi HPST de 2009, ont "peu à peu éloigné nos CHU de leur trajectoire académique initiale" en raison d’une "gouvernance plus managériale, peu médicale et dissociée de l’université". Ainsi, la récente loi promulguée "visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification", "écarte l’avis de l’université dans la nomination des chefs de service des CHU sans réflexion sur la stratégie de recherche ou de formation".

Les signataires relèvent pourtant "trois scénarios possibles" : "Primo, le statu quo, aboutissant à la mort annoncée du modèle français du CHU. Secundo, le divorce assumé entre hôpital et université, dont nous sommes beaucoup à penser qu’il serait une régression pour la politique de santé. Tertio, un sursaut courageux, replaçant l’université et les facultés de santé au centre du dispositif, comme dans tous les pays ayant une ambition dans le domaine."

(1) La liste des 145 signataires est consultable en suivant ce lien : https://fr.scribd.com/document/510423006/Tribune-CHU-Liste-des-signataires#from_embed

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sarah Bos, journaliste