Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Négoce des matériaux de construction : un accord sur la loi "Avenir professionnel" révise la rémunération des apprentis

La Fédération des distributeurs de matériaux de construction a annoncé le 2 juin 2021 qu’elle avait signé un accord de branche avec la CFDT, la CGT, la CFTC et la CFE-CGC sur la formation professionnelle et l’alternance. Le texte reprend principalement les dispositions légales, tout en mettant l’accent sur la valorisation de l’alternance, avec notamment un barème conventionnel de rémunération qui s’appliquera au 1er septembre 2021 pour les apprentis, ou encore, une formation d’une journée et une prime de 200 euros pour les tuteurs dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ou de ProA.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Négoce des matériaux de construction : quatre syndicats s’opposent à l’accord sur l’APLD signé par la FNBM et la CFDT

L’accord APLD dans le négoce des matériaux de construction (73 000 salariés), soumis à signature jusqu’au 11 décembre 2020, a été paraphé par la FNBM (seule organisation patronale représentative) et la CFDT (38,13 % de représentativité). Mais les autres syndicats représentatifs (CGT, FO, CFTC et CFE-CGC) ont fait valoir leur droit d’opposition. Le texte interdisait les licenciements économiques, RCC et APC pendant le recours à l’APLD et trois mois après. Dans son courrier d’opposition, la CGT dénonce des engagements sur l’emploi relatifs aux seuls salariés placés en APLD et une possibilité de licenciements économiques ou d’APC avant de demander l’APLD. De son côté, FO déplore l’absence d’obligation ferme sur le versement des dividendes et une durée excessive (jusqu’au 30 juin 2025), comme le négociateur CFTC, qui met aussi en avant "une situation économique globale pas si mauvaise".

Lire la suiteLire la suite