Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°652758

Les classes Talents de Lorraine, Strasbourg et Paris-Est Créteil veulent mieux orienter les étudiants vers la fonction publique

En lançant en septembre 2021, avec trois universités (Lorraine, Strasbourg, Paris-Est Créteil) et plusieurs écoles de service public, trois classes "Talents du service public", l’IRA de Metz va plus que tripler son dispositif de préparation aux concours de la fonction publique. Objectifs : les classes seront renforcées aux enjeux de recrutement et de promotion sociale en étoffant la préparation des candidats étudiants ou demandeurs d’emploi et en améliorant l’orientation vers des métiers souvent méconnus. Une journée de coordination réunissant les établissements partenaires a fait le point le 21 mai 2021.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le directeur de l'IRA de Metz Paul-Emmanuel Grimonprez, animant une réunion de coordination des classes "Talents du service public" avec, en présentiel, le directeur de l'Ipag de Strasbourg Jean-Materne Staub, ainsi que les doyens de droit de l'université de Lorraine Fabrice Gartner et Pierre Tifine (Nancy et Metz), le 21 mai 2021. AEF - P. Marion

"Devenir cadre dans la fonction publique ? Pourquoi pas vous ?" : c’est ainsi que les établissements porteurs des futures classes préparatoires "Talents du service public" de Lorraine, Strasbourg et Paris-Est Créteil s’adressent, dans une plaquette de présentation, aux étudiants et demandeurs d’emploi visés par le nouveau dispositif d’égalité des chances qui ouvre à la rentrée. Ces derniers peuvent déposer leur candidature jusqu’au 31 mai, avec l’objectif de préparer le (ou les) concour(s) suivant(s) : IRA (attaché de l’État), inspecteur des finances publiques, inspecteur des douanes, attaché territorial.

Pour créer ces trois classes Talents partenaires (sur les 74 projets retenus au niveau national pour 2021), les universités de Strasbourg, de Lorraine et de Paris Est-Créteil se sont associées à quatre écoles du service public : l’institut régional d’administration de Metz, l’Enfip, l’END et le CNFPT (lire sur AEF info)

"Une ambition forte de renouvellement"

"Il existait jusqu’à présent une classe préparatoire intégrée à l’IRA de Metz, en partenariat avec l’Ipag de Strasbourg (Unistra), l’UL, l’Ipag Paris-Est Créteil (Upec). Les étudiants inscrits – une petite vingtaine par an – suivaient un cursus en Ipag ou dans une autre composante universitaire, en bénéficiant de modules préparatoires aux concours au titre de la CPI et de périodes de regroupement à l’IRA", rappelle son directeur Paul-Emmanuel Grimonprez. "Quand la ministre [de la  Fonction publique] Amélie de Montchalin a lancé l’appel à projets, nous avons donc pris l’attache de nos partenaires, et examiné ensemble ce qui existait (1) et où nous voulions aller, en nous donnant une ambition forte de renouvellement. Notre objectif, c’est plus que tripler le nombre d’élèves de la CPI" (pour passer à 70 étudiants, dont 35 dans la prépa de Lorraine, 20 dans celle de Strasbourg et 15 dans celle de Paris-Est).

Le travail commun s’est rapidement engagé, dans deux directions. D’une part, "ouvrir la CPI rattachée à l’IRA à d’autres écoles du service public, afin de préparer également aux concours d’inspecteur des finances publiques, des douanes et d’attaché territorial, trois concours de catégorie A, donc avec une homogénéité au niveau du recrutement et une nature d’épreuves assez semblable" à celles des concours de l’IRA. Et d’autre part, "élargir le nombre de cursus diplômants ouverts à la classe Talents".

En Lorraine en particulier, "un énorme travail a été fait, avec une implication forte des doyens de droit de l’université et du président Pierre Mutzenhardt. Cela se traduit par l’ouverture à la classe Talents de 13 cursus diplômants sur les sites de Nancy et de Metz", poursuit Paul-Emmanuel Grimonprez. L’Ipag de Strasbourg a également fait cette proposition "pour toutes les formations diplômantes" existantes (du L3 au M2), tandis que sa 'Prépa G' [concours d’administration générale] sera transformée en DU diplômant. L’Upec a adopté la même démarche à travers son École internationale d’études politiques.

Affiner l’organisation de la formation

"Grâce aux classes Talents, nous avons réussi à resserrer les liens rapidement entre les universités et les écoles du service public. Cela a été fait en deux mois", se satisfait le directeur de l’IRA de Metz, qui organisait le 21 mai une "réunion de coordination" avec tous les partenaires. Car, si chacune de ces trois classes Talents aura "sa propre organisation", elles s’inscriront dans un cadre général commun, sur les plans pédagogique et administratif : financement, choix de ressources documentaires, durée des stages, sélection (qui aura lieu du 14 au 18 juin), etc.

Parmi les sujets à l’ordre du jour, Paul-Emmanuel Grimonprez et son équipe (dont Stéphane Miliado, chargé de mission égalité et diversité) abordent l’organisation des périodes de formation, en suscitant le dialogue sur les besoins générés par les nouvelles classes labellisées. Pour "Talents de Lorraine", "nous sommes partis sur un jour consacré aux cours de classe Talents sur toutes nos filières, le lundi. Ils auront lieu, pour les étudiants de Nancy à l’Ipag, et pour les étudiants inscrits à Metz à l’IRA", explique Laetitia Fermaud-Plauche Gillon, directrice de l’Ipag de Nancy.

"Pour les étudiants de Nancy, l’accent sera mis sur la note de synthèse, avec des devoirs sur table le lundi matin. En enseignements de fond, nous avons prévu un renforcement en droit public, finances publiques, questions européennes et culture administrative, soit au total 80 heures de cours. Le second semestre sera davantage axé sur les concours blancs, avec l’aide de nos partenaires". L’Enfip y est prête, assure Frédéric Rigaux, son responsable 'risques et audit, suggérant d’avoir les plannings indicatifs de la prépa Talents lorraine et proposant de" créer ou adapter certains éléments.

De son côté, l’Ipag de Strasbourg compte "ajouter deux à trois heures supplémentaires" pour la classe "Talents de Strasbourg", "en fonction des plages libres communes à toutes les filières concernées", prévoit Pascale Peccavy, responsable des programmes égalité des chances. Le nouveau dispositif nécessite d’élargir le spectre des intervenants professionnels. "Nous avons plusieurs inspecteurs de finances publiques depuis de nombreuses années. Mais, pour inspecteurs des douanes, nous n’avons personne". Même écho, concernant l’organisation des "galops d’essai" envisagés par l’Upec. "Pour les concours plus spécifiques comme 'finances publiques' ou 'douanes', nous allons faire appel à des ressources extérieures", prévoit Patrick Allal, IGESR, à l’adresse des représentants de l’Enfip et de l’END connectés.

Une filière spécifique "sécurité intérieure", à Nancy

 

Outre la préparation aux concours d’inspecteurs des douanes, d’inspecteur des finances publiques, d’attaché de l’État et d’attaché territorial, le site de Nancy de l’UL a saisi l’occasion de l’appel à projets 'Talents' pour "créer une filière spécifique en sécurité intérieure", indique le doyen Gartner.

L’objectif est de préparer "aux concours d’officiers de police (ouvert à la licence), de commissaires de police (accessible aux étudiants titulaires d’un M2), d’officier de la gendarmerie nationale (aux titulaires de M2), du commissariat des Armées, d’administration de la pénitentiaire", précise-t-il. "Ils sont très particuliers, comportant des épreuves de sport, de langues, et aussi de psychologie. Pour les étudiants visant ces concours, nous venons de créer un M2 [Droit et métiers de la sécurité intérieure]." Pour développer cette voie (qui comprend une "orientation" sécurité privée), la FDSEG travaille en lien avec l’ENSP, l’Enap et aussi l’EOGN.

Journées de "regroupement"

Au-delà du dispositif de formation envisagé sur les quatre sites (Strasbourg, Nancy, Metz, Paris-Est), les inscrits aux prépas Talents bénéficieront de quatre ou cinq journées de "regroupement", afin de leur permettre de mieux cerner les concours et métiers visés par les classes Talents. "Le premier aura lieu les 30 et 31 août prochains à l’IRA de Metz", indique Paul-Emmanuel Grimonprez. Il sera dédié "à la présentation du dispositif classes Talents aux élèves, de la nature des épreuves des différents concours", puis "à la rencontre entre les élèves des prépas et des fonctionnaires passés par les différents concours concernés". De quoi permettre à chaque élève de déterminer "son concours privilégié" et, à partir de là, aux écoles partenaires "d’identifier qui pourra être tuteur de l’élève en question" et dans quel "périmètre administratif" il pourra faire son stage.

D’autres dates sont discutées à l’occasion de la journée du 21 mai, pour organiser des séquences similaires au sein des autres écoles de service public partenaires. Comme à l’Enfip, en octobre. "L’idée est notamment de permettre aux élèves de rencontrer un panel d’élèves actuellement en scolarité, et de présenter les métiers qui peuvent être exercés à la sortie de l’école : en services déconcentrés, en administration centrale ou autre", expose Frédéric Rigaux, qui veut "leur donner du concret".

Lutter contre l’autocensure

Afin de recruter suffisamment de candidats, les universités partenaires ont engagé une campagne de communication active auprès des publics visés. "Nous avons organisé des réunions avec les étudiants, diffusé des plaquettes. Il y a eu de la communication sur Facebook et LinkedIn", précise à AEF info Fabrice Gartner, doyen de la FDSEG de Nancy de l’UL. "À Metz, nous avons réalisé un film avec le Lycée de la communication", complète Pierre Tifine, doyen de la faculté de droit, économie et administration messine (UL). "Nous proposons les classes Talents à nos étudiants [de droit] de façon systématique. Dans l’ancien système, ils étaient peu sensibilisés : ceux qui faisaient la CPI [de l’IRA de Metz] étaient ceux qui venaient des LAP, donc non-juristes au départ".

Renforcer l’information sur les parcours et métiers de la fonction publique était indispensable, observe le professeur de droit public Fabrice Gartner. "Lorsque nous présentons les débouchés en début de la L1 de droit, nos étudiants envisagent tous d’être juge, notaire ou avocat. Mais, fonctionnaire territorial, ils ne savent pas ce que cela peut être. Ce n’est qu’en fin de 3e année ou en 4e année qu’ils identifient mieux ces métiers". La situation pourrait donc évoluer avec les prépas Talents. "Ces dernières semaines, j’ai eu des tas de questions d’étudiants, qui m’ont dit : 'je suis boursier, ça m’intéresse'. Et, cela vient de tous les horizons…

Alors que le délai de clôture des candidatures est imminent, le directeur de l’Ipag de Strasbourg Jean-Materne Staub affiche toutefois quelques doutes sur les critères socio-économiques fixés. "Le seuil de revenus (2) est quand même très bas. Ce n’est pas évident de trouver des candidats. Certes, j’ai 40 % de boursiers [sur 250 étudiants], mais tous n’ont pas envie de faire ces heures supplémentaires". Pour le doyen de droit Fabrice Gartner, cette limite rejoint la problématique plus vaste du "niveau d’accès aux études supérieures qui, dans les milieux économiquement défavorables, est faible". Il pointe "l’autocensure des familles" et l’importance du "contexte géographique", durant l’enseignement secondaire. "Dans certains secteurs ruraux, bon nombre de jeunes se sont entendus dire : 'les études supérieures, ce n’est pas pour toi'."

(1) Dans le cadre de ce dispositif, sur les dix dernières années, en moyenne un tiers des élèves ont réussi le concours de l’IRA dès la première année et 50 % ont réussi un concours de la fonction publique pendant leur scolarité. Deux ans après la classe préparatoire, plus de 70 % des élèves ont réussi à intégrer la fonction publique.

(2) S’agissant de justifier de revenus inférieurs à un certain montant (33,1 K€ par foyer fiscal, et jusqu’à 50 K€ avec la prise en compte de "points de charges").

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Pascaline Marion, journaliste