Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"Attachés temporaires d’enseignement" : de nouveaux statuts de contractuels font une apparition discrète au niveau local

À la rentrée 2021, l’université Toulouse-II Jean-Jaurès va créer cinq postes d’ATE (attachés temporaires d’enseignement) avec une charge d’enseignement de 384 heures annuelles. À l’université de Rouen, cette pratique existe depuis trois ans. Si le dispositif n’est pas vraiment nouveau, les présidences le présentent comme une façon de limiter la précarité des jeunes docteurs en leur permettant de conserver un pied dans l’établissement avant une éventuelle nomination. D’autres considèrent que la charge d’enseignement est trop lourde et le statut trop précaire. Toujours est-il que le développement de ces contractuels permet de répondre à la hausse des effectifs étudiants sans avoir d’impact sur le GVT. Une pratique qui n’est pas remise en question par les titulaires, fatalistes, sur le mode "on n’a pas le choix".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement