Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°652646

Plus l’organisation du travail est contrainte, plus le présentéisme lié à la maladie est fréquent (étude Cnam Ceet)

Le fait d’aller travailler tout en étant malade - autrement dit le présentéisme lié à la maladie - est-il la conséquence d’une certaine organisation du travail ? C’est à cette question que répondent Sylvie Hamon-Cholet et Joseph Lanfranchi (1) dans Connaissance de l’emploi, la lettre mensuelle du Centre d’études de l’emploi et du travail (mai 2021). Ce sont d’abord les caractéristiques de l’organisation du travail qui sont à l’origine d’un phénomène qui concerne plus de deux salariés sur cinq en 2016. Phénomène contre lequel il convient de lutter au nom de la préservation de la santé publique.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Aller travailler alors que l’on est malade est un comportement plus fréquent lorsque l'organisation du travail est contrainte en termes de rythme et de charge de travail trop élevée Pexels

Le phénomène est "loin d’être anecdotique", selon les deux chercheurs. En effet, plus de deux salariés sur cinq déclarent un épisode de présentéisme au cours de l’année écoulée, selon des enquêtes françaises Conditions de travail à l’instar d’enquêtes européennes. En outre, le nombre moyen de jours de présentéisme passe de 2,5 à 3,1 jours entre 2013 et 2016. Pour les trois quarts des salariés, le cumul annuel de jours de présentéisme ne dépasse pas cinq jours, "sans grande évolution entre les deux années", notent les chercheurs.

Quels sont les risques d’un présentéisme lié à la maladie ? Plusieurs études médicales de 2007 et 2008 mettent en évidence des pertes élevées en termes de rendement individuel : "On est moins productif quand on est malade, du fait de la fatigue voire de la douleur induite, surtout si les contraintes de travail sont fortes".

moindre productivité du groupe

Une répercussion est également possible sur la productivité du groupe. Sans omettre, bien évidemment en période épidémique, le risque de contagion entre salariés. Une étude de Skagen et Collins de 2016 montre que ce comportement "peut avoir des conséquences négatives sur le bien-être et la santé des travailleurs, à plus ou moins long terme, entraînant des coûts supérieurs à ceux de l’absentéisme".

Certaines caractéristiques individuelles sont corrélées au présentéisme. Ainsi, "être une femme augmente la propension à déclarer des épisodes de présentéisme, avec un nombre moyen de jours plus élevé également". La présence d’enfants, comme le fait d’être en couple, ne sont en revanche pas des déterminants de ce type de présentéisme, "ce qui tendrait à montrer que la situation familiale n’est pas significativement liée à ce phénomène".

peur de perdre son emploi

De le même manière, on est plus enclin à aller au travail en étant malade lorsqu’on est en CDI (46 % de fréquence contre 30 % pour une ancienneté de moins d’un an) et que l’on a peur de perdre son emploi (52 %). Un tel résultat "pourrait trouver son explication dans un possible désengagement des salariés précaires lorsqu’ils estiment que la relation d’emploi a peu de chances d’être pérennisée".

Ce sont les agents de la Fonction publique, et singulièrement les agents de la Fonction publique hospitalière, qui sont les plus enclins au présentéisme en cas de maladie. Un peu plus de la moitié se sont déclarés en 2016 dans cette situation avec un nombre de jours moyen également supérieur à la moyenne. Toutefois, il semblerait que le statut ne soit pas un élément déterminant, hormis le fait d’appartenir à la Fonction publique d’État.

désorganisation du travail : cause du présentéisme ?

Pour les auteurs, l’organisation du travail - ou plutôt une certaine forme de "désorganisation" - pèse significativement sur le fait de venir travailler tout en étant malade. "Ceci est vrai, autant en termes de fréquence que de nombre de jours déclarés et par ailleurs, consolidé par les analyses économétriques".

L’organisation du temps de travail au quotidien ou sur la semaine est un facteur qui pèserait sur le présentéisme. Des semaines longues comme des horaires "atypiques" - à savoir un travail le soir, de nuit, le samedi ou le dimanche - "tendent à le faire augmenter, particulièrement en termes de fréquence des épisodes". "Lorsque l’organisation du temps de travail impose des horaires longs ou décalés, les salariés ne peuvent s’absenter sans désorganiser le rythme de production ou transférer la charge de travail sur leurs collègues", d’où une pression pour aller travailler même malade.

Ce phénomène a pu être identifié chez les soignants en milieu hospitalier durant les tensions sur les services de réanimation lors de la première vague de l’épidémie de Covid19 au printemps 2020, observe-t-on. Les auteurs soulignent que, "dans un contexte où la production est organisée au plus juste, l’absence est difficile, mais la présence d’un collectif aidant la rend possible". Ce constat pourrait être des éléments d’explication au fait que les agentes de la Fonction publique, notamment hospitalière, sont plus enclines à venir au travail tout en étant malades.

rythme et charge de travail : des "déterminants forts"

Mais, ce sont surtout "les contraintes pesant sur le rythme de travail ainsi qu’une charge de travail trop élevée qui en sont des déterminants forts". La moitié environ des salariés qui déclarent de telles contraintes ont aussi déclaré des épisodes de présentéisme en 2016, avec un nombre de jours moyen de quatre jours. Un rythme de travail contrôlé par un supérieur hiérarchique pousse également à des épisodes de présentéisme, dans des proportions quasi identiques.

"Manquer de temps et devoir se dépêcher pour faire son travail accentuent également le phénomène du présentéisme de façon sensible (respectivement 56 et 52 % en 2013, pour atteindre 61 et 55 % en 2016, avec un nombre moyen de jours concernés de l’ordre de 5 jours)". Dans ces situations de travail complexes et très contraintes, il est "difficile de se faire remplacer, malaisé de devoir rattraper son travail, et donc de pouvoir s’absenter, même malade".

travail en autonomie : moins de présentéisme

Le fait d’être moins dépendant de ses collègues change-t-il la donne ? "Une relative autonomie dans son travail, en termes de gestion des délais ou d’application des consignes a plutôt un effet bénéfique et a tendance à faire baisser le présentéisme, même si ces effets s’évanouissent dans une analyse "toutes choses égales par ailleurs" (2). Même chose pour ce qui concerne les tâches d’encadrement. Le fait d’encadrer des collègues "ne va pas nécessairement de pair avec celui de venir travailler en étant malade plus souvent, ce qui rejoint le résultat observé sur le présentéisme des cadres".

Les auteurs notent enfin l’existence d’un lien fort avec le vécu au travail et la santé perçue. "La lutte contre le présentéisme comme enjeu de santé publique est désormais une question majeure", soutiennent-ils. Si le salarié a le sentiment d’avoir un travail intéressant (apprentissage de choses nouvelles), et qu’il est reconnu à sa juste valeur, avec des perspectives de promotion satisfaisantes, cela tend à faire diminuer le présentéisme.

enjeu de santé publique

À l’inverse, exprimer un état de santé dégradé "tend à faire augmenter sensiblement la propension au présentéisme et le nombre de jours déclarés". Ce constat tend même à s’accélérer entre 2013 et 2016, pour atteindre 72,1 % pour près de 13 jours. "Sans être surprenant, ce résultat interpelle, suggérant que les salariés en mauvaise santé sont souvent contraints de venir travailler, et ainsi de voir leur état de santé se détériorer encore plus".

Estimant que la lutte contre le présentéisme est un enjeu de santé publique majeur, les auteurs estiment dans leurs conclusions qu’il est "probable que les leçons tirées ou à tirer de la crise sanitaire que nous traversons en France et en Europe contribueront à faire bouger les lignes, à condition qu’être malade conduise à un vrai repos et non pas seulement à travailler chez soi".

(1) Sylvie Hamon-Choltet Cnam/Lisa/CEET et Joseph Lanfranchi, LEMMA-Université Panthéon Assas, Cnam-CEET.

(2) On entend par analyse "toutes choses égales par ailleurs", un modèle économétrique qui prend en compte l’ensemble des facteurs explicatifs pour déterminer l’influence de chacun de ceux-ci sur le phénomène étudié. Pour éclairer la lecture, les résultats significatifs sont notés en gras dans les tableaux. Les modèles et les variables utilisés ici sont détaillés dans le document de travail : Hamon-Cholet S. & Lanfranchi J. (2019), "Le présentéisme au travail : mieux évaluer pour mieux prévenir", Document de travail du Cnam-CEET, no 199, juin.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Corinne Duhamel, journaliste