Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°652532

Pendant une réorganisation, quels risques pour l’employeur qui introduit des objectifs de réduction d’effectifs ?

Sur son site internet, la CFE-CGC Michelin dénonce l’introduction d'"un objectif annuel obligatoire portant sur la réduction d’effectifs", rapporté par "plusieurs managers" dans un contexte de réorganisation en cours dans l’entreprise. "Les managers peuvent même surperformer à 120 % en 'supprimant' plus de postes que prévu…", s’inquiète le syndicat catégoriel. Cet objectif a été, depuis, reformulé, et porterait désormais sur la réduction de frais. Mais est-il légal de fixer un objectif de réduction d’effectifs aux managers ? Quels risques peut entraîner une telle pratique ? Selon Carine Cohen, avocate au sein du cabinet Walter Billet, cette pratique est "très risquée". Elle peut entraîner des "effets pervers" susceptibles de menacer la santé des salariés. Selon Arnaud Teissier, avocat chez Capstan, "il n’est pas anormal que les managers soient un relais d’un projet d’entreprise".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Dans le cadre de la réorganisation en cours chez Michelin (lire sur AEF info), "la CFE-CGC a été alertée par plusieurs managers, sur une demande 'étrange' de leur hiérarchie qui leur propose en 2021 un objectif annuel obligatoire portant sur la réduction d’effectifs", peut-on lire sur le site du syndicat catégoriel, dans un post daté du 14 avril 2021. "Il fait référence au projet Simply avec un indicateur d’atteinte en 'nombre de salariés en moins' au 31 décembre 2021. Les managers peuvent même surperformer à 120 % en 'supprimant' plus de postes que prévu…" Et la CFE-CGC de souligner "l’empressement de quelques services à déclarer 'éligibles' des salariés 'invités' à se positionner sur la RCC 2021" (lire sur AEF info).

L’objectif a depuis été retiré, sur demande de l’organisation, et reformulé, en mentionnant plutôt la "réduction de frais", rapporte-t-elle. Pour la CFE-CGC, cette formulation traduit "un objectif d’améliorer la productivité, qui nous convient, car il ne faut pas se voiler la face".

"On a bien été alertés par la CFE-CGC sur cette formulation des objectifs, qui n’est pas conforme", confirme la direction de Michelin. "Le 13 avril dernier, on a envoyé un mail aux managers concernés par le projet 'Simply', en rappelant que la formulation d’objectifs en termes de réductions d’effectifs était contraire au projet. Ce projet concerne la réduction des frais généraux, et pas en premier lieu la réduction d’effectifs, qui ne peut d’ailleurs être un objectif en soi. On a aussi rappelé que tout impact sur les effectifs doit s’inscrire dans un accompagnement social."

Les managers peuvent être un "relais positif"

Au-delà du cas de Michelin, cette pratique est-elle légale ? Selon Carine Cohen, avocate au sein du cabinet Walter Billet, "c’est une pratique qui peut se faire, mais qui est très risquée. Il faut faire attention à la manière dont cet objectif est rédigé". Si les postes supprimés s’inscrivent dans un PSE, "l’employeur devra mettre en place et appliquer des critères d’ordre des licenciements", qui ne sont pas compatibles avec des objectifs de réduction d’effectif ciblés parmi les salariés, rappelle l’avocate. Si les suppressions de poste s’inscrivent dans le cadre d’un appel à volontariat, des objectifs assignés aux managers risquent de suggérer que "l’employeur sait déjà qui sont les salariés qu’il souhaite voir partir".

"Est-il fautif que les managers aient pour objectif de contribuer à la réussite de la RCC ?", interroge pour sa part Arnaud Teissier, avocat associé chez Capstan. "Il n’est pas anormal que les managers soient un relais d’un projet d’entreprise, dès lors qu’ils ne posent pas de contrainte aux collaborateurs pour qu’ils signent une rupture conventionnelle. Aujourd’hui, il y a d’ailleurs une attente des instances de représentation du personnel et de l’administration du travail à s’assurer de la mise en œuvre d’un accompagnement tout au long de la procédure de réorganisation. Les managers peuvent participer à cette dynamique d’accompagnement et être des relais positifs de la réorganisation." Arnaud Teissier rappelle par ailleurs qu’une RCC peut prévoir un "maillage plus ou moins précis", qui peut aller jusqu’à cibler certaines équipes. Ce maillage est défini par la négociation.

Une pratique risquée, surtout pour la santé au travail

Dans tous les cas, rappelle Carine Cohen, un objectif de suppression de postes ne doit pas apparaître dans les entretiens d’évaluation avant consultation des représentants du personnel, le risque étant le délit d’entrave. "Il y a l’obligation de consulter le CSE sur les ruptures de contrat de type économique, mais le CSE a aussi des attributions plus générales en matière de mesures de nature à affecter le volume ou la structure des effectifs. Une réorganisation avec plusieurs suppressions de postes rentre dans les prérogatives du CSE."

Ce type d’objectif présente surtout un risque en matière de santé au travail : "Si le management est encouragé à supprimer des postes, et si sa rémunération doit dépendre de cet objectif, il risque de mettre en œuvre un management dit 'toxique'. Cela encourage les comportements déviants, qui peuvent entraîner des RPS ou des burn-out", détaille Carine Cohen.

Un objectif vague peut être attaqué

Mais si "un objectif explicite peut entraîner des effets pervers, un objectif plus vague et édulcoré risque d’être attaqué par les salariés, au motif qu’il n’est pas suffisamment précis, réalisable ou atteignable". Dans ce dernier cas, le manager pourrait réclamer le montant maximum de la rémunération variable prévue à son contrat.

L’objectif reformulé chez Michelin, qui fait référence à une réduction des frais, "peut couvrir énormément de coûts autres que les coûts salariaux, donc le salarié peut l’atteindre autrement", estime Carine Cohen. Cependant, cette formulation demeure porteuse de risques, car la réduction de frais risque de demander plus de travail aux équipes. "On fait ainsi descendre en cascade la pression supportée par le manager."

En conclusion, fixer des objectifs de réduction d’effectifs aux managers "n’est pas une bonne idée", selon Carine Cohen. "Cela met trop de pression sur les managers, qui souvent ne sont pas assez formés pour la gestion d’équipe." Selon Arnaud Teissier, ce type d’objectif "peut susciter des perceptions négatives. Dans un projet de réorganisation, il peut y avoir beaucoup de sensibilité et d’inquiétude, il faut donc être vigilant sur les indicateurs que l’on retient et savoir s’en expliquer sereinement".

à lire aussi
Réorganisation chez Michelin : l’accord-cadre, baptisé "Adapt", est signé par la majorité des organisations syndicales

Chez Michelin, la CFDT, la CFE-CGC et Sud se portent signataires de l’accord-cadre désormais appelé "Adapt 2021-2023" (lire sur AEF info), qui doit accompagner les départs de salariés dans le cadre de la réorganisation annoncée début janvier 2021, et qui prévoit jusqu’à 2 300 suppressions de postes d'ici 2023 (lire sur AEF info). L’accord est donc majoritaire, seule la CGT ne le paraphera pas. Les organisations syndicales signataires, à l’instar de Sud et la CFDT, soulignent des mesures à la fois pour les salariés qui quitteront l’entreprise mais aussi pour ceux qui resteront.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sophie Esposito, journaliste