Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°652203

Total doit verser une prime à des salariés après s’y être engagé dans une communication interne et non dans un tweet

Total doit, en vertu d’un engagement unilatéral, verser aux salariés d’une filiale la somme de 1 500 euros au titre de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, a jugé le tribunal judiciaire de Créteil le 6 novembre 2020 dans un jugement signalé par Les Échos et dont la société n’a pas fait appel. Cet engagement ne résulte pas d’un tweet du PDG de Total promettant ce montant de prime à "tous les salariés en France", insuffisamment précis quant à sa portée vis-à-vis des salariés de la filiale, mais d’une communication interne du groupe qui vise "tous les salariés de Total et de ses filiales".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La "prime Macron" pourra être versée jusqu’à début 2022, précise le ministère du Travail

À l’occasion d’une réunion du groupe de travail paritaire sur le partage de la valeur le 28 avril 2021, les ministères de l’Économie et du Travail ont présenté les modalités de versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dont la reconduction en 2021 a été annoncée le 15 mars. Le gouvernement a rappelé qu’il souhaitait que la "prime Macron", défiscalisée dans la limite de 1 000 euros pour les salaires jusqu’à trois Smic, bénéficie en priorité aux travailleurs de la deuxième ligne. Ainsi, "le plafond pourra être porté à 2 000 euros si l’entreprise ou la branche s’engagent formellement à des actions de valorisation de ces travailleurs", ou si l’entreprise est couverte par un accord d’intéressement. Enfin, la prime pourra être versée jusqu’à début 2022 et l’exonération sera applicable rétroactivement pour les primes versées à partir du dépôt du projet de loi à l’été.

Lire la suiteLire la suite
Égalité de traitement : la présomption de justification ne s’applique pas à l’avantage issu d’un engagement unilatéral

Les avantages catégoriels sont présumés justifiés au regard du principe d’égalité de traitement dès lors qu’ils résultent d’une convention ou d’un accord collectif (Cass. soc., 27 janvier 2015, n° 13-22.179, lire sur AEF). En revanche, si la différence de traitement entre catégories professionnelles résulte d’un engagement unilatéral de l’employeur, la présomption de justification ne s’applique pas. L’employeur doit alors démontrer que cette différence repose sur des raisons objectives. C’est ce que juge la Cour de cassation dans l’un des arrêts publiés du 27 janvier 2015.

Lire la suiteLire la suite