Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les personnes travaillant plus de 55 heures hebdomadaires plus exposées aux risques cardiovasculaires (OMS-OIT)

Le 16 mai 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation internationale du travail (OIT) publient une étude conjointe sur le thème du travail prolongé et de ses conséquences sur la santé. Après une analyse dans 183 pays, les deux organisations concluent que travailler plus de 55 heures hebdomadaires augmente le risque de développer des cardiopathies et d’être victime d’un accident vasculaire cérébral. La crise ainsi que le développement du télétravail et du travail à la demande devrait augmenter la part de la population concernée par ces risques.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L’entreprise apparaît comme un lieu de prévention pour les maladies cardiovasculaires (Igas)

"La prévention primaire des maladies cardiovasculaires est aujourd’hui essentiellement axée sur les facteurs de risque classiques, or le rôle de l’environnement professionnel est établi, ce qui justifierait une prévention collective englobant tous ces facteurs", observe l’Igas dans un rapport sur l'"articulation entre santé au travail et santé publique : une illustration au travers des maladies cardiovasculaires", daté d’avril 2014. Selon ce rapport, "l’interaction entre les différents facteurs de risque et l’extrême complexité liée à la mise en évidence de causalité respective de ces différents facteurs constitue une des explications à la faible place laissée jusque-là à la prévention des maladies cardiovasculaires dans la santé au travail". L’Igas effectue plusieurs préconisations pour renforcer le rôle de l’entreprise en tant que lieu de prévention des maladies cardiovasculaires.

Lire la suiteLire la suite