Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

131 membres de l’Igas redoutent une perte de compétences spécifiques avec la réforme de la fonction publique (Tribune)

Réagissant au projet d’ordonnance "portant réforme de l’encadrement supérieur de la fonction publique" présenté en conseil des ministres le 26 mai qui prévoit de réviser l’accès aux inspections générales (IGF, IGA, Igas), un collectif de membres de l’inspection générale des affaires sociales a publié une tribune dans Le Monde du 6 mai. Ce faisant, ils disent vouloir "rectifier" "l’image erronée" véhiculée par des médias sur une inspection en pointe sur les sujets de santé, de protection sociale, travail et emploi, pauvreté ou discriminations, qui "touchent l’ensemble de nos concitoyens".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Adoption de la loi sur le renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé : les principaux points du texte

Le projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé a été définitivement adopté lundi 19 décembre 2011 par les députés dans la version votée le 23 novembre dernier par l'Assemblée nationale. Réponse au scandale du Mediator « quasiment sans précédent dans l'histoire du médicament », selon Xavier Bertrand, ce texte, dont l'examen en séance publique avait débuté le 27 septembre 2011 au Palais Bourbon, a fait l'objet d'une lecture dans chaque assemblée. La commission mixte paritaire n'ayant pu aboutir à la suite du changement de majorité au Sénat (AEF n°228124), le projet de loi a fait l'objet d'une nouvelle lecture à l'Assemblée nationale les 22 et 23 novembre (AEF n°227340) et au Sénat le 13 décembre. Jugeant cette réforme « capable de redonner aux Français davantage confiance dans le système du médicament », le ministre de la Santé s'est déclaré prêt à venir devant la commission des affaires sociales « dès le début de l'année prochaine pour (..) dire comment se fera l'articulation entre la dimension européenne de la réforme, la mise en œuvre réglementaire, la réorganisation de l'Agence nationale de sécurité du médicament et les autres dossiers qui n'ont pas forcément de vocation ni législative ni réglementaire, pour pouvoir vous montrer tout l'ensemble ».

Lire la suiteLire la suite