Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°651846

Les dirigeants européens adoptent le compromis du Sommet social de Porto

Les chefs d’État et de gouvernement et les dirigeants syndicaux et patronaux européens ont adopté vendredi 7 mai 2021, le compromis du sommet social de Porto. Ce texte vise notamment à "renforcer l’engagement en faveur de la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux" adopté lors du sommet social de Göteborg en 2017. Les dirigeants français se projettent d’ores et déjà dans la présidence française de l’Union européenne qui aura lieu au premier semestre 2022.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Emmanuel Macron à l'issue du sommet de Porto, samedi 8 mai 2021. Capture d''écran

"Les 20 principes du socle européen des droits sociaux, proclamés en 2017 lors du sommet social de Göteborg pour des emplois et une croissance équitables, restent une boussole pour nous guider vers une reprise forte, durable et inclusive et vers une convergence économique et sociale vers le haut", peut-on lire dans le compromis trouvé à l’issue du Sommet social européen de Porto, vendredi 7 mai 2021. Sans surprise, les chefs d’État et de gouvernement ont soutenu le plan d’action du socle européen des droits sociaux présenté en mars dernier par la Commission européenne (lire sur AEF info) et les objectifs en termes de taux d’emploi, de formation et de lutte contre la pauvreté.

"convergence vers le haut"

"Nous confirmons que, dans le cadre d’une gouvernance économique et sociale de l’Union européenne, le semestre européen et ses différents outils tels que le tableau de bord social renouvelé constituent le cadre politique approprié pour suivre les progrès de la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux et, sur cette base, appellent à une évaluation régulière au plus haut niveau politique des progrès vers les grands objectifs de 2030 et une convergence vers le haut", poursuivent les leaders européens. Et d’ajouter que "les ressources extraordinaires mises à disposition pour soutenir la relance de l’Europe sont une chance à ne pas manquer pour progresser vers une meilleure mise en œuvre des réformes nécessaires au niveau national, conformément aux principes et aux objectifs du socle social".

"Imposer une charge supplémentaire aux entreprises compromettra la reprise économique de l’Europe et réduira les moyens de créer des emplois et d’investir dans la transition verte et numérique", avertit Pierre Gattaz, président de BusinessEurope. Invitant les dirigeants européens à privilégier "des mesures non législatives", l’organisation patronale européenne signe tout de même le compromis. "C’est un résultat important et pourrait être le début d’une Europe plus juste. Mais la gestion des changements verts et numériques indispensables nécessite bien plus qu’une formation professionnelle accrue", avance pour sa part, le secrétaire général de la CES, Luca Visentini. Pour le leader syndical signataire du compromis, "il faut investir massivement dans la création d’emplois de qualité et de nouvelles industries. Et cela doit être fait par le biais d’un dialogue entre le gouvernement, les employeurs, les syndicats et la société civile".

vers la présidence française de l'UE

"Il y a dix ans, nous avons subi un choc et nous y avons répondu par une solidarité tardive, des politiques extrêmement dures et asymétriques à l’égard de pays qui ont conduit […] à un recul de droits sociaux. Nous en avons tiré les leçons avec une réponse monétaire rapide, une réponse budgétaire solidaire et ambitieuse et une réponse sociale conforme à nos valeurs avec ce sommet de Porto avec tout ce qu’il embarque en termes d’ambitions", explique Emmanuel Macron, devant la presse samedi 8 mai. Le président de la République évoque à ce titre, les initiatives sur les salaires minimaux européens, l’égalité professionnelle, le droit individuel à la formation, les droits de travailleurs des plateformes, comme "autant de sujets inclus dans les processus de travail économiques et sociaux de l’Union européenne".

Dans une tribune publiée dans Le Monde, lundi 10 mai, Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, et Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, enjambent la présidence slovène de l’Union du second semestre 2021 et se projettent dans la présidence française du premier semestre 2022. Ils évoquent "la responsabilité majeure de faire avancer l’ensemble de ces sujets, conformément aux engagements pris à Porto. Et de transformer l’ambition d’une Europe sociale plus forte en droits concrets pour les citoyens et les citoyennes de l’Union".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Jérôme Lepeytre, journaliste