Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

L'université de Bordeaux révise son plan stratégique pour 2030 de façon participative

Pour réactualiser sa stratégie à l’horizon 2030, l’université de Bordeaux a mis en place un espace en ligne et trois ateliers pour recueillir l’avis de sa communauté autour de trois thèmes : écosystème apprenant, science innovante et développement durable. Quelque 330 personnels et étudiants se sont intéressés à cette réflexion collective, produisant une trentaine de contributions, présentées le 3 mai 2021. Certaines pourront s’intégrer dans des projets déjà lancés (NCU, Idées), d’autres, moins opérationnelles, devront maturer, dit Hélène Jacquet, VP en charge de la stratégie.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Hélène Jacquet, vice-présidente stratégie et développement de l'université de Bordeaux UBx / Arthur Péquin - rthur Péquin

Les thématiques de ce remue-méninges collectif n'ont pas été choisies par hasard, explique à AEF info Hélène Jacquet, la vice-présidente en charge de la stratégie et des grands projets d'UBx le 5 mai 2021. "Ces ateliers traduisent trois grandes questions à teneur transformative visant à abolir les frontières qui pourraient encore perdurer en interne" au sein de cet établissement, issu en 2014 de la fusion de trois universités du site bordelais.

Six ans après sa création, UBx a voulu un temps collectif pour réfléchir avec ses nouvelles structures internes (collèges de formation et départements de recherche) à la réactualisation de son plan stratégique défini pour dix ans (2015-2025) (lire sur AEF info)

experts maison et personnels lambda

Ces questions ont émergé en 2019 lors d'un séminaire réunissant la Conférence des composantes de l’université de Bordeaux mais crise sanitaire oblige, elles n’ont pu être mises à la discussion en 2020. Et les ateliers dédiés au campus apprenant, à la science innovante et au développement durable ne se sont tenus que ces deux derniers mois, en mars et avril. Précédés, pour certains, de focus groups avec des étudiants.

C’est la thématique des actions intégrées pour le développement durable qui a rassemblé le plus de participants (175), avant la science innovante (91) et le campus apprenant (87). Avec une majorité d’enseignants-chercheurs partie prenante des échanges (1). "Parmi les contributeurs, il y a eu des experts déjà engagés dans des projets en interne mais aussi des personnes moins impliquées et moins informées", précise Hélène Jacquet.

Des propositions en phase avec le projet NCU

Ce qui a pu conduire, comme cela a été pointé dans les commentaires en ligne lors du séminaire de restitution le 3 mai dernier, à certaines redites ; les propositions autour de l’écosystème apprenant recoupant des objectifs déjà dans la ligne de mire du projet NCU New Deal par exemple. Comme développer la flexibilité des parcours (forme, temporalité, contenu) ou penser le numérique au service des étudiants et de leur formation. Hélène Jacquet en convient mais n’en prend pas ombrage.

Le campus : plus pour faire lien que pour faire cours

 

Une des leçons plus surprenantes de l’atelier Campus apprenant, c’est que l’approche pédagogique apparaît moins prégnante pour les étudiants que les interactions avec leurs professeurs et leurs pairs. "Dans les focus groups, ils disaient vouloir venir sur le campus davantage pour des échanges, des rencontres que pour assister à des cours. Ce n’est pas l’enseignement distant qui les inquiète", indique Sophie Dupouy, référent handicap d’UBx et membre du comité de pilotage de l’atelier campus apprenant. Une réponse sans doute fortement conditionnée par le contexte.

Mieux partager la stratégie, aller plus loin

Cet exercice de mise en débat de la stratégie de l’université servait aussi à mieux diffuser la connaissance de ce qui se fait déjà en interne, soutient la vice-présidente Stratégie d’UBx. Et "d’aller plus loin dans les projets en cours", comme l’a détaillé une des rapporteurs de l’atelier Développement durable, Annie Cohen, DGS adjointe au pôle immobilier.

Au-delà de la maîtrise des consommations, ont ainsi fleuri des objectifs de stockage d’énergie, de faire du campus un territoire expérimental sur les usages du plastique. Ou de développer des bilans carbone personnalisés assignés à chaque étudiant durant son passage à l’université…

Créer une Mesure et une culture de l'impact

La trentaine de contributions recensées au total va donc d’idées très concrètes (un challenge intercampus autour de l’enjeu de sobriété ; des laboratoires ouverts aux étudiants dès la licence) à des aspirations plus vastes. Telles qu’introduire une culture de l’impact dans toutes les prises de décision et dans la R&I ou encore favoriser la sérendipité et libérer du temps long pour les chercheurs.

Des lieux totems ont aussi été proposés. Par exemple, un institut des transitions, sous forme de living lab. Ou un tiers lieu sur le modèle du centre de recherche d’EDF à Saclay, avec un rez-de-chaussée ouvert proposant salles de conférences et cafétéria "créant de la porosité".

Favoriser le ressourcement des chercheurs

Mais créer un tel lieu suppose de s’interroger sur comment l’animer, a convenu, lundi, Yves Ducq, VP amélioration continue et pilote de l’atelier Science innovante. De même que "libérer du temps pour le ressourcement intellectuel du chercheur" demandera de répartir ailleurs les tâches administratives, pour alléger l’emploi du temps, ou penser pour lui des séjours – de dépaysement en quelque sorte – dans d’autres unités de recherche.

"Derrière certaines idées, il y a tout un travail à faire pour les rendre opérationnelles" avant la validation du nouveau plan stratégique d’ici à la fin de l’année, reconnaît Hélène Jacquet. D’autres pourront s’intégrer très vite dans le projet Idées ACT, qui sera lancé officiellement fin mai, ou dans la feuille de route sur la science ouverte adoptée mi-mars en CA, a estimé de son côté le président Manuel Tunon de Lara.

Quel que soit leur degré de maturité, l’ensemble des propositions restent ouvertes aux commentaires sur le site participatif de l’université bordelaise. Elles sont parfois enrichies de capsules vidéos, livrant des exemples étrangers potentiellement inspirants (la personnalisation des parcours à la sauce suédoise).

(1) Les ateliers ont réuni 44% d'enseignants-chercheurs, 18% d'étudiants et 18% de Biatss en moyenne.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sabine Andrieu, journaliste